S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Édito : les Anonymous, qui sont-ils, comment les reconnaître ?

MMM en syncope

Ces dernières semaines, les Anonymous (ou Anon) ont profité d'une mise en avant médiatique rarement atteinte, notamment à la télévision. Christophe Barbier sur iTele ou encore le duo Éric Zemmour et Éric Naulleau sur Paris Première ont ainsi tenu des propos prouvant leur manque de maitrise total du sujet. Il convient ainsi de faire le point sur un phénomène qui pourrait bien prendre de l’ampleur dans un futur proche. D'autant plus qu'ils commencent à envahir les rues, même celles de France,  avec plusieurs manifestations organisées aujourd'hui.

Christophe Barbier dans ses œuvres.

Tantôt décrit comme des hackeurs boutonneux, une organisation secrète, des terroristes voire comme l’équivalent d’Al Quaïda en version web, les Anonymous fascinent. Citer une date de naissance du mouvement est néanmoins difficile. Si le terme à proprement dit est utilisé depuis quelques années, notamment depuis 2006/2007, et les raids contre le réseau social Habbo Hotel et le webcaster nationaliste Hal Turner, l’esprit des Anon est bien plus ancien. Que ce soit via le forum 4chan créé en 2003, ou même avant via les actions de divers hackeurs dans les années 90 voire 80.

Une réaction aux agressions contre la liberté

Sauf exception, les Anonymous n’agissent pas, mais réagissent. À quoi ? Aux attaques contre la liberté, et en particulier la liberté d’expression ou de la liberté de la presse. Si les réactions peuvent être critiquées, il ne s’agit au final que de réactions aux atteintes à diverses libertés.

Les attaques contre Habbo Hotel ont ainsi été une réaction à l’interdiction de baignade et de douche d’un enfant de deux ans dans le petit parc de Wales West en Alabama, au motif qu’il était porteur du SIDA (en savoir plus).

Les attaques contre le site et la ligne téléphonique de l’Américain Hal Turner fin 2006 et début 2007 ont été des réactions à ses propos ultra-nationalistes et pro-blanc, sa négation de l’holocauste, ses penchants pour le nazisme, etc. Les actions d’Anonymous contre Chris Forcand sont liées à ses agissements, le monsieur, cinquantenaire, aimant draguer sur la toile les filles ayant encore l'âge d'aller au collège. Bien d’autres attaques contre des groupes pédophiles ont d’ailleurs eu lieu ces dernières années (exemple). 


En 2008, les attaques des Anon contre la Scientologie n’ont été là encore que la réaction à une volonté de censure d’une vidéo YouTube (avec Tom Cruise) de la part de la Scientologie. YouTube fut d’ailleurs l’objet d’un upload massif de vidéos pornographiques en 2009 et 2010 (le YouTube Porn Day) en réaction aux vagues de suppressions de vidéos sur la plateforme.

Sur le net, mais aussi en dehors

Sans faire tout l’historique de leurs actions, aujourd’hui, les Anon, tout du moins les vrais, continuent de lutter pour la liberté et réagissent donc à toutes les atteintes (réelles ou à venir) réalisées par des entreprises ou des gouvernements. D’Hadopi à ACTA, en passant par SOPA, PIPA, la fermeture de Megaupload, la guerre contre Wikileaks, Occupy Wall Street, etc. la liste est particulièrement longue.

Les Anonymous ont de plus envahi les rues il y a peu, notamment celles de Varsovie en Pologne ou celles de Paris. L’esprit Anon est même entré au Parlement polonais via des députés locaux afin de manifester contre ACTA, une première.

Vidéo réalisée le 28 janvier dernier.

Les Anonymes sous surveillance

Être Anonymous, ou être un Anonymous présumé par ses actes et contacts, n’est néanmoins pas sans danger. Il y a quelques semaines, en France, plusieurs personnes ont été placées en garde à vue par la Direction centrale du renseignement intérieur française (DCRI). Leur délit présumé ? Avoir participé à une attaque DDoS contre le site internet d’EDF en avril et juin derniers lors de l’opération Green Rights. Cette opération visait à pointer du doigt les sociétés exploitant le nucléaire après la catastrophe de Fukushima, en attaquant leur site web.

Le plus fou dans l’histoire est que l’une des personnes interpelées n’a aucun rapport avec les actions des Anonymous, hormis de proposer un « raccourcisseur » d’URL pour les utilisateurs d’IRC. Or les adeptes du courant Anonymous discutent particulièrement sur IRC pour préparer leurs attaques. Résultat, l’URL simple irc.lc/anonops ne fonctionne plus. Ce qui ne change pas-grand-chose pour les Anonymous…

Cela prouve néanmoins que ces derniers sont surveillés (plus ou moins bien) et cela nous rappelle surtout qu’être totalement anonyme sur Internet est plus complexe qu’on ne le croit.

Qui sont-ils vraiment ? 

Mais concrètement, qui sont les Anonymous ? S’il s’agit avant tout d’une idée, pour ne pas dire une philosophie, on ne peut à proprement parler définir les Anonymous. Ce n’est pas une organisation secrète où chacun dispose de sa carte de membre et où une hiérarchie bien précise est mise en place. Il n’y a pas de structure proprement dite, il n’y a pas de « membre ».

Bien sûr, il existe certains groupes d’hacktivistes, créés il y a plusieurs années, et qui se connaissent entre eux. Des anciens encore en activité qui pourraient invoquer la paternité du mouvement. Mais ce dernier ne leur appartient pas pour autant. Son concept va à l'encontre de toute propriété du mouvement. Il y a aussi (surtout ?) ceux qui ne sont que de simples sympathisants, se contentant de participer aux actions collectives à l’occasion en passant par certains logiciels et moyens de communication. Le reste du temps, ils sont Monsieur et Madame tout le monde.

Au final, n’importe qui peut donc se définir comme Anonymous, tant qu’il agit avec la philosophie du groupe, philosophie qui peut néanmoins être interprétée de façon différente (l'éternel problème). Par groupe, il faut donc comprendre qu'il s'agit d'une association de personnes allant dans le même sens, ceci sans pour autant se connaître, bien au contraire.

Être un Anon...

Cela soulève néanmoins une problématique. Il est tout d’abord bien difficile d’interviewer un Anonymous en étant certain qu’il ne s’agit pas d’un usurpateur. Ce qui pose des difficultés évidentes quant à leur relation avec la presse. L’exemple le plus frappant est l’interview de cet Anonymous par les deux Éric.


L’invité, censé représenter les Anon, n’est autre que Victor Charlie, de son vrai nom Frantz Lefrançois-Baillard. Or s’il se revendique Anonymous depuis plusieurs années, notamment dans sa lutte contre la Scientologie, il a néanmoins fait tomber le masque et a divulgué sa véritable identité il y a peu. Il s’agit donc d’un Anonymous non anonyme. Qui plus est, il a été choisi (malgré lui ?) comme porte-parole des Anonymous pour cette émission. Et non seulement son discours n’est pas forcément partagé par tous les Anonymous, mais de plus, il n’est en aucun cas un habitué des interviews. Difficile dans ces conditions de représenter l’idéologie Anon.

...ou le paraître

Ajoutons que n’importe qui peut attaquer un site en utilisant l’image des Anonymous. Et n’importe qui peut publier une vidéo en se faisant passer pour un Anonymous. Cet exemple au sujet de Cortex est sans conséquence et gentillet, mais des paroles et actes bien plus graves pourraient être réalisés en leur nom, tout en étant pourtant en totale opposition avec leur philosophie.

L’attaque récente contre le site Lexpress.fr en est le meilleur exemple. Christophe Barbier sur iTele a eu la brillante idée d’annoncer que son site était « blindé » et qu’il les attendait… La riposte a été rapide et L'Express a rapidement été indisponible après la mise en ligne de la provocation.

L'action a au départ été attribuée à Anonymous, ce qui peut paraître logique au regard de l'attaque verbale, mais incohérent au regard de la philosophie des Anon. Peu importe les sottises racontées par la presse, cette dernière ne peut être attaquée, car cela signifierait s’en prendre à la liberté d’expression. Christophe Barbier l’a d’ailleurs en partie compris.

Aller au-delà du nom, et s'intéresser au fond

Il est donc au final très difficile d’attribuer ou non un acte aux Anonymous, de par leur notion, leur conception. Plus que les auteurs, il faut ainsi s’intéresser aux actes en eux-mêmes et saisir leurs buts et leurs sens. Par exemple, défendre MegaUpload peut ainsi de prime abord paraître insensé alors que le site basait son modèle financier sur une immense partie de fichiers illégaux. Mais ses défenseurs, qui ne sont ni des fans de Kim Dotcom ni du service en lui-même, estiment que les méthodes utilisées pour fermer le site et l’indisponibilité des fichiers légaux sont plus que contestables.

C’est la raison pour laquelle il faut dépasser le concept de groupe. Anonymous va bien au-delà de cette frontière. « Nous sommes Anonymes. Nous sommes Légion » débute ainsi leur devise. Leur nombre n’a pas de limite en soi, l’anonymat empêchant de toute façon toute ségrégation.

À l’instar de l’anonymat au sens général, les Anon ont donc les défauts de leurs qualités. La victoire ou la défaite des Anonymous ne se remarque au final que par le passage ou non des lois liberticides, des dérives du Net, et même en dehors. Nous disions en début d’article que les Anon réagissaient plutôt qu’agissaient. La logique est la même sur leur propre existence : les Anonymous n’existeraient pas si une partie de la population n’était pas exaspérée par les atteintes aux libertés (entre autres). Au regard de l'actualité, les Anon sont loin de disparaître et ont, au contraire, toutes les chances de se multiplier...


PS : nous ne sommes pas blindés et nous n'attendons personne.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 11/02/2012 à 09:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 172 commentaires

Avatar de loic_1715 INpactien
loic_1715 Le samedi 11 février 2012 à 14:16:01
Inscrit le mercredi 28 octobre 09 - 703 commentaires

Je trouve au contraire que sa deuxième vidéo est autrement plus respectueuse, sans pour autant être dans le vrai à 100%

Je parlais de la 1ère vidéo qui n'est clairement pas digne d'un journaliste et encore moins de quelqu'un qui dirige un journal.

La 2nde a l'air effectivement plus réfléchie (je n'ai vu que les extraits contenus dans la réponse des Anonymous).
Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le samedi 11 février 2012 à 14:44:35
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8258 commentaires
Et non seulement son discours n’est pas forcément partagé par tous les Anonymous, mais de plus, il n’est en aucun cas un habitué des interviews. Difficile dans ces conditions de représenter l’idéologie Anon.

Il faut dire qu'il n'y a pas vraiment d'idéologie Anon, il n'y a pas de charte de ce qu'on peut faire, de ce qu'on représente.
Anonymous est juste une bannière que chacun peut prétendre porter et chacun a sa propre vision de ce qu'est ce groupe nébuleux.
Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le samedi 11 février 2012 à 14:50:18
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8258 commentaires
Pierre qui roule, n'anonymous.

Que les masques tombent, il n'y a pas de honte à défendre la liberté d'expression.

Il n'y a pas de honte, mais il y a un risque.
Et l'anonymat est toujours une étape lorsqu'un mouvement d'opposition s'organise.
Avatar de John Shaft INpactien
John Shaft Le samedi 11 février 2012 à 14:55:31
Inscrit le vendredi 14 janvier 11 - 10371 commentaires
Il est pas beau le Barbier avec son écharpe rouge ! (de peur qu'on le prenne pour un UMP).


Écharpe qui est un cadeau de Cécila ex-Sarkozy de surcroit

Edité par tot0che le vendredi 18 janvier 2013 à 19:33
Avatar de Jarodd INpactien
Jarodd Le samedi 11 février 2012 à 14:56:58
Inscrit le mardi 26 octobre 04 - 19539 commentaires
Pierre qui roule, n'anonymous.

Que les masques tombent, il n'y a pas de honte à défendre la liberté d'expression.


Tomber le masque ça reviendrait à s'attaquer (pour leurs détracteurs) à la personne plutôt qu'à l'idée, ce qui serait improductif. En restant caché, on parle du principe de la défense de la liberté d'expression, qui par définition n'appartient à personne et defrait être défendue par tous. Et ça leur permet aussi d'être entendu sans risquer la fouille anale demain à 6h du matin devant leurs gosses.

D'ailleurs faites l'essai : écrivez une idée poltique (bien tranchée et partisane) sur un bout de papier, mais sans révéler son auteur, et faites-la lire par une personne ayant des idées tranchées (je vote à droite ou à gauche) : sans savoir qui l'a exprimée, elle aura un doute avant de dire "elle vient de truc ou machin" puisqu'on juge l'idée et non son émetteur. Alors que si on parle directement de lui, la réaction se fait sur lui et non sur l'idée elle-même. Réaction typique de la personne engagée politiquement, qui sera d'accord ou pas selon si l'idée vient de son propre camp ou d'en face : le jugement se fera par l'idée d'appartenance au groupe, non sur le sens de l'idée. On défend le chef (personnification de l'idée) avant tout.

Edité par jarodd le samedi 11 février 2012 à 15:01
Avatar de 127.0.0.1 INpactien
127.0.0.1 Le samedi 11 février 2012 à 14:58:00
Inscrit le mercredi 29 avril 09 - 13213 commentaires
Rhoooo, ok je taquine dans la forme, mais là... Ce n'est pas une question de point de vu... C'est un peu comme si tu disais que Anonymous s'en était pris au site de l'élysée parce qu'ils n'aimaient pas l'actuel occupant... alors que le président s'est fendu d'un joli communiqué se félicitant l'arrestation des dirigeants, ces derniers n'ayant même pas été jugé.

Non, l'affaire Megaupload, c'est clairement pas pour les fichiers pirates


Vraiment, je ne trouve aucun intérêt a défacer le site de l'Élysée parce que les USA ont fait fermer le plus grand site de DDL pirate. Ca ressemble plus a une crise d'ado qui claque la porte de sa chambre et fout la musique a fond pour faire chier ses parents.
Avatar de saf04 INpactien
saf04 Le samedi 11 février 2012 à 15:00:40
Inscrit le samedi 2 octobre 10 - 2667 commentaires


Vraiment, je ne trouve aucun intérêt a défacer le site de l'Élysée parce que les USA ont fait fermer le plus grand site de DDL pirate. Ca ressemble plus a une crise d'ado qui claque la porte de sa chambre et fout la musique a fond pour faire chier ses parents.



ha parceque le site de l'elysée a été défacé ?
Avatar de kinos INpactien
kinos Le samedi 11 février 2012 à 15:16:03
Inscrit le samedi 20 décembre 03 - 401 commentaires
LES ANONYMOUS, ce sont les gens qui nous précipitent dans la fausse commune du net... Que ces gens soit manipulé ou pas, ce sont leurs action qui seront le prétexte définitif au contrôle total... et tout ça pour defacer des sites ou faire du DOSS. Ce n'est pas avec ça qu'on les prendra au sérieux...


Toi t'es pas tombé dans la fhauçe du bescherelle en tout cas....Et puis toutes les lois liberticides (LCEN, Sopa/pipa, Acta, etc) qu'ils nous pondent n'ont même pas pour prétexte les anonymous, hein ?



De toutes façons,le contrôle total du net on y va tout droit.
Alors les Anonymous ,ou ils accélèrent le mouvement ou ils retardent l’échéance,mais l'issue est inévitable..

RIEN n'est inévitable, hein ?

Je citerais simplement Marx (Karl):
"L'émancipation n'est pas un plaisir solitaire"

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
127.0.0.1 Le samedi 11 février 2012 à 15:19:22
Inscrit le mercredi 29 avril 09 - 13213 commentaires
ha parceque le site de l'elysée a été défacé ?


Non pas vraiment. Attaqué aurait été plus juste.

ma faute.
Avatar de saf04 INpactien
saf04 Le samedi 11 février 2012 à 15:20:28
Inscrit le samedi 2 octobre 10 - 2667 commentaires
haaargg, j'ai voulu faire un edit de mon commentaire précédent avec une réponse complete pour 127.0.0.1, et bien sur le temps de tout saisir et corriger c'etait mort pour l'édit.

donc, deja le truc qu'on a trouvé à reprocher "les anons", c'est dire que le ddos et le défacage c'est du terrorisme en ligne.
alors bon... on pense ce qu'on veut des ddos et defacage, mais faut pas exagerer. c'est comme tuer un artiste a coup de mp3.

sinon en plus on reproche aux "anons".
c'est bien beau, mais qui nous dit que tous les anons sont pour les ddos et defacages, et qui nous dit que tous les anons sont pour le piratage et MU ?
rien.
tout simplement parceque ce n'est qu'un ensemble de citoyens anonymes qui se groupent de maniere informelle pour gagner en puissance de message.
chacun porté individuellement par ses idées qui certes tournent autour de la neutralité du net, mais qui sont pour chaque individu différentes.




;