S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Recherche Google : « Knowledge Graph » pour comprendre le monde réel

Le lien commun entre toutes les choses ? C'est facile : Odin

Quelques jours seulement après que Microsoft intègre les réseaux sociaux dans Bing, Google dévoile des changements pour son moteur de recherche via l'ajout d'une nouvelle fonctionnalité : le « Knowledge Graph » ou graph du savoir. Celle-ci est en fait une gigantesque base de données qui collecte des informations sur des objets, des personnes ou encore des lieux du monde réel afin de pouvoir tisser des liens entre eux et vous fournir des réponses toujours plus pertinentes.

Google Knowledge Graph

À l'heure actuelle, la société de Mountain View annonce que pas moins de 500 millions d'« éléments » (au sens large du terme) sont d'ores et déjà référencés, et que plus de 3,5 milliards d'interconnexions sont de la partie. Bien évidemment, la firme ne compte pas s'arrêter là, et précise qu'elle continue à enrichir sa collection.

Les pages de résultats du moteur de recherche s'enrichissent d'une nouvelle colonne sur la droite, là où se trouvent parfois les publicités AdWords. Celle-ci vous propose, suivant les cas, des informations complémentaires sur votre recherche : une courte biographie pour les personnalités (visiblement emprunté à Wikipédia), des titres de livres pour les écrivains, des tableaux pour les peintres, ou encore un descriptif et une carte pour les lieux célèbres et les monuments. 

Voici un exemple avec Vincent van Gogh :

Knoledge Graph Google 

Le moteur de recherche de Google en apprend tous les jours un peu plus

Afin de mettre en avant des résultats toujours plus pertinents, Google annonce qu'il s'appuie sur les choix précédemment effectués par les internautes. Par exemple, dans le cas de Charles Dickens, les gens sont principalement intéressés par ses livres tandis que pour Frank Looyd Wright ce sont ses constructions qui reviennent le plus souvent, le moteur de recherche le sait et vous proposera donc ces éléments-là en priorité.

Voici deux exemples mis en avant par Google avec Marie Curie (prix Nobel en physique et en chimie) puis Matt Groening (le papa des Simpsons) :

Knoledge Graph GoogleKnoledge Graph Google

À titre d'exemple, Google annonce que dans le cas d'une recherche sur Tom Cruise, dans 37 % des cas les informations supplémentaires affichées sur la droite répondent justement à la question que se posait l'internaute. Bien évidemment, quelques recherches relatives sont également de la partie, elles vous permettent d'en découvrir un peu plus sur un sujet qui vous intéresse.

Au-delà des mots... il y a des éléments de la vie réelle

De plus, Google précise que lors d'une requête les mots peuvent avoir plusieurs sens, mais grâce au « Knowledge Graph » il est en mesure de les identifier et de trier ses réponses afin de ne vous proposer que celles qui vous intéresse. C'est par exemple le cas lorsque vous recherchez « Taj Mahal » qui peut aussi bien correspondre à un monument indien, un groupe de musique , un restaurant proche de chez vous ou bien le Casino d'Atlantic City (tous portent le même nom avec la même orthographe).

Si par défaut le géant du web vous retourne des réponses relatives au premier choix (le plus populaire), il vous proposera également d'affiner votre requête par le biais de suggestions. Il vous suffit alors de cliquer sur l'une d'entre elles pour obtenir des résultats la concernant.

Voici un exemple en image avec justement le Taj Mahal : 

Knoledge Graph Google

L'ensemble de ses fonctionnalités est en cours de déploiement (sur Google.com pour commencer). Elles seront donc prochainement disponibles pour tous, que vous utilisiez Google depuis votre ordinateur, votre smartphone ou votre tablette. Le moteur de recherche précise que l'application Google Search App sur iOS sera prochainement mise à jour en conséquence.

Knoledge Graph Google

Pour finir, voici une vidéo de présentation d'un peu moins de trois minutes :

Sébastien Gavois

Journaliste, jamais bien loin d'une connexion internet. Spécialiste du stockage sous toutes ses formes et du décryptage de PDF des opérateurs de téléphonie mobile.

Google+

Publiée le 17/05/2012 à 10:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 29 commentaires

Avatar de Raito Yagami INpactien
Raito Yagami Le jeudi 17 mai 2012 à 11:21:25
Inscrit le jeudi 8 mai 08 - 599 commentaires
Vraiment époustouflant !
Avatar de zaknaster INpactien
zaknaster Le jeudi 17 mai 2012 à 11:31:28
Inscrit le lundi 26 avril 10 - 2831 commentaires
Rien à dire, la recherche c'est leur truc

Edité par zaknaster le jeudi 17 mai 2012 à 11:32
Avatar de DniMam INpactien
DniMam Le jeudi 17 mai 2012 à 11:39:34
Inscrit le vendredi 1 mai 09 - 305 commentaires
Avec ça on s'approche de la bibliothèque d'Asimov (fondation), la suite une fusion intercontinentale de nos connaissances, des astuces mémé, et sociale

Mais ça c'est quand on aura plus les brevets intellectuels
Avatar de farny INpactien
farny Le jeudi 17 mai 2012 à 11:46:36
Inscrit le samedi 7 février 04 - 2815 commentaires
Oui enfin bon ASIMOV s'est inspiré de la bibliothèque d'alexandrie ou de la tour de babel .L'anglais étant la langue adamique .
Avatar de megabigbug INpactien
megabigbug Le jeudi 17 mai 2012 à 11:50:22
Inscrit le jeudi 11 septembre 08 - 706 commentaires
C'est relativement vieux ce genre de graphe.
Le chalenge c'est de le construire automatiquement.
Je pense que wikipédia est une source très importante pour la construction de ce graphe car les données y sont assez bien structurées.
En tout cas je pense que c'est une source plus importante que les résultats tirés de la navigation des utilisateurs.

Avatar de megabigbug INpactien
megabigbug Le jeudi 17 mai 2012 à 11:59:01
Inscrit le jeudi 11 septembre 08 - 706 commentaires
Oui enfin bon ASIMOV s'est inspiré de la bibliothèque d'alexandrie ou de la tour de babel .L'anglais étant la langue adamique .


Pour la bibliothèque d'alexandrie je vois un peu le rapport avec Fondation, mais pour la tour de babel et la langue adamique je vois pas.
Tu peux clarifier ?


Au passage, je trouve que par sa maîtrise des statistiques, Google ressemble plus à la seconde fondation qu'à la première. La première fondation c'est plutôt Wikipédia.
Avatar de Oliewan INpactien
Oliewan Le jeudi 17 mai 2012 à 12:20:05
Inscrit le samedi 13 décembre 03 - 2476 commentaires

Au passage, je trouve que par sa maîtrise des statistiques, Google ressemble plus à la seconde fondation qu'à la première. La première fondation c'est plutôt Wikipédia.

Pluzin
Avatar de Xaelias INpactien
Xaelias Le jeudi 17 mai 2012 à 12:38:12
Inscrit le mercredi 1 juillet 09 - 2094 commentaires
Arrêtez, je vais me sentir obligé de les relire

Edité par Xaelias le jeudi 17 mai 2012 à 12:38
Avatar de supercolino INpactien
supercolino Le jeudi 17 mai 2012 à 13:04:10
Inscrit le mardi 15 août 06 - 252 commentaires
Pour les curieux, quelques explications techniques :

Google propose ici une interface permettant de rassembler des informations provenant du Web des données (Linked data). Il ajoute une surcouche sémantique au Web des documents (Web 1.0) et au Web participatif (Web 2.0). C'est pour cela qu'il est communément appelé Web 3.0 ou Web sémantique. Ce Web s'appuie sur quelques recommandations du W3C, tels que RDF, OWL et RDFa.

Par sémantique, on entend la possibilité de décrire des objets grâce à des modèles d'objets standards et leurs propriétés. Les habitués de la programmation orientée objet (ce que je ne suis pas ) reconnaîtront la logique de classe et d'instance.

Comme intelligemment vulgarisé dans l'article, pour les utilisateurs, la recherche passe dans une autre dimension : plutôt que de rechercher "Taj Mahal" grâce à une chaîne de caractère, l'utilisateur peut affiner sa requête en précisant le type d'objet recherché. Dans ce cas, l'objet "monument" (modèle).

On pourrait imaginer que l'utilisateur précise également informations de localisation (pays, ville, coordonnées, etc.).

Voici la description de l'objet Taj Mahal en RDF, élaboré à partir des informations contenues dans l'article Wikipedia. DBpedia est en fait la version Web 3.0 de Wikipedia.
Avatar de megabigbug INpactien
megabigbug Le jeudi 17 mai 2012 à 13:23:43
Inscrit le jeudi 11 septembre 08 - 706 commentaires
DBpedia est en fait la version Web 3.0 de Wikipedia.


Merci!
Je ne connaissais pas, ça pourrait m'être utile pour récupérer rapidement des infos à l'aide de requête SPARQL.
;