S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Netflix gagne des abonnés mais annonce ses premières pertes depuis 7 ans

Et s'écroule en bourse

L’Américain Netflix, géant de la VoD en streaming en Amérique, continue de s’écrouler en bourse après la publication de ses mauvais résultats du premier trimestre 2012. Proche des 300 $ l’an passé, son action vaut désormais moins de 90 $. Une division par trois de sa valeur, qui pourrait donner de l’appétit à certains, Netflix n’étant plus valorisé qu’à 5 milliards de $, contre plus de 15 milliards il y a un an.

Netflix bourse 24 avril 2012

Les premières pertes depuis 2005

Les derniers résultats publiés par Netflix ne sont guères positifs. Si du côté des abonnés, le service est reparti à la hausse côté streaming avec 26,48 millions d’abonnés à travers le monde, en hausse de 2,95 millions en trois mois, la société a perdu plus d’1 million d’abonnés à son service de location de DVD.

Résultat, du fait de ses investissements importants, Netflix affiche des pertes de 5 millions de $. Des pertes qui n’ont rien d’alarmant en soi, mais qui sont une première depuis 7 ans pour le géant de la vidéo payante. Cette perte fait de plus suite à une baisse importante du bénéfice au dernier trimestre 2011 (-44 % en trois mois). Bonne nouvelle toutefois, Netflix redeviendra bénéficiaire dès le trimestre suivant.

Netflix, malgré son nombre supérieur d’abonnés, a même vu son chiffre d’affaires légèrement reculer de 0,7 % dans le monde, dont 2,5 % aux USA. Son chiffre d’affaires à l’international reste d’ailleurs très faible pour le moment, avec seulement 44 millions de $ générés, contre 826 millions rien qu’aux États-Unis.

L'international encore faible mais en forte progression

Les 3,07 millions d’abonnés hors USA ne pèsent ainsi pas lourds face aux 43,5 millions d'abonnés à ses services de streaming et d’envois de DVD et Blu-ray Disc aux USA. La croissance du premier trimestre 2012 à l’international reste néanmoins la plus forte de son histoire pour Netflix, avec 1,21 million de nouveaux abonnés, contre 380 000 le trimestre précédent, 510 000 au troisième trimestre 2011, 160 000 au deuxième trimestre et 290 000 il y a un an.

Cette bonne performance à l’international en termes de croissance est liée au lancement du service de streaming au Royaume-Uni et en Irlande. Ces deux territoires sont en effet les seuls où s’est installé Netflix en Europe pour le moment. Lancé outre-Manche début janvier pour 5,99 £ par mois (ou 6,99 € en Irlande), Netflix a réalisé le meilleur démarrage de son histoire en 90 jours hors USA.

Bientôt des bénéfices au Canada

Du côté du Canada, Netflix annonce avoir doublé son nombre d’abonnés par rapport à l’an passé. En perte auparavant sur ce territoire, Netflix devrait réaliser dès le deuxième trimestre 2012 des bénéfices sur ce territoire.

L’Amérique Latine, par contre, est un cas différent. La société y explique des difficultés, du fait des internautes latino-américains peu habitués d’un tel mode de consommation de la vidéo. Le taux de conversion entre la version gratuite (d’un mois) et la payante est ainsi encore faible. Netflix compte ainsi diversifier un maximum son offre et trouver de nouveaux modes de paiements afin d’augmenter le nombre d’abonnés et dégager des bénéfices à terme.

Prochaine cible : l'Espagne ?

Enfin, d’autres pays sont-ils prévus par Netflix ? L’entreprise se contente d’annoncer qu’un pays européen majeur rejoindre le Royaume-Uni et l’Irlande d’ici le dernier trimestre de l’année. Il est fort probable que ce pays soit l’Espagne, à moins que les négociations en Allemagne aient porté leurs fruits. Quant à la France, il faudra donc patienter au moins jusqu’en 2013.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 25/04/2012 à 00:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 18 commentaires

Avatar de divinechild INpactien
divinechild Le mercredi 25 avril 2012 à 01:36:13
Inscrit le vendredi 28 mai 04 - 2174 commentaires
Ici on a eut du mal à avoir un 4 eme opérateur téléphonique, alors Netflix on peut toujours esperer...

Si au moins on avait un équivalent français ok, mais même pas !
Avatar de Maywen INpactien
Maywen Le mercredi 25 avril 2012 à 02:06:08
Inscrit le mercredi 21 mars 12 - 128 commentaires
"Proche des 300 $ l’an passé, son action vaut désormais moins de 90 $."

C'est pas le moment de vendre, en gros.
Avatar de Jed08 INpactien
Jed08 Le mercredi 25 avril 2012 à 02:42:16
Inscrit le vendredi 19 août 11 - 1691 commentaires
C'est quand même incroyable.
Les ayants droits étranger arrivent à trouver des accords pour permettre la création de ce type de service sans l'étouffer de conditions... Et en France ceci n'est pas possible O.o !

Hallucinant !
Avatar de SnoiD INpactien
SnoiD Le mercredi 25 avril 2012 à 07:48:02
Inscrit le jeudi 12 juillet 07 - 1327 commentaires
Ici on a eut du mal à avoir un 4 eme opérateur téléphonique, alors Netflix on peut toujours esperer...

Si au moins on avait un équivalent français ok, mais même pas !


Et CanalPlay Infinity c'est quoi ?

C'est quand même incroyable.
Les ayants droits étranger arrivent à trouver des accords pour permettre la création de ce type de service sans l'étouffer de conditions... Et en France ceci n'est pas possible O.o !

Hallucinant !


Le copyright facilite beaucoup de chose en terme d'acquisition/gestion de droits.

Enfin l'article ne parle pas du fait que les investissement qui grève les revenus sont justement lié à l'Amérique Latine et l'obligation de sous-titrage des titres. Et mine de rien ça c'est un coût peu compressible ! (Et on ne parle même pas de doublage).
Avatar de Ishan INpactien
Ishan Le mercredi 25 avril 2012 à 09:20:18
Inscrit le vendredi 3 décembre 04 - 646 commentaires
Petite piqûre de rappel, le problème en France c'est pas tant les ayants droits (qui, certes, font chier mais c'est un autre problème) que les lois idiotes voter pour la sauvegarde du sacro-saint cinéma.
En France on ne peut diffuser (dans le sens chaine de TV ou VOD illimité) que des films de plus de 36 mois. Donc exit les dernier films.
Au lieux de chouiner que les films sont piratés dans la seconde en CAMRip de merde que presque personne ne regarde (proportionnellement) ils feraient mieux de pousser à la réforme de lois à la con dans ce genre (y'en a plein, c'est très Français ) et tout miser sur ce genre de service de VOD illimité en VM HD.
Fin je dis ça, je dis rien...

Edité par Ishan le mercredi 25 avril 2012 à 09:22
Avatar de Groumfy INpactien
Groumfy Le mercredi 25 avril 2012 à 09:35:37
Inscrit le mercredi 8 décembre 04 - 3115 commentaires


Et CanalPlay Infinity c'est quoi ?



Un équivalent français qui a largement le temps de s'installer avant que Netflix arrive.

Perso, je me fous de prendre l'un ou l'autre, mais j'aimerais avoir le choix, en terme de catalogue et tarifaire.

Sachant que j'ai une console PS3, une ligne ADSL, et que Netflix est disponible aux USA, je ne "comprend pas" l'absence de Netflix et autres équivalents sur le "territoire" français.

Sachant que le groupe Canal est un important ayant droit ... j'ai quand même envie d'y voir un lien de cause à effet ...
Avatar de kozeidon INpactien
kozeidon Le mercredi 25 avril 2012 à 09:47:12
Inscrit le mardi 29 juin 04 - 150 commentaires
L'absence de Netflix et équivalent est principalement dû à la réglementation : Interdit de diffuser du contenu de moins de 3 ans sur les plateforme de VOD illimité.

Du coup, proposer un épisode de Dr House avec 3 saison de retard, ou une "nouveauté" de 2009, c'est quand même plus difficile à vendre.
Avatar de hellmut INpactien
hellmut Le mercredi 25 avril 2012 à 09:54:03
Inscrit le jeudi 9 décembre 04 - 5317 commentaires
Petite piqûre de rappel, le problème en France c'est pas tant les ayants droits (qui, certes, font chier mais c'est un autre problème) que les lois idiotes voter pour la sauvegarde du sacro-saint cinéma.

je crois que tout le monde a maintenant bien compris qui sont les groupes de pression (lobbies) qui sont à l'origine de ce système et le défendent.

On nous rebassine depuis des dizaines d'années avec l'exception culturelle.
Visiblement la seule chose d'exceptionnelle qui reste à la France culturellement c'est son retard dans l'émergence d'une offre légale en même temps que son avance dans les politiques répressives et la surveillance de masse.

Pas étonnant que le monde entier s'arrache nos idées, comme le prétendent NS, FM et MMM.
Avatar de misterB INpactien
misterB Le mercredi 25 avril 2012 à 09:55:56
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145744 commentaires


Un équivalent français qui a largement le temps de s'installer avant que Netflix arrive.

Perso, je me fous de prendre l'un ou l'autre, mais j'aimerais avoir le choix, en terme de catalogue et tarifaire.

Sachant que j'ai une console PS3, une ligne ADSL, et que Netflix est disponible aux USA, je ne "comprend pas" l'absence de Netflix et autres équivalents sur le "territoire" français.

Sachant que le groupe Canal est un important ayant droit ... j'ai quand même envie d'y voir un lien de cause à effet ...

Pourtant Netflix fonctionne parfaitement, le player est nickel, l'interface web perfectible ( l'affichage des films dispo est étrange, il en maque) sur Xbox le player aussi fonctionne nickel, la HD (720) est rapide.

J'ai un abo lovefilms instant aussi que je vais résilier, le player est une tannée, la recherche pourrie par la présence des series par épisode et le choix au final est quasi le même que NetFlix mais avec plus de blockbusters
Avatar de Groumfy INpactien
Groumfy Le mercredi 25 avril 2012 à 10:25:07
Inscrit le mercredi 8 décembre 04 - 3115 commentaires

Pourtant Netflix fonctionne parfaitement


Tu m'expliques ? Je viens de tester d'aller sur le site à l'instant même : "Sorry, Netflix is not available in your country... yet"

Si je paye pour accéder à un service, c'est pour l'avoir "out of the box". Pas question de monter du VPN pour un service de ce genre.
;