S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Apple reversera 45 milliards de $ de son trésor de guerre en trois ans

Jackpot pour les gros actionnaires

Apple a enfin officiellement abordé le cas de son trésor de guerre (de 100 milliards de $) et de ses actions, qui ont atteint un plus haut niveau historique il y a quelques jours de 600 $ l’action. Un programme de rachat d’action et des versements de dividendes seront notamment mis en place. Explications.

Apple Morguefile
Source : Morguefile.

Les actionnaires enfin récompensés

Depuis de nombreuses années, Apple réalise des bénéfices colossaux. La plupart des entreprises dans le même cas répartissent ces bénéfices de la façon suivante : une partie pour les actionnaires (sous forme de dividendes), une partie pour les employés, et une partie gardée de côté, ce que l’on appelle le trésor de guerre. Ce dernier a généralement pour but de racheter des entreprises dans le futur, sans avoir besoin de chercher un financement extérieur.

Apple n’est cependant pas dans cette configuration. Ces dernières années, seul le trésor de guerre a été alimenté. Résultat, la Pomme a accumulé au fur et à mesure près de 100 milliards de $ de cash. Une somme astronomique qui lui permettrait de racheter n’importe quelle société high tech, hormis quelques géants comme Microsoft, IBM, Google, ou encore Cisco. Mais même une entreprise comme Hewlett-Packard n’est valorisée aujourd’hui qu’à 48 milliards de $.

Après de longues années sans aucune redistribution, hormis bien sûr aux employés via certains programmes, la Pomme vient à l’instant de s’adresser à ses actionnaires. Et les nouvelles sont importantes. La principale actualité se porte tout d’abord sur les dividendes. Apple versera ainsi 2,65 $ action chaque trimestre aux actionnaires à partir du troisième trimestre 2012. À cela se rajoute un programme de rachat d’actions de 10 milliards de $, qui débutera pour sa part lors du dernier trimestre de l’année. De quoi valoriser un peu plus encore l’action d’Apple (en savoir plus).

Vers des acquisitions importantes ?

Au total, Apple utilisera pas moins de 45 milliards de $ de son trésor de guerre d’ici 2015. Selon la firme américaine, une certaine somme sera aussi allouée à la Recherche & Développement, mais aussi à des acquisitions (non précisées), ou encore à l’ouverture de nouveaux Apple Store physiques.

« Même avec ces investissements, nous pouvons maintenir un trésor de guerre en cas d’opportunités stratégiques et nous avons beaucoup d'argent pour faire fonctionner notre entreprise. Nous allons donc engager un programme de rachat d'actions et de versements de dividendes » a résumé Tim Cook, l’actuel PDG d’Apple.

Rappelons tout de même que lors de ces trois prochaines années, le créateur des Mac, de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad devrait générer encore des dizaines de milliards de cash. Au final, d’ici 2015, il ne serait pas étonnant que son trésor de guerre soit assez proche de celui d’aujourd’hui.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 19/03/2012 à 15:13

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 145 commentaires

Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le lundi 19 mars 2012 à 17:32:45
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8255 commentaires


Là, si tu veux vraiment être libéral, il faut absolument que tu lises la Théorie de la Justice de John Rawls (qui est libéral) !!
Petite note, extrêmement succincte, sur Wikipedia:http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_la_justice

Edit: ton extrémisme, ou plutôt ta non-compréhension du libéralisme, font honte aux libéraux...

Libéral ? John Rawls ? Un gars qui considère qu'un individu a une dette envers la société, justifiant l'état providence, qui dénigre la propriété ?

Quant à ton edit, tu as une interprétation fallacieuse libéralisme. Celui-ci ne se limite pas au libéralisme de gauche.
Lis Hayek, Bastiat, Constant, Condillac, Cantillon, Friedman, Rothbard, de Jouvenel, Revel, Hoppe,…
Avatar de Tiebor INpactien
Tiebor Le lundi 19 mars 2012 à 18:09:43
Inscrit le vendredi 10 juillet 09 - 974 commentaires

Libéral ? John Rawls ? Un gars qui considère qu'un individu a une dette envers la société, justifiant l'état providence, qui dénigre la propriété ?

Ben oui, il est très majoritairement considéré comme libéral. C'est pas moi qui le dit. Après, c'est peut-être pas ta chapelle...


Quant à ton edit, tu as une interprétation fallacieuse libéralisme. Celui-ci ne se limite pas au libéralisme de gauche.

D'abord tu me considérais comme antilibéral, et maintenant comme un libéral de gauche. Tiens tiens...


Lis Hayek, Bastiat, Constant, Condillac, Cantillon, Friedman, Rothbard, de Jouvenel, Revel, Hoppe,…

Oui, j'avais compris que ce sont tes références! Que je ne t'envies pas. (enfin, je parle surtout de Hayek, Bastiat et Friedman, je n'ai pas la prétention de dire que je connais bien les autres....).

Concernant Friedman, il est quand même largement admis qu'il a eu une influence fondamentale dans les politiques occidentales depuis la fin des 30 Glorieuses. Alors, pour polémiquer un peu, on peut faire l'hypothèse que la faillite actuelle du système est un peu son échec.
Mais je sais déjà ce que tu vas répondre: les libéraux absolutistes (et c'est d'ailleurs un genre de point commun avec les communistes) refusent de voir l'échec de leurs théories (utopistes) et expliquent toujours la situation en disant qu'on a mal appliqué leurs théories, et qu'on est pas allé assez loin. Plus le libéralisme fait des ravages, plus les libéraux s'entêtent et s'aveuglent et veulent accentuer le traitement de choc, dans une fuite en avant perpétuelle.
Avatar de sioowan INpactien
sioowan Le lundi 19 mars 2012 à 18:11:34
Inscrit le jeudi 23 mars 06 - 3186 commentaires

Libéral ? John Rawls ? Un gars qui considère qu'un individu a une dette envers la société, justifiant l'état providence, qui dénigre la propriété ?

Quant à ton edit, tu as une interprétation fallacieuse libéralisme. Celui-ci ne se limite pas au libéralisme de gauche.
Lis Hayek, Bastiat, Constant, Condillac, Cantillon, Friedman, Rothbard, de Jouvenel, Revel, Hoppe,…


Aucune des idéologies actuelles (religieuses, libertaires, anarchistes, extrême gauche et droite, droite, gauche, socialiste, et j'en passe) appliquées à tous ne peuvent fonctionner, parce que justement nous sommes tous différents dans les aspirations.
A moins que de vouloir l'imposer, on a vu par le passé ce que cela a donné...

Mais avant que les idéologues de tous poils l'entendent on aura le temps de mourir des milliers de fois.

La réponse, puisque personne ne dispose de la vérité, car chacun a construit sa propre vérité selon son vécu et parfois selon son entourage, c'est le juste milieu.
Et se servir des forces des différents systèmes.
Le social est important à bien des égards, puisqu'une société sans social serait inégalitaire.
Donner l'accès à la gratuité de l'éducation, puisque les enfants ne sont pas responsable des choix et ou des accidents de vies des parents.
La bonne éducation coûte un bras, faut vraiment pouvoir choisir sa famille.
Mais comme le dirait Maxime le Forestier "On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille. On choisit pas non plus les trottoirs de Manille,..."

Et effectivement pouvoir rendre libre les indépendant jusqu'à ce qu'ils puissent grossir. Il ne sert à rien de réclamer des charges à ceux qui commencent à peine à travailler.

Qu'il est aberrant de devoir payer très cher le remplacement de dents; ce qui est loin du confort. Et pouvoir se faire liposucer pour "3 fois rien".
Rien qu'en cela, on voit le dévoiement du système : L'inversion des valeurs.

Les dents c'est vital, mais si tu es pauvres, ainsi on pourra te reconnaitre car tu sera édenté.

Pauvre monde....

Edité par sioowan le lundi 19 mars 2012 à 18:13
Avatar de _Nada INpactien
_Nada Le lundi 19 mars 2012 à 18:52:19
Inscrit le samedi 21 avril 07 - 535 commentaires
Et combien pour les ouvriers de foxconn ?

Un bol de Riz, si Apple est généreux.

Avatar de _Nada INpactien
_Nada Le lundi 19 mars 2012 à 18:54:34
Inscrit le samedi 21 avril 07 - 535 commentaires
Et combien pour les ouvriers de foxconn ?



Ils leurs reversent combien les autres constructeurs qui sous traitent la fabrication à Foxconn ?


Think different qu'IL disait ... non ?



Edité par _Nada le lundi 19 mars 2012 à 18:55
Avatar de WereWindle INpactien
WereWindle Le lundi 19 mars 2012 à 19:16:59
Inscrit le mercredi 2 avril 08 - 5753 commentaires



Think different qu'IL disait ... non ?


Oui mais la citation totale (retrouvée il y a peu dans une crypte infestée de vampires avocats - ou d'avocats vampires j'ai pas trop fait gaffe) c'est "Think different or I will sue the f**k out of you for a patent infringement , mothafocka !"

Avatar de sniperdc INpactien
sniperdc Le lundi 19 mars 2012 à 19:53:27
Inscrit le vendredi 24 août 07 - 7318 commentaires
On pourrait sauver plusieurs pays en Afrique avec rien que la moitié de l'argent... ils y ont pensé ?


Hélas le capitalisme n'en n'a rien a faire avec les "mots" de ce monde.
Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le lundi 19 mars 2012 à 20:39:38
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8255 commentaires

Ben oui, il est très majoritairement considéré comme libéral. C'est pas moi qui le dit. Après, c'est peut-être pas ta chapelle...

Un libéral qui sort des théories socialistes, c'est comme un socialiste qui vente des théories capitalistes : un imposteur.

D'abord tu me considérais comme antilibéral, et maintenant comme un libéral de gauche. Tiens tiens...

Je ne crois pas avoir dit ça.

Oui, j'avais compris que ce sont tes références! Que je ne t'envies pas. (enfin, je parle surtout de Hayek, Bastiat et Friedman, je n'ai pas la prétention de dire que je connais bien les autres....).

Si tu as une vision subjective du libéralisme, au mépris des grands penseurs libéraux, cela n'engage que toi, mais n'essaie pas de convaincre que ta vision est représentative du libéralisme.

Concernant Friedman, il est quand même largement admis qu'il a eu une influence fondamentale dans les politiques occidentales depuis la fin des 30 Glorieuses. Alors, pour polémiquer un peu, on peut faire l'hypothèse que la faillite actuelle du système est un peu son échec.

Il a eu une influence, tout comme Keynes dans son temps, mais ce ne fut pas pour sa philosophie, mais par opportunisme politicien, qui ont pris ce qui leurs arrangeaient afin de maintenir le léviathan, et de continuer sa croissance.

Remarque que depuis les années 70, il y a eu plus d'acquis sociaux, plus d'interventions politiques dans l'économie, plus de dépenses, plus de réglementations que jamais, plus d'emplois publics.
18 points/PIB de dépenses en plus, on ne peut pas dire qu'il y ait eu une libéralisation. Et ce n'est qu'une comparaison relative au PIB. Si on tient compte en chiffres absolus, les dépenses publiques ont explosé.

Mais je sais déjà ce que tu vas répondre: les libéraux absolutistes (et c'est d'ailleurs un genre de point commun avec les communistes) refusent de voir l'échec de leurs théories (utopistes) et expliquent toujours la situation en disant qu'on a mal appliqué leurs théories, et qu'on est pas allé assez loin. Plus le libéralisme fait des ravages, plus les libéraux s'entêtent et s'aveuglent et veulent accentuer le traitement de choc, dans une fuite en avant perpétuelle.

Et tu prétends être libéral ?

De quels ravages tu parles ?
En quoi les "théories" sont utopiques ? Le libéralisme n'est pas une théorie économique, mais un ensemble de principes basé sur les libertés fondamentales. L'expérience a démontré que le niveau de vie des gens lorsqu'ils avaient la liberté d'entreprende et de s'enrichir s'améliorait.

Le socialisme que tu nous vends et veut inséminer dans le libéralisme est par contre une théorie créée au XIXème siècle par l'école des idéologues qui prétendent savoir l'intérêt des gens mieux que ces derniers. Qui pensent pouvoir analyser des phénomènes sociaux complexes comme des phénomènes mécaniques simples. Mais ça, c'est du scientisme.

Ils ne tiennent pas compte de la réalité du pouvoir (qui est par définition une suppression de liberté), de la nature de l'état et de l'homme, de ses revendications.
Au final, on veut toujours obtenir plus de l'état en donnant le moins possible, ce qui fait l'affaire des politiques qui se réjouissent de voir leur pouvoir s'étendre et l'état finit toujours par crouler sous son poids, devant alors sévir contre le peuple.
Penser qu'on peut donner du pouvoir de nuisance à des hommes et espérer qu'ils ne l'utiliseront pas est d'une naïveté imbécile.

Est-ce que les états scandinaves sont ravagés ? L'Australie, la Nelle Zélande, le Canada sont ravagés ?
Les seuls états qui connaissent des problèmes sont ceux où l'état à crû ces derniers temps. Et l'UE sociale-démocrate est la zone qui a le plus de problèmes.

Toutes les krachs financiers, et cela depuis la tulipomanie, sont dus à des politiques concernant la monnaie.
Qu'est-ce qu'une bulle ? Une bulle c'est lorsqu'un prix monte sans rapport à la production et l'échange. Qu'est-ce qu'une intervention étatique sur le marché sinon une tentative d'altérer les prix sans rapport avec l'économie réelle ?

Lorsqu'on cherche à faire croire aux marchés que l'on peut dépenser comme si demain n'existait pas, afin d'augmenter le rendement fiscal et de permettre le financement des déficits, il ne faut pas s'étonner que ça retombe. Et ça, c'est bel et bien de l'interventionnisme politique.

Non, tu n'es même pas un libéral de gauche, je reviens sur mon jugement, tu es un anti-libéral. Tu ne sais même pas de quoi tu parles, tu fais l'analyse derrière le prisme socialiste et selon l'échelle des valeurs socialiste. tu ne peux pas être libéral, c'est une impossibilité.
Avatar de lorinc INpactien
lorinc Le lundi 19 mars 2012 à 20:40:35
Inscrit le lundi 19 avril 04 - 11222 commentaires

Ça ne représente rien du tout. De toutes façons, une action a d'autres buts que les dividendes, ça conserve ou fait fructifier l'épargne, ce qui est pratique, vu la perte de pouvoir d'achat de la monnaie due à l'inflation.

Quant au principe des actions, un salarié échange son travail contre des droit, dont son salaire, un actionnaire échange son capital contre des droits, dont les dividendes.
Le travail et le capital se complètent, l'un n'est rien sans l'autre.


oui, enfin c'est surtout le capital qui n'est rien sans le travail, parce que dans l'autre sens, ça marche parfaitement bien...

Avatar de syfer972 INpactien
syfer972 Le lundi 19 mars 2012 à 20:55:09
Inscrit le mercredi 8 décembre 04 - 8539 commentaires

Les 100 milliards de $ rapportaient moins de 1% l'an.
C'est à dire qu'il s perdaient de la valeur compte tenu de l'inflation (5% officieusement aux US).

comment tu sais ca ?
;