S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

UFC vs jeux vidéo : « nous ne portons pas plainte (contre) les bugs »

La lecture, c'est bon pour la santé

La plainte de l’UFC-Que Choisir contre 3 grands distributeurs français et 4 éditeurs de jeux vidéo a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours. Le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs a bien peu apprécié cette plainte, tandis que Game Cash l’a vivement salué. Mais l’association de défense des consommateurs a surtout remarqué que son message a été incompris. Nous avons interrogé Édouard Barreiro, le porte-parole de l’UFC, pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de cette plainte.

Édouard Barreiro. Vidéo publiée le 28 novembre.

« Il y a un malentendu »

L’association souhaite tout d’abord rétablir certaines vérités. Si elle a bien dressé un bilan amer envers les éditeurs de jeux vidéo au sujet des bugs, des DLC et des autres joyeusetés, en aucun cas sa plainte ne porte sur ces sujets. « Il faut être très précis, car effectivement il y a un malentendu. Nous ne portons pas plainte sur des problématiques relatives aux bugs, DLC ou aux pass mais sur le défaut d’information » affirme Édouard Barreiro.

Selon le responsable TIC de l’association, le principal problème est surtout que « les éditeurs n’indiquent pas clairement au consommateur que le jeu nécessite une clé (ou un pass) à usage unique pour activer le jeu, pour débloquer des niveaux ou des outils ou même pour pouvoir jouer en ligne. Le consommateur doit acheter en connaissance de cause. Or, les témoignages montrent que ce n’est pas forcément le cas. »

L’UFC s’intéresse donc au défaut d’information pour le moment. Les autres problèmes (bugs, etc.) seront plutôt gérés par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), tout du moins si elle accepte de s’occuper du dossier comme le souhaite l’association. À ce sujet, l’UFC nous confirme qu’elle n’a pas encore eu de nouvelle de la part de la DGCCRF, mais elle est confiante, jugeant que la direction ne peut ignorer l’exaspération des joueurs.

« On s'attaque au défaut d'information »

Nous avons aussi questionné Édouard Barreiro sur les revendeurs et éditeurs attaqués par l’association. Cette dernière a en effet visé Codemasters, Warner Interactive, THQ et Bethesda pour les éditeurs, et Micromania, Fnac et Game France pour les distributeurs. Mais pourquoi eux et pas d’autres ?

« Comme je l’ai dit, on ne s’attaque pas, pour le moment, aux pratiques mais au défaut d’information. Or, bien que ces autres acteurs ne sont pas plus vertueux sur le fond, ils informent correctement les consommateurs sur la nécessité de clé ou de pass à usage unique pour profiter pleinement du jeu » nous a ainsi expliqué Barreiro au sujet des éditeurs.

Et au sujet des distributeurs ? « On s’est attaqué uniquement à l’activité commerce en ligne de ces acteurs. Car puisque le consommateur ne peut pas avoir la boite entre les mains pour avoir connaissance de toutes les restrictions d’usage, il est de la responsabilité de ces acteurs de les lui indiquer sur leurs pages. Le consommateur doit acheter en connaissance de cause. »


L’action de l’UFC n’a pas été comprise par tous.

Le SELL fait preuve de mauvaise foi

Enfin, nous avons interrogé le responsable TIC de l’UFC sur les réactions du SELL et de Game Cash. Concernant le syndicat des éditeurs de logiciels, Barreiro a immédiatement remarqué leur « incroyable mauvaise foi », ceci « quand ils ne sont pas totalement risibles ».

Par exemple, quand le SELL note que « 38 % des gens n'arrivent pas à déterminer leur plateforme », l’UFC explique que c’est tout à fait normal, dès lors que « les consommateurs n’ont pas donné cette information et pour cause on ne leur a pas demandé ». Barreiro nous précise que les appels à témoignages de l'association ont pour origine diverses plaintes de consommateurs au sujet de bugs, mais aussi des nouvelles pratiques commerciales des éditeurs.

« Ces bugs qui rendent le jeu injouable »

« Dans la mesure où nous n’avons pas les moyens d’acheter une centaine de jeux et de les tester sur les principales plateformes, le meilleur moyen pour nous de comprendre les contours et l’ampleur du phénomène est bien entendu de demander aux principaux concernés : les joueurs. Nous avons donc fait un appel à témoignage. Bien entendu, ceux qui répondent sont en priorité les mécontents. Mais ce qui fait la force de ce travail, c’est la nature des réponses.

Et je suis désolé pour le SELL mais quand des centaines de consommateurs disent « ça ne fonctionne pas » c’est qu’il y a un vrai problème. Et quand je dis « ça ne fonctionne pas » je ne parle pas de petits bugs qui agacent mais ne remettent pas en cause la valeur du produit. Je parle de ces bugs qui rendent le jeu injouable. Par exemple, les témoignages sur Battlefield 3 sont éloquents : des centaines de joueurs ont chez eux un jeu qu’ils ne peuvent ou ne pouvaient pas (des correctifs ont été mis à disposition depuis) utiliser. Et des témoignages de ce type il y en a des centaines et concernent une grande variété de jeux. D’ailleurs, il suffit d’aller sur les forums des sites spécialisés ou de fans pour mesurer l’ampleur du mécontentement.
»

Un soutien jamais vu

L’UFC nous a d’ailleurs confirmé par téléphone qu’elle n’avait jamais vu un soutien aussi « massif » à son action, preuve que le problème est réel, ceci malgré quelques incompréhensions.

La mort de l'occasion est en marche

Concernant la polémique au sujet du marché de l’occasion, le SELL avait expliqué ceci à notre confrère Challenges : « Il faut se rendre compte que le marché du PC sur lequel l'étude fait le focus est soumis à une très forte piraterie. Aujourd'hui, sur l'ensemble des solutions pour lutter contre les actes de piratage, c'est l'activation online qui marche le mieux. Les éditeurs ont adopté les DRM (Digital rights management) pour lutter efficacement contre la reproduction illégale des logiciels. Si cela a un impact sur le marché de l'occasion, ce n'est pas une volonté délibérée. »

Édouard Barreiro réplique en nous expliquant que certains joueurs et revendeurs de jeux d’occasion ont aujourd’hui le sentiment que les éditeurs souhaitent s’attaquer à la revente de jeux vidéo. « On peut également, souligner la formidable sortie du directeur créatif de l’éditeur THQ, Cory Ledesma, qui assume franchement en disant sans détour avoir le sentiment d’être trompé par le consommateur lorsqu’il achète les jeux d’occasion. » (voir l'article sur le sujet par notre confrère Gameblog).

Enfin, au sujet du dernier communiqué de Game Cash, particulièrement en faveur de l’action de l’UFC-Que Choisir, cette dernière estime que ce soutien « confirme bien que le marché de l’occasion est en danger. Or, compte tenu des prix des jeux, mais aussi du fait que leur durée de vie semble décroitre, le maintien de ce marché est fondamental. »
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 08/12/2011 à 18:18

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 184 commentaires

Avatar de Malesendou INpactien
Malesendou Le jeudi 8 décembre 2011 à 20:47:50
Inscrit le vendredi 21 mai 10 - 6045 commentaires
Lol cela ne m'étonnerait même pas, à l époque j avais revendu des jeux extreme G ils l'on racheté 5fr ces radins :)

Le pire, la daube de Pokémon stadium acheter neuf le jour de la sortie, ils voulaient le racheter moins de la moitie du prix une semaine après ;)


Mais la n64, c’était mort !

Pourtant, je me suis éclaté avec.
Avatar de ano_634726298070965238 INpactien
ano_634726298070965238 Le jeudi 8 décembre 2011 à 20:52:49
Inscrit le mercredi 25 mai 11 - 1721 commentaires
Console boudée mais les jeux étaient top, goldeneye, mario, mario kart, extreme g, etc... Je me suis plus éclaté sur 64 que sur ps1 même si y'avait moins de gros titre, goldeneye reste mon fps phare :)
Avatar de Malesendou INpactien
Malesendou Le jeudi 8 décembre 2011 à 20:56:24
Inscrit le vendredi 21 mai 10 - 6045 commentaires
Ouais pareil.
Avatar de chaton51 INpactien
chaton51 Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:12:36
Inscrit le mercredi 21 juillet 10 - 1587 commentaires

Ubisoft mériterait de couler surtout.



j'irai pas jusque là mais a force de prendre les consommateurs pour des cons, y a forcément retour de manivelle ..

pour moi la plus grosse arnaque c'est DLC et pass online ! ces deux là ne devraient pas exister !
Avatar de AnthonyF INpactien
AnthonyF Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:22:52
Inscrit le jeudi 20 août 09 - 2922 commentaires
j'irai pas jusque là mais a force de prendre les consommateurs pour des cons, y a forcément retour de manivelle ..

C'est plus pour la tournure des choses.

Je suis un joueur sur PC, j'achète mes jeux et si dans le passé je tipiakais c'était à cause de mon PC qui n'était pas une bombe et les jeux coûtait déjà assez cher à l'époque pour ne pas en acheter un qui n'allait pas tourner.
Donc les DRM de connexion permanente c'est une grosse connerie.
Un DRM d'activation, je n'ai rien contre s'il est possible qu'il se réarme tout seul sans souci donc pas besoin de s'exciter si on oubliais de révoquer une activation.

Mais Ubisoft, eux font le plus gros doigt aux joueurs PC après EA -qui a un très bon niveau au petit jeu des éditeurs qui sont une bande de fiéfé co**a*d- en refusant de sortir une version PC de certains jeux utilisant un prétexte bidon.

Non pas que je minimise le piratage des jeux sur PC sûrement plus important -bien que..- que sur console mais même s'il n'y avait pas de piratage, il n'y aurait probablement pas plus de vente et se servirait de l'excuse du chiffre pour dire que le PC est une plate-forme désuète. Et Ubisoft prend ce chemin.
Ubisoft qui a fait son beurre sur PC -ok, avant Windows mais bon- qui maintenant lui dit merde. Donc qu'ils coulent. En plus ils font que des jeux bien pourris.. pas une grosse perte selon moi.

Edité par AnthonyF le jeudi 8 décembre 2011 à 21:23
Avatar de ano_634726298070965238 INpactien
ano_634726298070965238 Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:31:33
Inscrit le mercredi 25 mai 11 - 1721 commentaires

Non pas que je minimise le piratage des jeux sur PC sûrement plus important -bien que..- que sur console mais même s'il n'y avait pas de piratage, il n'y aurait probablement pas plus de vente et se servirait de l'excuse du chiffre pour dire que


Ben comme dans tout les domaines multimédia, à part peut être la musique, encore que... Le cinéma le piratage est énorme pourtant même sans le piratage y'aurait pas plus d'entrée vendues, surtout que ces dernières ce portent très bien.

Par exemple la je jouerais bien à skyrim mais j'ai pas envie de l'acheter (marre de claquer 50euro dès qu'un jeu me plait) donc soit je vais tipiaker soit l'acheter quand y'aura une super promo steam.

aaaah... au lieu de jouer je devrais bosser sur mon projet tiens ... au moins ça donnerais une alternative aux gros éditeurs pour peu que je fasse pas mal de pub et un bon jeu ^^"


Avatar de maxoux INpactien
maxoux Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:35:41
Inscrit le jeudi 22 juillet 10 - 45 commentaires

C'est plus pour la tournure des choses.

Je suis un joueur sur PC, j'achète mes jeux et si dans le passé je tipiakais c'était à cause de mon PC qui n'était pas une bombe et les jeux coûtait déjà assez cher à l'époque pour ne pas en acheter un qui n'allait pas tourner.
Donc les DRM de connexion permanente c'est une grosse connerie.
Un DRM d'activation, je n'ai rien contre s'il est possible qu'il se réarme tout seul sans souci donc pas besoin de s'exciter si on oubliais de révoquer une activation.

Mais Ubisoft, eux font le plus gros doigt aux joueurs PC après EA -qui a un très bon niveau au petit jeu des éditeurs qui sont une bande de fiéfé co**a*d- en refusant de sortir une version PC de certains jeux utilisant un prétexte bidon.

Non pas que je minimise le piratage des jeux sur PC sûrement plus important -bien que..- que sur console mais même s'il n'y avait pas de piratage, il n'y aurait probablement pas plus de vente et se servirait de l'excuse du chiffre pour dire que le PC est une plate-forme désuète. Et Ubisoft prend ce chemin.
Ubisoft qui a fait son beurre sur PC -ok, avant Windows mais bon- qui maintenant lui dit merde. Donc qu'ils coulent. En plus ils font que des jeux bien pourris.. pas une grosse perte selon moi.


il ne faut pas oublier que certains, comme moi, n'ont tout simplement pas ou plus les moyens de depenser 50€ dans un jeux qui 1) ne nous plaira peut etre pas et 2) dont les drm seront si restrictif qu'un crack est presque obligatoire
bref tout sa pour dire qu'un jeux pirate =! une vente en moins
Avatar de AnthonyF INpactien
AnthonyF Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:44:03
Inscrit le jeudi 20 août 09 - 2922 commentaires
Ben comme dans tout les domaines multimédia, à part peut être la musique, encore que... Le cinéma le piratage est énorme pourtant même sans le piratage y'aurait pas plus d'entrée vendues, surtout que ces dernières ce portent très bien.

Ces domaines se plaignent sans arrêt de manque à gagner, curieusement seulement des films français qui marchent pas très bien à l'exception de certains film à la qualité douteuse. Et hop, çà hurle et se disent pas on sort notre film, pourri très souvent en face de blockbuster américain peut-être pourris mais plus spectaculaire à regarder. Et ce, chaque semaine. Et quand on va au cinéma maintenant, hors abonnement et cartes de réductions, tu n'y va qu'une fois par semaine.
Musique, c'est presque le même truc mais bon bref

Le JV sur PC, c'est peut-être un marché de niche en comparaison de la console mais une entreprise, français de surcroit, qui a fait sa renommée internationale grâce à cette plate-forme et lui fait un doigt, c'est se foutre de la gueule du monde. Le piratage était encore plus aisée par le passé, suffisait de copier sur le CD voire sur des disquettes.. En quoi Internet a augmenté ce phénomène ? En rien ! Seulement ce sont les rois du chiffres à la con. Et ce sans tenir compte du mec qui commence à télécharger le fichier et abandonne par faute de place sur DD, soit s'est gouré ou s'est fait trompé par le Torrent et j'en passe. Parfois même le fichier est corrompu à la base et des centaines de milliers l'ont chargés alors que le fichier est inopérant et donc pas de piratage.

Cela dit, le JV faut aussi que certains se calment aussi. Je voyais dans mon entourage, le mec un nouveau jeu sur PS3 sortait, il le téléchargeait, comme si c'était vital de jouer à tous les jeux quoi. J'ai acheté en deux ans une vingtaine/trentaine de jeux que je n'ai pas fini ou même pas commencé.
Donc, il y a forcément un problème quelque part
Avatar de AnthonyF INpactien
AnthonyF Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:48:36
Inscrit le jeudi 20 août 09 - 2922 commentaires
il ne faut pas oublier que certains, comme moi, n'ont tout simplement pas ou plus les moyens de depenser 50€ dans un jeux qui 1) ne nous plaira peut etre pas et 2) dont les drm seront si restrictif qu'un crack est presque obligatoire
bref tout sa pour dire qu'un jeux pirate =! une vente en moins

Je ne cautionne pas le piratage, mais si le DRM est chiant et que tu as acheté le jeu, le crackage ne me pose aucun souci. J'en utilisait pas mal avant pour certains jeux car la flemme de toujours mettre le CD pour jouer.

Mais pirater pour tester vite fait, pas de souci avec çà, d'ailleurs j'ai oublié d'en parler dans ma prose précédente. Mais si t'aimes le jeu et que tu le pirates, là par contre il y a un problème.
Car non, tu n'as pas 50€ à mettre dedans mais en quoi c'est nécessaire de l'avoir en J-J si t'as pas l'argent pour. Le piratage dans ce sens c'est pas quelque chose de tolérable. Surtout que les JV baissent assez rapidement.
Exemple: Wolfenstein, sortie : 50 ou 60 €. En l'espace d'un mois de non vente -bon c'est aussi une daube donc - tu le trouvais à 15 sur Amazon.
Portal 2, sortie 50€. En Juillet, passe sous la barre des 30€ sur Steam alors en boite j'imagine que çà devait être plus bas.
Avatar de flamaros INpactien
flamaros Le jeudi 8 décembre 2011 à 21:53:33
Inscrit le vendredi 7 mai 10 - 21 commentaires
J'ai quitté ce monde en tant que professionnel (développeur) en parti car les nouvelles visions de développements des jeux me posais des problèmes d'ordre moraux, bien que le studio dont je faisais parti n’était pas impacté par ces nouvelles politiques commerciales.

Effectivement les éditeurs cherchent bien a faire du chiffre a tout prix sans même se préoccuper de la qualité des produits.
J'ai eu en horreur de voir le nombre de DLC prévu pour Dirt3, c'est scandaleux de sortir des DLC avec peu de contenu a des prix hallucinant. Le pire c'est quand même que le DLC "X Games Asia Track Pack" qui ressemble étrangement a un extrait de circuit provenant de Dirt 2 avec des modifications mineures.

Cette mode des DLC contenant de contenu crée pour des épisodes précédent de la franchise nous vient d'Activision avec Call Of Duty. Que dire d'un DLC de 5 maps a 15euros dont seulement 3 sont réellement nouvelles?http://www.jeuxvideo.fr/modern-warfare-2-resurgence-disponible-actu-344358.html

De plus Activision fait tourner 2 studio afin d'aligner 1 titre par an sur cette franchise de quoi faire en sorte que les Mod fait par la communauté de joueur ne puisse pas suivre.
J'ai egalement eu des soucis d'ordre technique avec un de leur titre (Black Ops) ou je ne pouais pas jouer en multi car mon processeur ne disposait que de 2 core. Le solo tournait parfaitement et en multi j'etait a 5Fps. Impossible pour le développeur que je suis de comprendre comment un même moteur peux ne plus tourner sur une machine.

Les accords entre les fabricants de Hardware et les éditeurs va loin, certain jeu comme Batman voit même certaines fonctions d'affichage désactivées en fonction de la marque de nos composants.http://www.dvhardware.net/article38143.html
;