S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

CHKDSK : Windows 8 veut accélérer et simplifier la réparation des erreurs

Les quatre états de santé du NTFS

Windows est depuis longtemps accompagné d’un utilitaire chargé de détecter et corriger les données corrompues sur le disque : CHKDSK. Contraction de « Check Disk », il fut un temps remplacé par Scandisk, notamment sous Windows 95 et 98. Bien que CHKDSK soit revenu à partir de Windows XP pour s’occuper du NTFS, il n’a pas subi de grandes évolutions autres que sur ses performances. Microsoft détaille justement sur son blog les améliorations prévues dans Windows 8.

Laisser l’accès au disque dur

Le fonctionnement de CHKDSK implique régulièrement un accès total aux données, qui ne peut survenir que si l’utilisateur renonce à sa session. Ainsi, Windows peut avertir lors d’un scanner qu’il ne dispose pas des droits suffisants : trop de fichiers et exécutables sont ouverts par l’utilisateur. Le scanner sera alors relancé au démarrage suivant de Windows, et avant que ne s’ouvre la session utilisateur. Dans Windows 8, ce fonctionnement change en grande partie.

win8 windows 8 ntfs chkdsk

Le processus de « guérison » dans Windows 8 est décrit dans le schéma ci-dessus. Les étapes en sont :
  • Détection par NTFS d’un anomalie dans les métadonnées
  • NTFS tente de se soigner seul rapidement
  • NTFS détermine si l’erreur est réelle ou simplement transitoire
  • En cas d’erreur réelle, NTFS identifie les actions à prendre et en enregistre une trace. L'utilisateur est prévenu.
Durant ces étapes, le statut du disque dur est « online », à savoir pleinement utilisable par l’utilisateur. Certaines opérations de réparation doivent couper l’accès du disque dur pour que CHKDSK y ait un accès exclusif. Les entrées/sorties sont alors mises en pause et l’utilitaire peut par exemple déclencher un scanner complet au redémarrage suivant du système.

Le premier gros changement ici est que plus rien n’empêche CHKDSK de mener l’ensemble des opérations de vérification. Les mesures à prendre, si elles sont importantes, sont déportées dans le Centre de Maintenance pour que l’utilisateur y jette un oeil. Dans le cadre d’une entreprise, ce déplacement vers le Centre rend possible la planification de ces opérations.

win8 windows 8 ntfs chkdsk

Faire de CHKDSK un dernier recours

L’objectif des modifications est de faire de l’utilitaire de correction une solution de dernier recours. Les processus en amont devront en effet vérifier et trier les erreurs de manière à ce que CHKDSK ne soit appelé qu’en cas d’erreur bien réelle.

Le processus de guérison automatique par exemple est apparu avec Vista. Il permet de rassembler les erreurs dues au fonctionnement normal du système et de les corriger sans appeler CHKDSK. Dans Windows 8, ce processus prend en charge un nombre plus important de classes d’erreurs.

Certains problèmes proviennent d’erreurs rencontrées en mémoire vive. Il peut donc y avoir des conséquences, mais le disque dur lui-même n’est pas en cause. Du coup, un nouveau service fait son apparition, le « spot verification service ». Quand NTFS rencontre une erreur, il demande sa vérification par le SVS avant de répercuter des changements sur le disque dur. Le service n’est actif qu’à la demande de NTFS.

Lorsque CHKDSK ne peut plus être évité, il fonctionne la plupart du temps en arrière-plan. Il n’empêche pas les autres applications de fonctionner et effectue ses manipulations de préférence dans les moments opportuns, notamment quand la machine ne fait rien depuis un certain temps. Les résultats du scanner sont mis de côté par la suite.

win8 windows 8 ntfs chkdsk 

Finalement, si une action importante doit être prise, CHKDSK bénéficie d’une dernière amélioration. Quand la machine devient inaccessible à l’utilisateur, le temps mort est appelé « Spotfix ». Dans le cas de Windows 8, le spotfix ne doit durer que quelques secondes. En effet, la durée de l’opération est proportionnelle au nombre précis d’erreurs à corriger. Il s’agit d’une évolution bienvenue car jusqu’à présent le temps mort était proportionnel au nombre de fichiers sur le disque dur. Un sérieux problème avec l’explosion des capacités ces dernières années. Notez d’ailleurs que sous Windows Server 2012, l’utilisation des Storage Spaces supprime complètement le spotfix car la redondance des informations permet de ne pas couper leur accès.

Quatre états de santé

Chaque volume formaté en NTFS bénéficie de quatre états décrivant les opérations à mener si nécessaires. Le premier, « Online and healthy », indique que tout va bien et qu’aucune manipulation n’est à faire. Le deuxième, « Online spot vérification needed », signale qu’une erreur a été trouvée et n’a pas été corrigée par les services de guérison automatique. Le SVS est alors appelé pour confirmer qu’il s’agit bien d’un vrai problème.

win8 windows 8 ntfs chkdsk

Si le service ne reconnaît pas d’erreur, le disque retourne au premier état. Sinon, il passe au troisième, « Online scan needed ». Cette fois, l’évènement s’inscrit dans le Centre de maintenance, comme nous l’avons vu. L’utilisateur peut donc voir l’évènement, mais n’a pas besoin d’agir tout de suite. Le scanner sera en effet lancé soit durant la prochaine période d’inactivité, soit, dans le cas d’une entreprise, durant la prochaine fenêtre de maintenance. Bien entendu, l’utilisateur peut déclencher le scanner depuis le Centre s’il ne souhaite pas attendre.

win8 windows 8 ntfs chkdsk 

Le quatrième état est celui des erreurs réelles. Le scanner permet de créer une liste des problèmes et de proposer, le cas échéant, les actions à prendre. En cas de vraie corruption de données, le Centre de maintenance propose de redémarrer le système. Lors du reboot, CHKDSK ne fera rien d’autre que réparer les erreurs mises de côté. Il ne procèdera pas à un nouveau scanner comme il le fait actuellement.

Ce nouveau modèle de santé est actif par défaut dès qu’une partition est formatée en NTFS. Cela signifie notamment qu’il fonctionnera pour les disques durs externes. Les services de gestion des erreurs sont spécifiques à Windows 8 mais n'empiètent pas sur NTFS, ce qui signifie qu’un disque formaté sous Vista ou Windows 7 peut en profiter s’il est connecté à Windows 8, puis repartir sur une machine plus ancienne.
Source : Microsoft
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 10/05/2012 à 10:17

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 58 commentaires

Avatar de Bill2 INpactien
Bill2 Le jeudi 10 mai 2012 à 10:25:59
Inscrit le mardi 6 mai 03 - 2123 commentaires
Du tout bon tout ça.
Avatar de Edtech INpactien
Edtech Le jeudi 10 mai 2012 à 10:28:45
Inscrit le mardi 17 octobre 06 - 3718 commentaires
Du tout bon tout ça.


Tu m'ôtes les mots de la bouche
Avatar de trash54 INpactien
trash54 Le jeudi 10 mai 2012 à 10:31:06
Inscrit le mardi 13 septembre 05 - 6214 commentaires
je viens de prendre un coup de vieux là en lisant CHKDSK

/me souvenir de Norton Utilities et autres sous DOS 6.2
Avatar de sebtx INpactien
sebtx Le jeudi 10 mai 2012 à 10:35:05
Inscrit le mardi 8 janvier 08 - 1792 commentaires
Han mais chkdsk existait avant scandisk ???


Mince j'ai connu que Scandisk moi.

Avatar de Vindev_HELL84 INpactien
Vindev_HELL84 Le jeudi 10 mai 2012 à 10:37:40
Inscrit le mardi 3 janvier 06 - 6954 commentaires
les "entrailles" de Win8 sont exellentes mais la carosserie me déplait fortement (dumoins sur du non tactile)

Il y a 58 commentaires

;