S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

LOPPSI : Orange nous confirme un futur blocage par DNS

Sans dévoiler de calendrier opérationnel

« En effet, nous commençons à mettre en place les développements nécessaires au filtrage par DNS des sites pédopornographiques ». Orange nous a confirmé ce matin nos informations selon lesquelles il architecturait son réseau pour mettre en place un système de blocage par DNS dans le cadre de la LOPPSI.

réseau internet

Par contre, Orange se refuse à valider le moindre calendrier. Si, en interne, on table techniquement sur la date du 1er janvier 2013 (notre actualité), officiellement, la direction nous dit simplement « attendre la publication de la liste des sites à bloquer qui viendra à travers le décret ». Un décret important puisque celui-ci doit aussi fixer « les modalités d'application d'empêchement d'accès aux adresses électroniques » et « notamment les modalités de compensation des éventuels surcoûts résultant des obligations mises à la charge des opérateurs. »

Le sujet est à ce jour classé Confidentiel chez Orange qui prépare l’intégration de ce système destiné à bloquer plusieurs milliers de sites chaque jour. Ces sites seront dénoncés par le ministère de l’Intérieur – en principe via l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication. Les listes seront ensuite transmises aux FAI de manière chiffrée et automatisée. Elles seront mises à jour quotidiennement.

La loi LOPPSI a été publiée au journal officiel le 15 mars 2011. En juin 2008, Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, expliquait que « l'accès aux sites à caractère pédopornographique sera bloqué en France. D'autres démocraties l'ont fait. La France ne devait plus attendre. » Depuis, la France attend... et plusieurs rapports ont dénoncé les risques de surblocage, en vain...

A ce jour, rien n'est dit sur les hypothèses de faux positifs. Par exemple, PCinpact.com pourrait être classé à tort parmi les sites à bloquer. Une hypothèse qui n'a rien de farfelue comme en témoigne ce blocage accidentel de 84 000 sites outre-Atlantique..
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 11/06/2012 à 12:08

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 109 commentaires

Avatar de Chrisrc01 INpactien
Chrisrc01 Le lundi 11 juin 2012 à 12:15:33
Inscrit le samedi 4 octobre 08 - 1434 commentaires
Effectivement ils se servirons aussi du retour d'expérience en Éthiopie
Avatar de animehq INpactien
animehq Le lundi 11 juin 2012 à 12:15:35
Inscrit le mardi 11 avril 06 - 5642 commentaires
Au revoir internet libre, bienvenue a toi great firewall
Avatar de Commentaire censuré INpactien
Commentaire censuré Le lundi 11 juin 2012 à 12:17:47
Inscrit le jeudi 21 janvier 10 - 323 commentaires
... au filtrage par DNS des sites pédopornographiques »

Le prétexte ridicule... en plus de 10 ans de surf sur le web je ne suis JAMAIS tombé sur un site pédo-pornographique. C'est LE prétexte pour (tenter de) censurer n'importe quelle URL qui dérange sur le web, c'est incroyable de tolérer une chose pareille en France...

De toutes façons ceux qui utilisent les DNS 8.8.8.8 et 8.8.4.4 (DNS Google) pourront toujours accéder aux sites "pédo-pornographiques", n'est-ce pas ?

Pfff...

Edité par Commentaire censuré le lundi 11 juin 2012 à 12:20
Avatar de JohnCaffey INpactien
JohnCaffey Le lundi 11 juin 2012 à 12:18:22
Inscrit le mercredi 30 août 06 - 6810 commentaires
8.8.8.8
Avatar de ano_634957445057586285 INpactien
ano_634957445057586285 Le lundi 11 juin 2012 à 12:19:47
Inscrit le mardi 22 janvier 08 - 266 commentaires
Euh un blocage par DNS pour de la pédopornographie ? N'est-ce pas complètement ridicule ? J'imagine mal les gens commercialisant ce genre de contenu s'amuser à diffuser via DNS leur localisation.

Il me semblait que le DNS était surtout là pour rendre triviale la mémorisation des adresses web, de sortes que les masses puissent adhérer au système. Pour des contenus illégaux et destinés à un public extrêmement restreint, la diffusion de codes compliqués (plus qu'une IP) ne semble pas être un obstacle, loin de là.

Du coup, ne peut-on pas avoir légitimement des doutes quant à la finatlité d'un blocage DNS ?

Il y a 109 commentaires

;