S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : si les geeks avaient leurs Jeux Olympiques

Eh bien on rigolerait bien

Les Jeux Olympiques de Londres viennent de débuter cette semaine, avec pour premier évènement majeur la cérémonie d'ouverture hier soir. Mais si l’informatique avait ses propres jeux olympiques, quels types d’épreuves aurions-nous ?

L’immense avantage des jeux olympiques informatiques est qu’il n’y a pas de séparation des sexes. L’âge n’a que peu d’importance qui plus est, jusqu’à une certaine limite. Même les personnes handicapées peuvent participer avec les valides à de très nombreuses épreuves.

 

Imaginons, nous sommes en 2051, et les jeux olympiques informatiques, financés notamment par PC INpact, existent réellement depuis déjà six éditions. Nous pourrions ainsi assister à ce type d’épreuves, que nous décrirait succinctement L’Equipe la veille de ces J.O. 2051.

 

La cérémonie d’ouverture des septième Jeux Olympiques Informatiques débutera demain à 19h30 à Londres. La capitale anglaise succède ainsi à Paris (2027), Tokyo (2031), Los Angeles (2035), Hong-Kong (2039), Berlin (2043) et Dubai (2047). Apple, Microsoft, IBM, Cisco et Activision, sponsors officiels des jeux, offriront comme pour chaque édition 10 ans de produits aux vainqueurs des épreuves, 5 ans aux seconds et 2 ans aux médaillés de bronze.

Le lancer d'écran cathodique sera musclé

Rappelons les principales épreuves de ces J.O.I. qui dureront deux semaines complètes entre le dimanche 23 juillet et le dimanche 6 août 2051 :

 

Les épreuves de vitesse seront comme toujours les plus suivies. L’épreuve reine sera bien sûr le sprint-keyboard, qui consiste à taper le plus de caractères sans faute sur son clavier en 10 secondes chrono. Les plus longues distances, que ce soit en trente secondes, une minute, dix minutes ou même une heure pour les plus courageux seront aussi suivies de près par les internautes du monde entier.

 

Le S-K 10 est dominé depuis quinze ans par le Français Cobol, petits-fils de Pierre-Alain, le fondateur de ces jeux et directeur adjoint de PCINpact. Le record de Cobol, à savoir le record du monde, est de 253 caractères sans faute en 10 secondes. Son rêve est de dépasser les 300 caractères lors de ces jeux. S’il participera aussi au S-K 30 et SK-60, il ne compte par contre pas tenter les SK-600 et SK-3600. Ces épreuves longues seront sans aucun doute gagnées par le Japonais Akihabara ou le Chinois Haidian, spécialistes depuis vingt ans. Les épreuves équivalentes sur les claviers tactiles sont aussi très appréciées, même si les plus anciens d’entre nous ont tout de même une préférence pour les claviers physiques.

 

Ceci n'est pas un record du monde

 

Les épreuves de lancers connaissent un succès grandissant ces dernières années. Que ce soit les vieilles épreuves, comme le lancer d’écran cathodique de 20 pouces pour les plus musclés, ou les écrans plats pour ceux qui veulent atteindre de plus longues distances. Le lancer de souris filaire, présente depuis les premiers jeux, a bien sûr ses aficionados, tout comme le lancer de tablettes tactiles.

Programmeurs, prenez votre souffle

Ces épreuves seront aussi bien présentes lors de ces jeux. L'épreuve de ricochet de vieux CD, DVD et BD reste toujours un grand succès, surtout après le nouveau record olympique en 2047 avec 99 ricochets. La barre des 100 ricochets sera-t-elle atteinte ?

L'autre discipline aquatique majeure est sans aucun doute la programmation en apné. Il y a douze ans, le vainqueur a ainsi réussi à coder sans aide et sans faute l'intégralité du jeu Démineur de feu Windows. Cette année, cette épreuve aussi bien physique que mentale imposera de coder dans les mêmes conditions un maximum de niveaux du jeu Doom 1.

Enfin, n'oublions pas l'éternelle épreuve de WCP (water-cooling in pool). Rappelons pour les plus jeunes que cette discipline olympique un peu particulière consiste à overclocker au maximum du matériel informatique hors de la piscine officielle, pour ensuite baigner le matériel à l'intérieur. Le PC doit ensuite tourner durant 5 minutes sans planter, et le matériel ne doit evidemment pas griller ni sauter.

La polémique des sabres laser

Si les J.O ont leur épreuves de boxe, judo, lutte, taekwondo, sumo, escrime, etc. les J.O.I ont leurs épreuves de jeux vidéo de combats semi-virtuels, basés sur la dernière console de Nintendo répercutant les coups à 20 % de leur puissance virtuelle, coups magiques compris. L'éternel Dragon Ball a été choisi comme unique jeu de cette discipline. Le jeu était en compétition avec les derniers Naruto, One Piece, Street Fighter et Soul Calibur.

 


Mais la sensation de ces jeux olympiques informatiques de 2051 parmi les épreuves de combat est sans contestation l'arrivée d'une nouvelle discipline basée sur de véritables sabres laser. Développés par l'arriere petit-fils de George Lucas, ces sabres laser sont des produits parfaitement fidèles à ceux du film Star Wars. L'épreuve a ainsi été nommée la Star Wars Cup. De très loin l'épreuve la plus dangereuse et sanglante, la SWC est pour le moment exclusivement pratiquée par des condamnés à mort, ce qui exclut tous les pays ayant interdit la peine capitale.

 

Les USA et la Chine disposent ainsi d'une très grande délégation. Cette épreuve très polémique a engendré de nombreux commentaires négatifs, notamment du côté européen. Officiellement, l'aspect jeu du cirque romain est pointé du doigt. Officieusement, le fait de ne pouvoir envoyer de sportifs-prisonniers gênerait de nombreux pays européens.

 

N’oublions pas bien sûr la fameuse discipline « capture the flag », toujours réalisable en individuel ou en équipe. Cette épreuve est dominée historiquement par les Irakiens. Enfin, de nouvelles disciplines ont fait leur apparition en athlétisme. On pense notamment aux différentes épreuves de courses en fauteuil de joueurs où il faut pousser le fauteuil uniquement avec la force de ses jambes.

Le Motorball en clôture

Enfin, les sports collectifs seront aussi au rendez-vous. L'épreuve la plus suivie sera de loin celle du Motorball, discipline semi-virtuelle inspirée de Gunnm et se jouant à 5 contre 5. La finale du Motorball sera la toute dernière de ces J.O.I. et est habituellement suivie par au moins 8 milliards d'habitants.

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 28/07/2012 à 09:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 52 commentaires

Avatar de Jash INpactien
Jash Le dimanche 29 juillet 2012 à 16:26:34
Inscrit le mercredi 21 mars 07 - 670 commentaires
Le motorball... Je rêve de ce sport depuis mes premières lectures De Gunm il y a plus de 10 ans.
Merci pour cet éditorial très plaisant
Avatar de maxscript INpactien
maxscript Le lundi 30 juillet 2012 à 10:55:29
Inscrit le vendredi 4 janvier 08 - 970 commentaires
Ptain, même sur PCI on vient nous péter les bur.... avec les JO....
Pourquoi cette fascination collective ?


le geek est grincheux..

;