S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Mails au travail : l'employeur peut être restreint par un règlement intérieur

Règlement de comptes

La Cour de cassation vient de valider le raisonnement des juges du fond, qui affirmaient qu'un employeur ne peut accéder seul aux mails de son salarié si le règlement intérieur de l'entreprise l'interdit.

mail personnel

 

Employé comme responsable d'un service informatique, M. X arrive à accéder aux mails et fichiers du président de la société pour laquelle il travaille depuis 2001. Le salarié en profite pour dérober le bilan personnel de l'évolution de son propre salaire, ainsi que l'ensemble des grilles de proposition des augmentations des salaires allant de 2005 à 2008. Il envoie ensuite ces documents à son avocat, par le biais de sa boite mail professionnelle. En avril 2009, le président décide d’accéder aux mails du salarié, sans que ce dernier soit présent, et supprime les éléments en question. Suite à cette découverte de l’employeur, M. X est licencié pour faute grave le 14 mai 2009.

 

Seulement, ce dernier conteste son licenciement devant les tribunaux, au motif que celui-ci se base sur la consultation de ses emails par son employeur, en dehors de sa présence. Depuis le célèbre arrêt Nikon de 2001, la justice reconnaît à jurisprudence constante que « le salarié a droit, même au temps et au lieu de travail, au respect de l'intimité de sa vie privée ; que celle-ci implique en particulier le secret des correspondances ». Le 30 mai 2007, la Cour de cassation précisait toutefois que les juges du fond se devaient de « rechercher si les fichiers ouverts sur le matériel mis à sa disposition par l’employeur avaient été identifiés comme personnels par le salarié ». Dès lors, tout mail ou fichier clairement présenté comme « personnel » bénéficie d’une protection particulière, laquelle empêche l’employeur de consulter les éléments en question en dehors de la présence du salarié.

Le pouvoir de consultation de l'employeur peut être restreint par le règlement intérieur de l'entreprise 

C’est sur la base de cette jurisprudence que s’est défendu l’employeur, qui a expliqué aux juges que les mails qu'il avait supprimés n’étaient pas identifiés comme « personnels », et donc consultables en dehors de la présence de M. X. Pourtant, le tribunal des prud’hommes puis la cour d’appel de Rouen ont refusé de lui donner raison, dans la mesure où le règlement intérieur de l’entreprise précisait que l’employeur n’avait pas à consulter les mails de ses salariés en dehors de leur présence, peu importe leur caractère personnel ou professionnel.

 

L’employeur décide alors de se pourvoir en cassation, et vient d'essuyer un nouvel échec. En effet, comme le pointe Lucie Pinon sur son blog de Village Justice, la chambre sociale de la Cour de cassation a estimé, dans un arrêt rendu le 26 juin, qu’un « règlement intérieur peut toutefois contenir des dispositions restreignant le pouvoir de consultation de l'employeur, en le soumettant à d'autres conditions ». Les magistrats ont ainsi affirmé que « le règlement intérieur de l'entreprise prévoyait que les messageries électroniques des salariés ne pouvaient être consultées par la direction qu'en présence du salarié », et que de ce fait, le président n'avait pas à lire et supprimer des mails de M. X en son absence.

 

La décision de la Cour d’appel de Rouen a donc été confirmée, et l’employeur devra notamment verser à M. X. des dommages et intérêts d'un montant de 50 000 € pour rupture abusive du contrat de travail, une indemnité de préavis de 18 495 €, ainsi qu’une indemnité conventionnelle de licenciement de plus de 16 000 €. 

Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Publiée le 30/07/2012 à 17:19

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 56 commentaires

Avatar de odin77 INpactien
odin77 Le lundi 30 juillet 2012 à 17:34:12
Inscrit le mercredi 21 juillet 10 - 332 commentaires
Et pour avoir consulté frauduleusement le mail de son employeur alors ?
cela équivaut à un espionnage industriel ou un piratage. Il ne faut pas oublier ce fait premier qui vaut bien un licenciement pour faute grave.
Avatar de mo6h INpactien
mo6h Le lundi 30 juillet 2012 à 17:34:52
Inscrit le vendredi 19 mai 06 - 845 commentaires
Patron, si vous me lisez, licenciez moi... Abusivement...
Avatar de atomusk Modérateur
atomusk Le lundi 30 juillet 2012 à 17:37:41
Inscrit le mardi 20 juillet 04 - 21674 commentaires
J'aime bien la reconstitution
Avatar de drakss INpactien
drakss Le lundi 30 juillet 2012 à 17:39:38
Inscrit le jeudi 7 mai 09 - 10 commentaires
Bravo Mr X !
Avatar de LeTroll INpactien
LeTroll Le lundi 30 juillet 2012 à 17:40:34
Inscrit le vendredi 25 janvier 08 - 623 commentaires
Et pour avoir consulté frauduleusement le mail de son employeur alors ?
cela équivaut à un espionnage industriel ou un piratage. Il ne faut pas oublier ce fait premier qui vaut bien un licenciement pour faute grave.

Encore faut-il le prouver... Et pour cela, procéder dans les règles (et donc en présence de l'employé par exemple).
Avatar de mimoza INpactienne
mimoza Le lundi 30 juillet 2012 à 17:41:20
Inscrite le mardi 9 mars 04 - 4114 commentaires
Et pour avoir consulté frauduleusement le mail de son employeur alors ?
cela équivaut à un espionnage industriel ou un piratage. Il ne faut pas oublier ce fait premier qui vaut bien un licenciement pour faute grave.

Ça cela peut faire l'objet d'une auter action, mais pas d'un licenciement. Disons qu'il a mis la charrue avant les bœufs
Après il faut s'interroger pourquoi l'employeur a lu les mail de son employé en dehors de sa présence ....
Avatar de tekjohnson INpactien
tekjohnson Le lundi 30 juillet 2012 à 17:43:28
Inscrit le mercredi 15 septembre 10 - 133 commentaires
Et pour avoir consulté frauduleusement le mail de son employeur alors ?
cela équivaut à un espionnage industriel ou un piratage. Il ne faut pas oublier ce fait premier qui vaut bien un licenciement pour faute grave.


Je suis assez d'accord. C'est quoi ce bordel, après du vol d'informations (l'article parle de "dérober"), le mec va en plus se plaindre. J'suis le patron, je porte plainte à mon tour pour piratage, vol, espionnage industriel. En forçant un peu, ça peu vite monter à beaucoup plus que ses misérables 90k€

Edité par tekjohnson le lundi 30 juillet 2012 à 17:46
Avatar de FrenchPig INpactien
FrenchPig Le lundi 30 juillet 2012 à 17:46:16
Inscrit le mercredi 4 mars 09 - 3528 commentaires
Après il faut s'interroger pourquoi l'employeur a lu les mail de son employé en dehors de sa présence ....

Peut-être une habitude...
Avatar de raffoul INpactien
raffoul Le lundi 30 juillet 2012 à 17:47:04
Inscrit le mercredi 12 mai 10 - 56 commentaires
Pourquoi a-t-il envoyé les données volées à son avocat ? Qu'est-ce que l'avocat allait bien en faire ?

Comme dit précédemment, l'employé a le droit de voler les mail du président pour le diffuser mais l'employeur n'a pas le droit de supprimer les mail volés ? Hum. C'est illogique. Si l'entreprise est partie à la faute, c'est parce que l'employée a commis un vol de documents confidentiels. Je pense qu'il nous manque des détails pour juger cette afaire sur le forum :)

Edité par raffoul le lundi 30 juillet 2012 à 17:47
Avatar de zefling INpactien
zefling Le lundi 30 juillet 2012 à 17:48:47
Inscrit le mercredi 30 juin 04 - 12449 commentaires


Je suis assez d'accord. C'est quoi ce bordel, après du vol d'informations (l'article parle de "dérober"), le mec va en plus se plaindre. J'suis le patron, je porte plainte à mon tour pour piratage, vol, espionnage industriel. En forçant un peu, ça peu vite monter à beaucoup plus que ses misérables 90k€

Ouais, mais bon quand tu fais les choses de façon irréfléchis, il faut pas s'étonner du résultat. Je dirais que l'employé a été plus malin que l'employeur sur le coup.
;