S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Cartes de paiement NFC : sans contact, sans sécurisation

C'est l'halu dans le portefeuille

Les puces RFID (Radio Frequency Identification) permettent de transmettre des informations sur une courte distance. Elles sont présentées comme une panacée dans divers domaines et pourraient notamment remplacer à terme les codes-barres. Elles sont présentes depuis environ six mois sur certaines cartes de paiement, ce qui promet des achats facilités. Gros problème : de nombreuses informations circulent en clair et sont parfaitement lisibles avec peu de moyens.

Des cartes bien bavardes

Le lièvre a été soulevé par Renaud Lifchitz, ingénieur sécurité chez BT mais également membre de l’ARCSI (Association des Réservistes du Chiffre et de la Sécurité de l’Information). La démonstration a été réalisée une première fois le 4 avril aux journées francophones de la sécurité (GS Days) puis il y a deux semaines lors de la conférence Hackito Ergo Sum (« Je hacke donc je suis »). Le principe : prouver que l’on peut écouter une carte de paiement pendant une opération bancaire, et ce sans matériel de pointe.

 
Renaud Lifchitz a utilisé une simple clé USB NFC (Near Field Communication) disponible pour environ 40 euros afin de capter les communications. À l’aide d’une petite application développée pour l’occasion, la clé USB a pu interpréter le signal émis par la carte placée juste à côté. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la carte s’est révélée bavarde : nom, prénom, numéro de la carte bancaire, date d’expiration et même la liste des vingt dernières opérations effectuées, incluant le pays, la devise, le montant et la date.

Mais la démonstration va plus loin. Comme toutes les cartes bancaires, celles sans contact disposent d’une bande magnétique. Une copie numérique de cette bande est stockée dans la puce. Problème : cette dernière peut être interrogée via RFID. De fait, il devient possible de cloner la carte bancaire sans même un lecteur de carte à puce, puisque c’est justement l’intérêt du RFID/NFC : l’absence de contact.

Interrogé sur ce trou béant dans la sécurité des cartes, Renaud Lifchitz parle de « situation ubuesque » : « Il n’y a aucune authentification, aucun chiffrement des données. Elles circulent en clair sur les ondes et on peut même y accéder avec une simple clé USB NFC ou un téléphone, même si ce n’est pas l’équipement le plus adapté ».

Renaud Lifchitz carte paiment

La défense du secteur bancaire : une ligne Maginot ?

Selon le chercheur, l’une des lignes de défense du secteur bancaire est pour l’instant que la distance requise pour un piratage effectif est de 3 cm. Renaud Lifchitz n’est pas si optimiste : « C’est une distance standard, mais qui n’est pas normée. Elle ne représente ni le minimum ni le maximum. Par exemple, avec un ampli à 2000 euros et une antenne à 1000 euros de 50 cm, la distance pour capter passe à 1,50 m ». Mais il y a pire : « Avec une antenne passive, on peut capter un signal lors d’un paiement jusqu’à 15 mètres. Une simple antenne radio FM peut suffire, même si ce n’est pas idéal. On obtient alors les numéros de cartes complets ainsi que les dates d’expiration ».

Nous avons en outre demandé à l’ingénieur s’il avait reçu des retours du monde bancaire depuis ses conférences : « En dehors de ma propre banque, que j’ai prévenue en premier et qui m’a remercié, je n’ai pas eu de retours. J’en ai eu par contre de la part d’organismes publics : ministère des Finances, ministère de l’Intérieur, ainsi que la CNIL ». Renaud Lifchitz travaille d’ailleurs avec la Commission « pour mettre en place un protocole. La CNIL tente actuellement de reproduire l’expérience et nous communiquons activement ».

L’autre défense des banques est que les paiements autorisés par le mode sans contact ne peuvent pas dépasser les 20 euros. Mais là encore, cette limite peut sauter : si un pirate parvient à recopier entièrement la bande magnétique en interrogeant la puce via RFID, il pourra obtenir une copie de la carte. Cette dernière pourra alors être utilisée partout où le code PIN n’est pas demandé, donc à l’étranger.

Pour Renaud Lifchitz, c’est « l’illustration du Time to Market : plus vite ça sort, mieux c’est ».

La CNIL mène l’enquête

La Commission réalise elle aussi des tests de son côté. Nous avons contacté Armand Heslot, ingénieur au service expertise de la Commission, qui a pu nous confirmer le travail en cours : « Nous avons été effectivement avertis par Renaud Lifchitz. Nous avons procédé récemment à plusieurs tests sur des cartes sans contact, mais pas encore sur des cartes bancaires en circulation. Nous cherchons actuellement à en récupérer ».

Le discours est pour l’instant très prudent : « Tout ce que nous pouvons dire à ce stade, et qui est corroboré dans une certaine mesure par la documentation technique qui nous a été fournie, est qu’il n’y a pas de chiffrement des données ». Pour l’ingénieur, il y principalement deux risques : « une compromission des transactions bancaires, ainsi qu’un risque dans le traitement des données personnelles ».

Il nous a également confirmé que la distance de 3 à 5 cm pour capter le signal est « théorique et dépend du protocole utilisé ». En revanche, les tests sur la bande magnétique n’ont pas encore été réalisés : « Il existe en fait des mesures de sécurité qui normalement devraient empêcher l’utilisation de la copie réalisée de la bande magnétique. Selon les informations de Renaud Lifchitz, ces mesures n’ont pas été complètement mises en œuvre ».

Les conséquences possibles

Mais la situation, déjà « ubuesque », l’est encore plus quand on considère à la fois le paysage légal ainsi que les normes de sécurité en cours dans le secteur bancaire. D’abord, la loi Informatique et Libertés rend obligatoire la sécurisation des traitements de données personnelles. Ensuite, MasterCard et VISA ont conjointement créé une norme de sécurité baptisée PCI DSS dont l’une des exigences est qu’aucune transmission ne doit se faire en clair sur les ondes. Enfin, comme le rappelle Renaud Lifchitz, le pass Navigo dispose d’une forte sécurité (échange de clés symétriques, authentification dynamique, chiffrement des données) « alors qu’il ne s’agit que d’un simple titre de transport ».

La CNIL estime « pour l’instant » qu’il n’y a « pas vraiment de risques sur la sécurité », mais qu’il « y en a un sur les données ». Toutefois, Armand Heslot juge que « l’aspect vie privée n’a pas été suffisamment pris en compte. Les études d’impact n'ont pas été menées ».

Défaut de sécurisation et risques pour les données personnelles ? Nous avons donc voulu savoir quelles étaient les retombées possibles. Armand Heslot nous a indiqué que la CNIL pouvait « contrôler les établissements bancaires pour savoir si le traitement des données est conforme à la loi ». Dans le cas contraire, la Commission pourrait demander une mise en demeure de conformité. Si aucun effort n’était fait, elle pourrait demander tout simplement l’arrêt du traitement.

Les solutions envisageables

Armand Heslot estime qu’il est pour l’instant trop tôt pour parler d’action. Il nous explique cependant que des solutions assez simples pourraient être mises en œuvre. Par exemple, un rapport de l’observatoire de la sécurité des cartes de paiement datant de 2009 (ci-dessous) préconisait l’emploi d’un code PIN différent pour la partie sans contact. Autre possibilité, recommandée par la Banque de France : laisser le contrôle complet de cette partie à l’utilisateur, qui pourra donc choisir de la désactiver.

Renaud Lifchitz indique pour sa part que si l’on veut éviter de se faire espionner sauvagement dans la rue, on peut ranger sa carte dans un portefeuille possédant un doublage métallique « pour faire office de cage de Faraday ». L’expert précise bien cependant que cela ne peut remplacer une vraie sécurité : « Des mesures sont prévues, il suffirait de les activer ». Cela est d'autant plus vrai que les cartes sont équipées d'une puce dédiée au chiffrement des données.

Enfin, il existe une solution encore plus simple pour l'utilisateur : refuser les cartes de paiement sans contact et rester sur des modèles classiques.

Nous avons contacté le GIE Cartes Bancaires et l’AFUB (Association française des usagers des banques) pour obtenir leurs réactions, mais n’avons pas eu pour l’instant de retours.
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 24/04/2012 à 08:23

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 105 commentaires

Avatar de illidanPowa INpactien
illidanPowa Le mardi 24 avril 2012 à 09:35:28
Inscrit le mardi 20 mars 07 - 11751 commentaires
Je ne vois pas de quoi s’étonner. Sur les cartes "classiques" ont a déjà accès è une tonne de données sans rentrer le code pin (nom, prénom, X derniers transaction (pays, somme, ...)). Vu que le NFC c'est juste la transposition de la communication contact à sans contact, il se sont pas fait chier à modifier le protocole.

la différence essentielle réside justement dans le sans contact, pour exploiter les données de la CB actuelle, il faut l'avoir dans les mains, donc le propriétaire de la carte te l'a donnée de gré ou de de force, pour la technologie sans contact, ça pourrait se faire à la volée, sans que tu en sois conscient en passant à côté d'une borne nfc, imagines dans le métro bondé, ben ça serait super facile de lire ta CB NFC rangée dans ton portefeuille sans que tu t'en aperçoives....

Edité par illidanpowa le mardi 24 avril 2012 à 09:36
Avatar de Gromsempai INpactien
Gromsempai Le mardi 24 avril 2012 à 09:39:25
Inscrit le jeudi 12 mai 05 - 1127 commentaires
comment les "ingénieurs" à la conception ont pu se dire, non non pas chiffrement, c'est inutile ?!!!?????


Se ne sont jamais le ingénieurs qui décident. On peut râler, mais au final si le marketeux à l'origine du produit le veut au moins cher et sans sécurité il l'aura comme ça parce que c'est lui qui commande et pissétout.
Avatar de Dyblast INpactien
Dyblast Le mardi 24 avril 2012 à 09:40:56
Inscrit le lundi 2 janvier 06 - 547 commentaires

la différence essentielle réside justement dans le sans contact, pour exploiter les données de la CB actuelle, il faut l'avoir dans les mains, donc le propriétaire de la carte te l'a donnée de gré ou de de force, pour la technologie sans contact, ça pourrait se faire à la volée, sans que tu en sois conscient en passant à côté d'une borne nfc, imagines dans le métro bondé, ben ça serait super facile de lire ta CB NFC rangée dans ton portefeuille sans que tu t'en aperçoives....

Oui oui... c'était juste prévisible
Avatar de Commentaire_supprime INpactien
Commentaire_supprime Le mardi 24 avril 2012 à 09:40:56
Inscrit le vendredi 31 octobre 08 - 27129 commentaires
J'ai reçu hier ma nouvelle CB, un modèle à puce classique. Faut que je l'active dans un distributeur de billets avant qu'elle ne remplace l'ancienne.

C'est quand même bon de savoir que les CB RFID ont une sécurité en carton. Je fais suivre l'info.

Je sens que Que Choisir va être aussi de la partie, à suivre...
Avatar de CounterFragger INpactien
CounterFragger Le mardi 24 avril 2012 à 09:58:45
Inscrit le mardi 10 juin 08 - 2197 commentaires
Une sacrée bande de baltringues...


Mais la démonstration va plus loin. Comme toutes les cartes bancaires, celles sans contact disposent d’une bande magnétique. Une copie numérique de cette bande est stockée dans la puce. Problème : cette dernière peut être interrogée via RFID. De fait, il devient possible de cloner la carte bancaire sans même un lecteur de carte à puce, puisque c’est justement l’intérêt du RFID/NFC : l’absence de contact.

Mise à part l'aberration de stocker les données de la bande magnétique dans la puce (et de les rendre accessibles !), si des pays comme les USA voulaient bien se bouger le cul pour passer à la carte à puce !
Avatar de Epy INpactien
Epy Le mardi 24 avril 2012 à 10:03:54
Inscrit le lundi 10 décembre 07 - 192 commentaires
Et c'est là qu'un petit malin se lance sur le business du portefeuille avec blindage electromagnétique intégré pour sécuriser nos cartes rfid trop bavardes

Vais me fabriquer un joli petit porte carte en alu moi tient

Déjà fait
http://www.thinkgeek.com/gadgets/security/910f/?srp=2

(et dire que je dois installer les lecteurs CB sans contact chez les commerçants, comment vais-je pouvoir être convaincant là dessus moi ..)

Edité par Epy le mardi 24 avril 2012 à 10:05
Avatar de hellmut INpactien
hellmut Le mardi 24 avril 2012 à 10:11:38
Inscrit le jeudi 9 décembre 04 - 5317 commentaires


Se ne sont jamais le ingénieurs qui décident. On peut râler, mais au final si le marketeux à l'origine du produit le veut au moins cher et sans sécurité il l'aura comme ça parce que c'est lui qui commande et pissétout.

+10 000
sans sécurité, ça coute moins cher et c'est plus rapide à mettre en place (concurrence toussa).
et puis bon, ça nous permettra de vendre des assurances.
Avatar de CounterFragger INpactien
CounterFragger Le mardi 24 avril 2012 à 10:14:59
Inscrit le mardi 10 juin 08 - 2197 commentaires

+10 000
sans sécurité, ça coute moins cher et c'est plus rapide à mettre en place (concurrence toussa).
et puis bon, ça nous permettra de vendre des assurances.

Contrairement à ce qu'affirment de nombreux banquiers peu scrupuleux, nul besoin de souscrire une assurance pour prétendre à un remboursement des paiements frauduleux effectués avec une carte bancaire !
Avatar de psn00ps INpactien
psn00ps Le mardi 24 avril 2012 à 10:15:23
Inscrit le jeudi 7 février 08 - 6162 commentaires
Les distributeurs de billet sont sous windows 2000 ou windows XP. C'est dire le peu d'investissement que les banques sont prêtes à faire dans le domaine.

J'ai vu un distributeur planté sous Windows 98 très récemment.

Edité par psn00ps le mardi 24 avril 2012 à 10:15
Avatar de batoche INpactien
batoche Le mardi 24 avril 2012 à 10:23:54
Inscrit le lundi 25 décembre 06 - 1991 commentaires

+10 000
sans sécurité, ça coute moins cher et c'est plus rapide à mettre en place (concurrence toussa).
et puis bon, ça nous permettra de vendre des assurances.


Le truc, c'est que de la sécurité, ils en use dans d'autres domaines, à des points tout juste imaginables (notamment pendant le processus de fabrication des dites cartes) et qui coute un max de blé à mettre en oeuvre ...

Du coup, ça désespère de lire des trucs comme ça.
;