S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité
Giada i53 : compact, silencieux et efficace ?

Giada i53 : compact, silencieux et efficace ?

David Legrand le 28 janvier 2013

Giada est une marque encore assez peu connue dans l'hexagone. Importée par RSCom et vendue chez quelques revendeurs, elle est très active sur le marché des produits au format Mini ITX, l'embarqué, les barebones, les mini PC... et s'apprête même à se lancer sur le segment des machines compactes exploitant une puce ARM et Android comme système d'exploitation (voir cette actualité).

 

Nous avons aujourd'hui décidé d'analyser l'i53 (BQ641) de la marque que nous vous avions déjà présenté au sein de ce PCi Labs. Livré dans un packaging plutôt compact, il dispose d'un bundle relativement complet puisqu'on retrouve une télécommande et un câble HDMI (un peu moins de deux mètres) en plus de l'habituel bloc d'alimentation de 65 watts (19 V / 3,42 A) et des DVD / manuels.

Une télécommande et un câble HDMI dans le bundle : HTPC ready

La télécommande est composée de nombreux boutons et d'un plastique blanc assez agréable au toucher. Elle exploite l'infrarouge via un récepteur placé en façade de la machine. Elle sera par contre livrée sans piles (2x AAA)

 

Giada i53

 

Un petit socle en plastique transparent est aussi présent. Disposant de protections en gomme afin d'éviter les vibrations, il sera à manier avec précaution. En effet, en plus de son look pas forcément très avenant, il pourra vite s'abimer si vous ne mettez pas la machine en place de la bonne manière. Il faudra ainsi la glisser de l'arrière vers l'avant (ou l'inverse), mais surtout pas de bas en haut. Notez que cela est précisé dans le manuel d'utilisation et qu'une ouverture permettra de fixer l'ensemble si vous jugez cela nécessaire

Une machine très compacte et une connectique plutôt complète

Passons maintenant à la machine, qui est promise comme assez compacte puisqu'elle prendra moins de place qu'un simple lecteur Blu-Ray 5,25". Ses dimensions sont de 192 x 155 x 26 mm pour un poids de 606 grammes selon notre balance. Notre modèle arbore une robe noire, malheureusement en plastique brillant. Attention donc aux traces de doigts, on aurait ici préféré du mat ou même de l'aluminium.


Giada i53


Sa configuration exploite un processeur Core i5 3317U dont le TDP est de 17 watts qui dispose de deux coeurs (quatre threads) dont la fréquence peut varier entre 1,7 et 2,6 GHz. La partie graphique intégrée est la plus puissante que propose Intel au sein de cette génération : la HD Graphics 4000.

 

Le tout est accompagné de 4 Go de DDR3 (1333 MHz, 9-9-9-24 1T) et d'un disque dur de 500 Go à 5400 tpm d'Hitachi (HTS545050B9A300, S-ATA 3 Gb/s). Ce dernier est relativement silencieux, et même lorsqu'il est fortement sollicité on l'entendra à peine « gratter ».

 

Giada i53 Perfs HDD Giada i53 Perfs HDD

 

Ses performances sont dans la moyenne : dans les 80 Mo/s en lecture / écriture séquentielle, avec des débits bien moins attrayants dès lors qu'il s'agit de petits fichiers. Certains regretteront sans doute l'absence de cache via un SSD de 20 Go, ou même d'un SSD en 2,5". Sachez néanmoins qu'il est possible d'en rajouter un, un emplacement mSATA étant prévu sur le dos de la carte mère (qui n'est pas forcément très accessible comme nous le verrons plus bas).

 

La connectique est assez complète : quatre ports USB 2.0, un port réseau gigabit et un duo de sorties VGA / HDMI sont situés à l'arrière de la machine ainsi qu'un système Kensington. La partie supérieure accueille pour sa part un port USB 3.0, une entrée audio, une sortie S/PDIF (Realtek ALC 662) et un lecteur de cartes (SD / MMC / MS / MS PRO).

 

On regrettera sans doute de ne pas avoir un USB 3.0 à l'arrière et un cache supérieur qui demande d'être maintenu lorsqu'il est ouvert, tant que rien ne l'empêche de se fermer. Le sans-fil est aussi présent via du Wi-Fi 802.11n et du Bluetooth. 

 

Giada i53 Giada i53

Un système de ventilation un peu léger, aidé par un BIOS adapté... mais peu clair

L'ouverture de l'ensemble est assez simple, même si on peut avoir peur de trop maltraiter la coque au départ. Il suffit en fait de retirer deux vis à l'arrière puis de soulever la partie supérieure afin d'avoir accès à l'intérieur de la machine.

 

Giada i53 Giada i53

 

On ne pourra par contre pas tout changer facilement. En effet, le disque dur est relativement accessible, mais pas la mémoire ou le module Wi-Fi par exemple. Il en sera de même pour le module mSATA, vide par défaut. Eux sont présents de l'autre côté de la carte mère et il faudra donc dévisser celle-ci afin d'y avoir accès.

 

Le système de ventilation est plutôt léger, car outre le dissipateur en cuivre et son caloduc, on notera l'unique présence d'un ventilateur de 40 mm. Par défaut, celui-ci n'est que très légèrement bruyant, mais cela peut vite changer en pleine charge. Heureusement, Giada propose un BIOS plutôt complet sur ce point. En effet, il n'est pas encore question d'UEFI mais on pourra opter pour une vitesse unique ou des réglages plus ou moins automatisés via trois modes de fonctionnement, la version la plus complète étant au final la plus efficace.

 

Néanmoins, on pourra avoir trois regrets sur ce point :

  • Les réglages par défaut ne sont pas assez orientés silence
  • Les réglages ne sont pas forcément faciles à appréhender pour un néophyte
  • On aurait préféré des modes plus faciles à comprendre pour l'utilisateur (silence, normal, élevé...)

Car le fonctionnement d'un système de ventilation PWM peut échapper à pas mal de monde, et il serait préférable de rendre les choses plus digestes. Une explication détaillée au sein du manuel, dans le BIOS ou même des paramètres plus simples pourraient être les bienvenus.

 

Quoi qu'il en soit, nous avons pu effectuer des réglages afin de garder la machine totalement silencieuse que ce soit en pleine charge CPU ou GPU, ce qui est au final plutôt agréable. Seuls les plus tatillons regretteront un très léger bruit de fond, mais il sera aussi possible de demander à ce que le ventilateur soit complètement arrêté sous une certaine température.

 

Nos résultats en terme de consommation sont aussi assez appréciables : seulement 14 watts à la prise au repos contre 30 watts lorsque le CPU est sollicité et 40 watts lorsque c'est aussi le cas du GPU (test sous Furmark). Avec nos réglages orientés silence, les composants alternaient entre 70 et 80 °C.

Un processeur à la hauteur, mais une machine qui n'est pas faite pour le jeu

Du côté des performances (tests effectués sous Windows 8 dans son édition 64 bits), le Core i5 sera bien plus véloce que ce que l'on retrouve habituellement dans ce genre de machines : Atom, APU AMD de série C ou E... Il permettra ainsi un usage bureautique ou de type HTPC, mais en ouvrant la voie à des applications qui demandent une certaine puissance de calcul. Attention néanmoins, il s'agit d'un modèle à deux coeurs accompagné de 4 Go de mémoire, n'allez donc pas vous lancer dans une séance de montage d'un Blu-Ray avec Adobe Premiere.

 

Lors de nos différents essais, nous avons ainsi pu obtenir un score de 406 points sous CPU Mark 99 contre 1,04 et 2,39 points sous Cinebench 11.5 (64 bits) avec un et quatre threads. x264 HD Benchmark 4.0 nous a permis d'obtenir 72,87 fps pendant la première passe et 13,51 fps pendant la seconde passe. Du côté de la création de fichiers PAR2 (64 bits) depuis la vidéo Big Buck Bunny (25 % de redondance), il nous aura fallu 148 secondes.

 

La compression de nos vidéos de test (1,89 Go) a nécessite 248 secondes contre 63 secondes pour nos photos de la Gamers Assembly 2009 (506 Mo). Pour le passage de trois albums WAV en MP3 via Lame, 63,15 secondes auront été nécessaires contre 175,99 secondes avec OGG Vorbis, le tout en exploitant l'ensemble des coeurs disponibles. Bref, ce Core i5 3317U n'a pas à rougir face à d'autres modèles bien plus véloces (voir ce test comparatif).

 

Il faudra par contre tirer une croix sur la 3D et les jeux. Si la HD Graphics 4000 est adaptée à un écran d'ordinateur portable et permet de s'en tirer avec une définition de type 720p, il sera impossible de dépasser les 10/15 fps même avec des jeux comme World of Warcraft en 1080p à moins de faire de gros sacrifices sur la qualité d'image. Les résultats de 3DMark 11 sont aussi assez évocateurs :

 

Giada i53 3DMark11 Giada i53 3DMark11

 

Pour la lecture de vidéo en haute définition, par contre, nous n'avons rencontré aucun souci. 

Giada i53 : une bonne machine, qui souffre d'un tarif proche de celui du Mac Mini

Reste la question du prix. Garanti 2 ans et livré sans OS, ce mini PC Giada i53 est annoncé à 569,99 € chez Materiel.net dans la configuration que nous avons pu tester. Ceux qui cherchent une machine à tarif plancher iront donc voir ailleurs, mais cela reste raisonnable étant donné les composants proposés et les accessoires fournis. 

 

Giada i53

 

Seul problème : le Mac Mini dans sa version de base est à peine 70 € plus cher et la comparaison entre les deux est tentante. Si le premier sera moins complet, il aura pour lui l'aura et la finition d'Apple. Giada aurait donc mieux fait de rester sous la barre des 500 € ou de proposer une réelle différence comme la présence d'un SSD pour ce tarif.

 

Autre concurrent possible, ce Mini PC basé sur le NUC d'Intel à 420 € à peine. Certes il sera plus épais, moins complet (pas d'USB 3.0, de lecteur de carte, de HDD de 500 Go), mais il pourrait attirer ceux qui ont un budget plus réduit ou qui cherchent un modèle que l'on peut monter via un kit VESA, ce qui n'est pas le cas de la machine de Giada (un kit JZ180 est néanmoins proposé en option à 10 €), qui devrait réussir à trouver son public, mais qui aurait pu s'ouvrir de plus grandes perspectives.

 

Pour notre part, on regrettera surtout le côté « glossy » et le cache de la connectique latérale. Mais on appréciera la faible consommation et le silence de l'ensemble (après quelques réglages).