S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Olivier Henrard, architecte d'Hadopi, n'est plus conseiller culturel de l'Elysée

"J'ai changé"

Au Journal officiel du jour, un arrêté présidentiel met fin aux fonctions d’Olivier Henrard. Bras droit de Christine Albanel puis de Frédéric Mittérand, il était devenu conseiller aux affaires culturelles de Nicolas Sarkozy en janvier 2011. C’est lui qui avait architecturé la loi Hadopi 1 puis Hadopi 2, rendue nécessaire après la censure du Conseil constitutionnel.

Olivier Henrard Eric Walter
Olivier Henrard et Eric Walter, en septembre 2011

L’une des grandes idées de ce maître des requêtes au Conseil d’État était qu’Hadopi inciterait des armées d’abonnés à acheter des outils de sécurisation. En juin 2008, lors des prémices d’Hadopi, il nous indiquait qu’« à partir du moment où les internautes vont avoir intérêt à installer ce genre de dispositif où il existera donc une demande solvable, les FAI vont alors développer une offre dans ce domaine. Il faudra prévoir, dès lors qu’il s’agit de fournir aux abonnés un moyen de s’exonérer de leur responsabilité, un dispositif qui permet de certifier à l’Hadopi qu’à tel ou tel moment, ce dispositif était utilisé ».

Un échec total puisqu’après la censure du Conseil constitutionnel, l’installation d’un moyen de sécurisation, labellisé ou non, n’est plus le sésame permettant à l’abonné « Hadopié » de s’exonérer.

albanel hadopi loi riposte graduée
Christine Albanel et Olivier Henrard en juin 2008

Au Journal officiel du jour, on apprend par ailleurs que Nicolas Princen, est également concerné par cette cessation de fonction. Conseiller technique, il suivait notamment de près toute les buzz et l’actualité internet touchant à la présidence de la République.

Loin du château, mais près du candidat : il se murmure cependant que ces personnes vont maintenant travailler non plus pour le président, mais pour le candidat Sarkozy dans la perspective de la campagne 2012.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 17/02/2012 à 08:45

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 33 commentaires

Avatar de Drepanocytose INpactien
Drepanocytose Le vendredi 17 février 2012 à 14:52:58
Inscrit le jeudi 26 mai 11 - 9646 commentaires

(les électeurs de le pen et bayrou n'iront pas voter à gauche...)

Bien sûr que si, pour une bonne partie.
Une partie des électeurs du FN vient direct du PC, une grosse partie des électeurs de Bayrou sont du centre mou que la politique ultradroitière du nain révulse.
Ces gens là ne voteront pas par conviction, mais par antisarkozisme primaire (et ils auront bien raison AMHA)
Avatar de Eagle1 INpactien
Eagle1 Le vendredi 17 février 2012 à 15:06:55
Inscrit le dimanche 24 octobre 04 - 2824 commentaires

Bien sûr que si, pour une bonne partie.
Une partie des électeurs du FN vient direct du PC, une grosse partie des électeurs de Bayrou sont du centre mou que la politique ultradroitière du nain révulse.
Ces gens là ne voteront pas par conviction, mais par antisarkozisme primaire (et ils auront bien raison AMHA)


je trouve sarko démago, malhonnête, menteur, hypocrite, énervant...

mais le Hollande et le PS... mdr2.gif
Avatar de Poppu78 INpactien
Poppu78 Le samedi 18 février 2012 à 09:05:40
Inscrit le vendredi 2 octobre 09 - 842 commentaires


je trouve sarko démago, malhonnête, menteur, hypocrite, énervant...

mais le Hollande et le PS... mdr2.gif


Ceci dit, par rapport à la dernière élection, y a du mieux quand même (faut dire qu'il y avait de la marge). Bon en attendant je regrette vraiment que le vote nul ne soit pas pris en compte... A défaut de changer le résultat, ça limiterait peut être la légitimité du candidat élu, parce que si à chaque fois on doit choisir entre Charybde et Scylla, on court à la catastrophe...
;