S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Abus de position dominante en Europe : Google estime ne pas être en tort

Préparez déjà le pop-corn

Alors qu’une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de sa tête en Europe, Google estime ne violer aucune règle de l’Europe et donc ne pas à modifier son moteur de recherche. Sans pour autant rejeter officiellement la main tendue par la Commission européenne, Google pourrait s’attirer les foudres de l’Europe si aucun compromis ne venait à être trouvé.

 

google logo

Un accord à l'amiable avantageux

Attaqué pour abus de position dominante par plusieurs sociétés en Europe, Google fait l’objet depuis plus d’un an et demi aujourd’hui d’une enquête de la Commission européenne. À l’instar d’IBM l’an passé quant à son abus de position dominante dans le secteur des serveurs, l’Europe a proposé en début de semaine un accord à l’amiable à Google.

Cet accord a pour but de permettre à l’Europe de stopper sa fastidieuse enquête, de résoudre plus rapidement les éventuels problèmes d’abus et d’éviter à Google une sanction financière potentiellement très lourde. En somme, toutes les parties peuvent s’y trouver, ce qui a parfaitement été assimilé par IBM en 2011.

"Google ne viole aucune règle"

Mais pour Eric Schmidt, PDG de Google aux moments des faits et ainsi directement impliqué, sa société ne viole aucune des règles européennes et n’est pas en monopole. Eric Schmidt n’est pas contre une discussion avec les autorités européennes, mais en attendant d’avoir plus de détails sur les domaines soi-disant violés par Google, il ne veut pas spéculer.

Pour rappel, le commissaire à la Concurrence Joaquín Almunia a invité lundi Eric Schmidt à présenter ses solutions afin d’éviter d’éventuelles sanctions pécuniaires pouvant s’élever à plusieurs milliards d’euros. Plus précisément, Almunia a offert à Google « la possibilité de venir dans quelques semaines avec ses premières propositions de solutions pour traiter chacun de ces points ».

Quatre types d'abus

Le commissaire à la Concurrence nota que les conclusions préliminaires de la Commission européenne pointaient « quatre sujets de préoccupation, où les pratiques commerciales de Google peuvent être considérées comme un abus de position dominante ». Almunia n’a cependant donné qu’une brève description des quatre points de la discorde.

La première réaction de Google à cette lettre n’a donc pas été des plus positive envers la Commission européenne. Néanmoins, un changement de vision n’est pas à exclure.

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 24/05/2012 à 00:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 69 commentaires

Avatar de Snakeseater INpactien
Snakeseater Le jeudi 24 mai 2012 à 00:07:02
Inscrit le mercredi 23 décembre 09 - 343 commentaires
C'est sur, google ne paye pas tout un tas de soft dispo sur internet pour que quand on n'oublie de décocher la petite case "Je veux installer google chrome", on se chope une petite install en douce.

Après on s'étonne que ce truc, qui se permet d'analyser tout ce que vous recherchez, est "numéro un des navigateurs" .
Avatar de metaphore54 INpactien
metaphore54 Le jeudi 24 mai 2012 à 00:07:04
Inscrit le mercredi 29 avril 09 - 6486 commentaires
Mais pour Eric Schmidt, PDG de Google aux moments des faits et ainsi directement impliqué, sa société ne viole aucune des règles européennes et n’est pas en monopole.


Position dominante et monopole est très différent. IL n'a pas l'habitude de répondre à coté de la plaque ?

Dans ce cas windows non plu à l'époque.
Avatar de zaknaster INpactien
zaknaster Le jeudi 24 mai 2012 à 00:08:36
Inscrit le lundi 26 avril 10 - 2831 commentaires
C'est sur, google ne paye pas tout un tas de soft dispo sur internet pour que quand on n'oublie de décocher la petite case "Je veux installer google chrome", on se chope une petite install en douce.

Après on s'étonne que ce truc, qui se permet d'analyser tout ce que vous recherchez, est "numéro un des navigateurs" .

Ca pour le coup ça n'a rien d'un abus
Avatar de Sir-Alucard INpactien
Sir-Alucard Le jeudi 24 mai 2012 à 00:59:50
Inscrit le jeudi 16 décembre 10 - 115 commentaires
Comment Google pourrait-il être en tord ?!?
Il mets en avant sur SA plateforme SES services avant les autres.
Normal après tout non ?!

Il n'y a pas Monopole puisque les autres sont apparents.
Certes derrière, mais il y sont

Edité par Sir-Alucard le jeudi 24 mai 2012 à 01:00
Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le jeudi 24 mai 2012 à 01:06:23
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8269 commentaires
La commission cherche des sous…
Avatar de Tolor Modérateur
Tolor Le jeudi 24 mai 2012 à 01:07:04
Inscrit le mercredi 5 août 09 - 12179 commentaires
Comment Google pourrait-il être en tord ?!?
Il mets en avant sur SA plateforme SES services avant les autres.
Normal après tout non ?!

Il n'y a pas Monopole puisque les autres sont apparents.
Certes derrière, mais il y sont


Remplace Google par Microsoft dans ta phrase, et tu verras que c'est exactement la même chose... Et pourtant
Avatar de the true mask INpactien
the true mask Le jeudi 24 mai 2012 à 01:16:12
Inscrit le mardi 16 août 11 - 1469 commentaires
Comment Google pourrait-il être en tord ?!?
Il mets en avant sur SA plateforme SES services avant les autres.
Normal après tout non ?!

Il n'y a pas Monopole puisque les autres sont apparents.
Certes derrière, mais il y sont


C'est exactement ce qui avait valu à MS de prendre une grosse amende ..

La jurisprudence voudrait que Google subisse le meme sort

Donc pas la peine de défendre bec et ongle telle ou telle compagnie
Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le jeudi 24 mai 2012 à 01:54:36
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8269 commentaires


C'est exactement ce qui avait valu à MS de prendre une grosse amende ..

La jurisprudence voudrait que Google subisse le meme sort

Donc pas la peine de défendre bec et ongle telle ou telle compagnie

Cependant, ça reste une décision arbitraire et idéologique, qui viole divers droits privés de ces firmes.
Avatar de Dunaedine INpactien
Dunaedine Le jeudi 24 mai 2012 à 08:40:57
Inscrit le samedi 7 janvier 06 - 15989 commentaires


Remplace Google par Microsoft dans ta phrase, et tu verras que c'est exactement la même chose... Et pourtant


Bof. Pour le cas d'IE, il est installé par défaut (ce qui en soit n'était pas forcément dérangeant), mais surtout, il a imposé ses propres règles de manière à ce que les sites soient incompatibles avec d'autres navigateurs suivant pourtant les recommandations du W3C. Avec les dégâts que l'on connaît. L'abus de MS a clairement eux des conséquences sévères.

De plus ici, on reproche à Google d'être un moteur de recherche tentant de faire un poil de sémantique. C'est stupide de lui reprocher cela, car c'est ce vers quoi vont tendre tous les moteurs de recherche. Les services qui se plaignent sont des moteurs de recherche spécialisés.
Avatar de GiLidan INpactien
GiLidan Le jeudi 24 mai 2012 à 09:06:14
Inscrit le vendredi 11 mai 12 - 74 commentaires


Remplace Google par Microsoft dans ta phrase, et tu verras que c'est exactement la même chose... Et pourtant


Bof pour moi aussi...
Et le problème de microsoft n'est pas le même d'ailleurs il y a toujours Internet Explorer d'installer dans Windows... Mais maintenant il propose en même temps les solutions alternatives.
Google montre ses services mais montrent aussi les autres...

Si on va sur Wikipédia et qu'on fait une recherche et qu'on trouve des résultats de wikipédia sur la page c'est un abus de monopole? mdr2.gif
;