S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Les internautes français, toujours adeptes du « piratage de proximité »

Toujours rien sur les "autistes" ou les "énervés"

Les chercheurs français du M@rsouin* ont publié aujourd’hui deux études s’intéressant aux pratiques de téléchargement illégal. La première retient que les internautes ne connaissent pas forcément très bien mécanismes et contours relatifs à la risposte graduée. La seconde insiste plus particulièrement sur les échanges réalisés en mains propres (disque dur, clé USB, CD...), qui sont loin d'avoir disparus depuis l'instauration de la Hadopi, bien au contraire. 

Surestimation par les internautes des pratiques surveillées par la Hadopi

Dans une première étude (disponible ici en pdf), Eric Darmon, Thierry Pénard, Sylvain Dejean et Raphaël Suire relevent « une forte ignorance des internautes sur les pratiques surveillées et la réponse graduée ». Ainsi, 75% des internautes affirment savoir que les technologies de peer-to-peer sont surveillées par l’Hadopi, mais dans le même temps, ils sont 68% à penser que le téléchargement via des hébergeurs comme RapidShare fait aussi l’objet d’une surveillance de l’Hadopi, alors que ce n’est pas le cas. Ils notent également avec étonnement que « 12% [des sondés] estiment que l’Hadopi surveille les échanges de la main à la main (échange sur clé USB ou disque dur) ». Autrement dit, les internautes ont tendance à évaluer à la hausse les comportements entrant dans le champ de compétence de la rue de Texel.

 

marsouin hadopi

 

En ce qui concerne le dispositif de réponse graduée, les enquêtes du Marsouin ont démontré que seuls 42 % des internautes « savent que la sanction intervient après trois infractions ». Autrement dit, plus d’un internaute sur deux n’a qu’une « connaissance limitée du mécanisme de réponse graduée », comme le soulignent les auteurs de l’étude. Fait intéressant : les internautes ayant une « bonne » connaissance de la Hadopi sont aussi ceux qui pensent que le risque de se faire repérer est le plus faible.

 

marsouin hadopi

L’efficacité des recommandations en question

Comparant les réponses données par les internautes ayant déjà reçu une recommandation (ou dont un proche en a reçu une), et celles de ceux jamais avertis, les chercheurs semblent plutôt s’orienter vers une efficacité limitée de la riposte graduée. « Le recours à l’offre légale est assez similaire entre ceux qui ont reçu un avertissement (directement ou dans leur entourage) de l’Hadopi et ceux qui n’en ont pas reçu », de l’ordre de 35 % pour la première catégorie et de 33 % pour la seconde. Les auteurs de l’étude remarquent par ailleurs qu’une « proportion élevée des internautes avertis a recours à des pratiques non surveillées par l’Hadopi ». Autrement dit, ceux qui se sont fait prendre s’adaptent pour passer entre les mailles du filet.

 

marsouin hadopi

 

Pour les chercheurs du Marsouin, « les avertissements ne semblent donc pas avoir eu un effet dissuasif fort sur l’ensemble des pratiques illégales », même s’ils relativisent cette affirmation par le manque de recul de leur étude.

Les pratiques légales avant tout tournées vers le gratuit

Dans une seconde étude publiée également aujourd’hui (disponible ici en pdf), les quatre mêmes chercheurs se sont cette fois intéressés aux évolutions des pratiques de consommation de contenus audio et vidéo sur Internet, de manière légale ou illégale.

 

S’agissant des offres légales, il s’avère que leur succès est avant tout du côté des offres gratuites (catch-up tv, streaming gratuit,...). Ainsi, près de 80 % des internautes affirment n’avoir jamais payé pour des vidéos à la demande ou acheté un produit sur une plateforme de musique payante. En revanche, ils sont 72 % à prétendre avoir utilisé un service de streaming musical gratuit.

 

marsouin consommation hadopi

Un renouveau des échanges traditionnels ?

Concernant les pratiques illégales, les auteurs de l'étude démontrent la prégnance des échanges traditionnels effectués en mains propres, ce qu’ils appellent le « piratage de proximité ». Les résultats de leurs enquêtes indiquent que « 43 % des internautes utilisent ce moyen pour acquérir de la musique et 38 % le font pour les films. Au total, ils sont 51% à l’avoir déjà fait ». Que ce soit grâce à des disques durs, des clés USB ou même par téléphone portable, les chercheurs du Marsouin décrivent cette pratique comme étant le « moyen le plus sur, le plus efficace, mais également le plus répandu pour acquérir des contenus illégaux ».

 

S’interrogeant sur l’évolution de ces pratiques depuis l’adoption de la Hadopi, les auteurs affirment que ces piratages de proximité « préexistaient à la loi Création et Internet, mais les pratiques étaient sans aucun doute moins dominantes.  Aujourd’hui certains canaux online sont surveillés ou fermés ou techniquement plus compliqués à manipuler par conséquent, l’échange de proximité est probablement une pratique qui s’est substituée à d’autres usages prohibés ». 

 

*M@rsouin : Môle armoricain de recherche sur la société de l’information et les usages d’Internet.

 

Source : M@rsouin
Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Publiée le 09/07/2012 à 17:13

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 63 commentaires

Avatar de potzrebie INpactien
potzrebie Le lundi 9 juillet 2012 à 17:19:09
Inscrit le lundi 19 février 07 - 201 commentaires
surveiller les échanges de la main à la main ?



magnétophone double K7, toussa, C64 avec 2 1541, nostalgie...
Avatar de digital-jedi INpactien
digital-jedi Le lundi 9 juillet 2012 à 17:23:46
Inscrit le mardi 26 septembre 06 - 1683 commentaires
Oui, je suis étonné de voir la noobitude de mes frère, belle soeur, cousines, qui croient que tout est surveillé et qui n'osent plus télécharger. Et du coup me demandent de télécharger à leur place, parce que moi, vous comprenez, je suis un geek.

"Mais toi, tu télécharges sur quoi?"
"Bah torrent comme toujours depuis 10 ans."

Et cette question, c'est pour des séries américaines, qui donc ne sont pas surveillées, parce que c'est pas les Bronzés 3, ou Jennifer Starac, ou Johnny Hallyday.
Avatar de ano_635301045460992542 INpactien
ano_635301045460992542 Le lundi 9 juillet 2012 à 17:30:57
Inscrit le mardi 13 octobre 09 - 4184 commentaires
Et cette question, c'est pour des séries américaines, qui donc ne sont pas surveillées, parce que c'est pas les Bronzés 3, ou Jennifer Starac, ou Johnny Hallyday.

Et les avertissement pour Iron Man 2 et Rihanna ?
Avatar de jb18v INpactien
jb18v Le lundi 9 juillet 2012 à 17:36:22
Inscrit le lundi 23 mai 05 - 105657 commentaires
aaaah les bonnes vieilles lan party, avec une bécane en réseau partagée, et tout le monde dépose ou pioche dedans entre 2 parties

ou le coup du "je vais voir untel, je prends mon disque externe"
Avatar de hellmut INpactien
hellmut Le lundi 9 juillet 2012 à 17:40:17
Inscrit le jeudi 9 décembre 04 - 5317 commentaires
Oui, je suis étonné de voir la noobitude de mes frère, belle soeur, cousines, qui croient que tout est surveillé et qui n'osent plus télécharger. Et du coup me demandent de télécharger à leur place, parce que moi, vous comprenez, je suis un geek.

Et cette question, c'est pour des séries américaines, qui donc ne sont pas surveillées, parce que c'est pas les Bronzés 3, ou Jennifer Starac, ou Johnny Hallyday.

heu il me semble bien que les séries américaines sont aussi concernées...
en fait j'en sais rien. ^^

Il y a 63 commentaires

;