S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Édito : l’informatique et Internet laissent-ils une place aux convictions ?

Tout est une question de volonté

Certains boycottent des marques de vêtements pour leur façon de les produire. D’autres choisissent soigneusement leur nourriture en fonction de leur provenance. Plus ou moins développé dans certains secteurs, le choix de conviction est quasi nul en informatique et sur Internet. Est-ce un simple problème de choix, de méconnaissance ou de volonté ?

libre et open source

Militer, c'est possible, même si parfois complexe

Aujourd’hui, éviter une marque informatique pour son matériel vis-à-vis du lieu de production ou n'importe quelle autre raison est bien complexe. Il existe certes des irréductibles qui bidouillent leur propre matériel, néanmoins, à ce jour, acheter du matériel informatique made in China, Taiwan ou Thaïlande est quasi incontournable. Il reste alors deux façons de « militer » (peu importe les raisons et les causes) : en choisissant ses logiciels/OS et ses services sur Internet.

Par exemple, certains évitent soigneusement certains éditeurs d'OS bien connus ou même des marques dans leur ensemble, tandis que d’autres n’hésitent pas à contacter le constructeur du PC qu’ils viennent d’acheter afin de se faire rembourser les diverses licences imposées. Les « convictions » en un certain idéal existent bel et bien en informatique, et ses représentants les plus importants sont souvent visibles dans le monde du libre et de l’open-source.

Néanmoins, ce type de comportement demeure rare et est bien peu suivi, d'autant qu'il n'est pas facilité par les géants du marché qui multiplient les barrières pour geler les initiatives. Qui plus est, outre le manque d’information de la population, boycotter sciemment les grands OS (par exemple) nécessite un minimum d’implication et de temps. Rajoutons que la quasi absence d’offres de PC déjà dotés d’une suite Linux (entre autres) est une sacrée épine dans le pied de l’OS. Et aussitôt tel OS aurait l’idée incroyable d’avoir du succès, Microsoft n’hésiterait pas à employer les grands moyens afin d’annihiler "l’ennemi". L’exemple des Eee PC d’ASUS, d’abord vendus exclusivement sous Gnu/Linux puis rapidement remplacé par Windows XP, est symptomatique…

Rompre le train-train quotidien

Outre les logiciels, nous avons donc aussi les services Internet. À l’instar des applications et des systèmes d’exploitation, boycotter certains sites et services internet est parfois complexe et demande un minimum d'efforts voire de sacrifices, notamment afin de changer ses habitudes. Il n’est en effet pas simple d’éviter du jour au lendemain Google par exemple, même si des alternatives plus ou moins performantes existent.

La pire des situations se situe néanmoins au niveau des moyens de communication et des réseaux sociaux. Comment quitter Skype, Windows Live Messenger ou Facebook quand tous nos contacts y sont présents ? Cela demanderait une migration collective bien hypothétique, ou tout simplement de sacrifier ses contacts en espérant une migration future de leur part, qui pourrait ne jamais arriver.

Le choix facilite le boycott

Il existe néanmoins des cas moins complexes et plus personnels, comme le choix du navigateur ou encore du service de courriel. La problématique du choix est d’ailleurs évidente : que ce soit pour les navigateurs ou les services de messagerie, il existe une certaine concurrence chez les acteurs importants ou les alternatives méconnues. Une concurrence nettement plus touffue que dans d’autres secteurs où elle est bien moins accessible.

Pourtant, si dans certains marchés, le choix existe réellement, l’acte militant semble loin d’être important. Mais allons plus loin : même si le choix était absent ou particulièrement complexe, faire des sacrifices pour ses convictions est-il si difficile ? Afin de montrer sa désapprobation à un système ou à des actions jugées anormales, boycotter un moteur de recherche, un service de paiement en ligne ou un réseau social est tout à fait possible. Mais qui le fait ? Se pose-t-on même déjà la question ?

De nombreux boulets au pied

Ce débat rejoint en partie celui lié à la dépendance. À force d’utiliser un moteur de recherche, un système d’exploitation, un service de messagerie ou un réseau social, nous en devenons leurs esclaves, incapables d’arracher des chaines au départ invisibles ou indolores, mais qui au fur et à mesure prennent du poids et deviennent embarrassantes.

Aujourd’hui, même une personne bien renseignée des abus et des politiques d’une société évoluant dans l’informatique ou internet hésite malgré tout à passer le pas. De nombreux boulets l’y retiennent, les contraintes sont importantes, et seule une forte volonté et une réelle détermination peuvent permettre d’abandonner sciemment un logiciel ou un service.

N’hésitez pas à réagir et à publier vos différentes alternatives.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 21/04/2012 à 09:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 125 commentaires

Avatar de brazomyna INpactien
brazomyna Le samedi 21 avril 2012 à 13:46:17
Inscrit le vendredi 7 octobre 11 - 5272 commentaires
Quand l'adblocker sera illégal, ou non-autorisé par les sites que je consulte je réfléchirai à ta connerie, pour l'instant fuck.

Donc c'est légal donc tu le fais.

Et dans le même temps tu viens nous pondre ta litanie sur (je cite) "appliquer nos convictions dans le choix de nos services"

Viv la cohérence

Edité par brazomyna le samedi 21 avril 2012 à 13:47
Avatar de Drepanocytose INpactien
Drepanocytose Le samedi 21 avril 2012 à 13:54:07
Inscrit le jeudi 26 mai 11 - 9646 commentaires

Donc c'est légal donc tu le fais.

Et dans le même temps tu viens nous pondre ta litanie sur (je cite) "appliquer nos convictions dans le choix de nos services"

Viv la cohérence

Oui, c'est ma conviction que la pub est délétère pour la société, et de ne pas y adhérer, même si beaucoup de gens vivent dessus. C'est leur choix, ca les concerne, moi le mien c'est d'éviter au max de laisser mon temps de cerveau disponible à ces gens là.

Ai-je le droit, monsieur, d'avoir cette conviction (qui n'est manifestement pas la tienne) et de m'y tenir même si ca ne convient pas à tout le monde ?
Avatar de brazomyna INpactien
brazomyna Le samedi 21 avril 2012 à 14:26:37
Inscrit le vendredi 7 octobre 11 - 5272 commentaires
Ai-je le droit, monsieur, d'avoir cette conviction (qui n'est manifestement pas la tienne) et de m'y tenir même si ca ne convient pas à tout le monde ?

Tu as parfaitement le droit d'avoir cette conviction, encore faudrait-il que tu respectes les convictions des autres avant de vouloir venir donner des leçons à tout le monde.

Le propriétaire d'un site a fait un choix, celui de mettre de la publicité. Si tu avais le moindre sens éthique, tu respecterais son choix ou tu irais voir ailleurs si ce choix ne te convient pas.

Avatar de after_burner INpactien
after_burner Le samedi 21 avril 2012 à 15:10:56
Inscrit le mercredi 16 juillet 08 - 6963 commentaires
Je ne boycotte pas un produit pcq'une société à des attitudes douteuses. Je boycotte un produit qd celui-ci ne me plait pas. Donc je ne vais pas jusqu'à boycotter une société juste pcqu'elle ne me plait pas.
C'est d'ailleurs "débile" en qlq sorte. Un produit informatique est fait par des tas de gens qu'on ne connait pas et bouder un produit alors qu'il est bon, pcq qu'une poignée de dirigeants seraient malhonnêtes, je vois pas l'intérêt.

Je me dit tjs ds ces cas là: imaginez que le type qui a inventé la roue ait été un pur salopard, devrais-t-on refuser par philosophie tout ce qui contient une roue ????

Bon c'est une analogie qui peut faire sourire, mais je pense que qd on va jusqu'à faire intervenir des paramètres "moraux" extérieurs au produit en lui-même avant de le choisir, il faut voir jusqu'où ça peut mener ce type de réflexion....



Edité par after_burner le samedi 21 avril 2012 à 15:12
Avatar de kane13 INpactien
kane13 Le samedi 21 avril 2012 à 15:13:24
Inscrit le dimanche 22 août 10 - 154 commentaires
Je parlais pour la majorité des utilisateurs qui ne sont pas forcément des passionnés et un marché se fait toujours en fonction de la majorité...

Quel pourcentage d'utilisateurs est capable de modifier un OS aussi ouvert soit-il ?

Quel pourcentage d'utilisateurs utilise Linux uniquement parce que c'est gratuit (surtout depuis qu'il est possible de se faire rembourser les licences d'OS non utilisées) ? La plupart se fout bien que ce soit ouvert. C'est d'autant plus vrai que ces OS sont devenus aussi simples à installer que Windows ou Mac OS.



Tu parles de "la majorité des utilisateurs" alors qu'ici on parle de ce qu'on fait en fonction de nos convictions. Tu es hors sujet.

Je t'ai dit que les entreprises se mettent de plus en plus au libre, et c'est pas parce que "c'est gratuit" ça c'est toi qui répète ça, mais c'est pas la principale raison. Ce qui est important c'est de se dire que c'est sécurisé (utilisé par d'autres entreprises qui vérifient également de leur côté que ça le soit), et lorsqu'il y a une erreur dans le code c'est corrigé rapidement (par la communauté ou d'autres entreprises). Un autre _gros_ avantage est que l'entreprise peut modifier tout ou partie d'un logiciel pour l'intégrer à son développement propre.

Et pour rebondir sur ce que tu as dit : "Quel pourcentage d'utilisateurs est capable de modifier un OS aussi ouvert soit-il ?" => On s'en branle totalement, ce n'est pas le sujet. Le principal c'est qu' _ils soient libre de le faire_.
C'est une énormité sans nom que de dire que parce que la majorité des utilisateurs n'a pas conscience du potentiel de bidouillabilité d'un système qu'on n'en a pas besoin.

Autre chose tout aussi énorme : "Quel pourcentage d'utilisateurs utilise Linux uniquement parce que c'est gratuit ?"
Réponse : 0%. On n'utilise pas Linux parce que c'est gratuit. C'est toujours bien que ça le soit, et je ferai sans doute moins d'installations si ça ne l'était pas. Cependant, lorsque tu achètes un ordinateur, tu as déjà Windows / Mac OS X dessus. Se faire rembourser c'est TRÈS difficile de nos jours. Donc tu as à l'achat un système déjà installé et que tu as déjà payé. Tu ne changes pas pour le prix.

Bref, ce n'est pas le sujet. Je ne suis plus, pas le temps de parler pour rien dire.
Avatar de paradise INpactien
paradise Le samedi 21 avril 2012 à 15:20:14
Inscrit le dimanche 10 avril 05 - 14117 commentaires
@kane13

Je crains en effet que tu perdes ton temps.

Au début j'utilisais Windows, mais ce n'est que plus tard que j'ai pris conscience des choses.

Il est vrai aussi que c'est grâce à quelqu'un qui m'a parlé de Linux, du logiciel libre, que j'ai pu à mon tour m'y intéresser, sans quoi je serais peut-être en core en train de contribuer à un système qui est en dehors de mes convictions.
Avatar de Pikrass INpactien
Pikrass Le samedi 21 avril 2012 à 15:26:25
Inscrit le mercredi 10 juin 09 - 389 commentaires
Je me renseigne actuellement sur les alternatives à WLM/vidéo (un proche part en Allemagne, et faut pouvoir communiquer entre des PCs avec webcam et chat texte, et éventuellement micro, j'ai trouvé un chat web php basique, Skype c'est du M$, ekiga ? évidemment les gens de mon entourage ne voient pas de pb à utiliser du M$, même si les conversations passent par les serveurs de M$, et j'ai peur de leurs réactions lorsque je vais leur proposer une alternative)

Jabber, avec des clients qui supportent Jingle ?
Avatar de Ricard INpactien
Ricard Le samedi 21 avril 2012 à 15:41:23
Inscrit le mercredi 12 avril 06 - 40920 commentaires


Comme le dit Para-doxe, cette loi est idiote. D'ailleurs il y a déjà eu des condamnations (appel au boycott de produits alimentaires), donc je ne pense pas qu'un article de la Constitution permette de passer outre.

La constitution est au dessus des lois, et au dessus de tous les traités.
Avatar de sr17 INpactien
sr17 Le samedi 21 avril 2012 à 16:17:40
Inscrit le lundi 26 décembre 05 - 12039 commentaires
Pourquoi toujours associer Linux à un problème de convictions ?

Comme si la seule et unique raison d'utiliser les logiciels libres était la conviction politique ou philosophique.

Réalisons que la qualité d'une bonne distribution Linux et ses milliers d'excellents logiciels prêts à l'emploi qu'elle permet d'utiliser en toute légalité, c'est une raison amplement suffisante.

Ajoutons à tout cela le confort d'utilisation : pas de DRM, pas d'activation, pas de patchs à aller chercher. Toujours la dernière version disponible...

Avatar de j-c_32 INpactien
j-c_32 Le samedi 21 avril 2012 à 16:21:53
Inscrit le jeudi 11 juin 09 - 2254 commentaires
Je parlais pour la majorité des utilisateurs qui ne sont pas forcément des passionnés et un marché se fait toujours en fonction de la majorité...

Quel pourcentage d'utilisateurs est capable de modifier un OS aussi ouvert soit-il ?

Je pense que le simple fait que "qlq'un soit capable de le faire" est déjà suffisant.

Par exemple, la plupart des utilisateurs de jabber, diaspora ou duckduckgo utilise un serveur qu'ils ne contrôlent pas directement. Ils ne peuvent pas prouver que ceux-ci respectent leur promesse de ne pas traquer.
Mais simplement, le fait que certains qui sont sensibles au respect des libertés puissent installer de tel serveur est suffisant pour savoir que lorsque tu utilises un serveur, il y a de forte chance que ce soit celui d'un individu qui a voulu mettre en place un service qui respecte possède ce genre de convictions.

En d'autres termes: avec du logiciel propriétaire, tu dois faire confiance uniquement au compilateur lorsqu'il te dit que cela respecte ta vie privée. Avec du logiciel libre, la seule façon qu'il ne respecte pas ta vie privée, c'est en cas de complot mondial où tout ceux qui mettent en place ce logiciel aient décidé de mentir.
(et également: un logiciel qui ne respecte pas la vie privée sera forcément sous licence proprio, car sinon, rien n'empêchera un autre de monter le même service de manière respectueuse de la vie privée)
;