S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Nicolas Sarkozy à la rescousse de la cagnotte du cinéma

Création et internet

Le plafonnement de toutes les taxes affectées au Centre National du Cinéma, c'est bientôt du passé ! C’est du moins la promesse de Nicolas Sarkozy qui a reçu d’urgence les professionnels ce lundi à l’Élysée après le vote d'un amendement à la loi de finances.

Vendredi, en pleine rencontres cinématographiques de Dijon, l’Assemblée nationale votait deux amendements destinés à plafonner les ponctions affectées au Centre National du Cinéma (CNC). Un vrai faux plafonnement global à 700 M€ (amendement 432) et un vrai plafonnement taxe par taxe de plusieurs opérateurs dont le CNC (amendement 431) et un écrêtement taxe par taxe.

Le CNC s’est constitué un véritable trésor de guerre au fil du développement de l’Internet en France. Outre les entrées de cinéma, en hausse, le Centre puise ses ressources sur les acteurs des télécoms via la taxe COSIP. A l’Assemblée, Valérie Pecresse a ainsi souligné que « l’effort supplémentaire demandé par le Premier ministre (…) concerne les ministères et les collectivités locales, mais aussi les opérateurs » et donc le Centre du cinéma. L’idée du plafonnement est ainsi de raboter les taxes affectées pour reverser l’excédent au budget de l’État, celui qui finance école et routes, hôpitaux et tribunaux.

Pour le député socialiste Pierre-Alain Muet, « cet amendement va remettre complètement en cause le soutien mutualiste au cinéma français qui a permis de maintenir à la fois une industrie cinématographique forte et une création dynamique et diversifiée, alors que vous pouviez construire un budget cohérent en supprimant des niches inefficaces ». En vain : le texte était voté par les députés. Durant ce vendredi noir, les professionnels du Cinéma publiaient du coup depuis Dijon un communiqué pour dire eux-aussi tout le mal qu’ils pensaient de cet écrêtement budgétaire.

Lundi en fin de journée, devant le petit monde du cinéma, Nicolas Sarkozy a avoué son ignorance sur ce vote pourtant défendu par sa ministre Valérie Pecresse et donc François Fillon : « Je ne suis au courant de rien. Nous allons revoir ça. Ça s'est fait dans mon dos, sans concertation », selon les propos rapportés par le Point. En phase avec ce qu’a entendu Pascal Rogard (SACD) :

Pascal Rogard SACD CNC 

Du coup, Valérie Pecresse va être priée au Sénat de pilonner l’amendement 431, amendement qu’elle avait pourtant porté à l’Assemblée. Les modalités de la révision ne sont pas encore connues. Selon Pascal Rogard (SACD), encore, seule la taxe sur la télévision sera plafonnée, non les autres qui resteront à plein régime pour assurer l’autonomie budgétaire du CNC.

Pascal Rogard SACD CNC

« Le 26 septembre, lors d'un déjeuner à l'Élysée avec les sommités du cinéma, Nicolas Sarkozy avait réaffirmé que l'industrie cinématographique française serait relativement épargnée par les rigueurs budgétaires des temps » ajoute encore Le Point.

La suite se jouera au Sénat une fois le vote à l’Assemblée achevé. Pendant ce temps, les Parlementaires devront également prendre en main le Projet de loi sur la copie privée, qui vient sécuriser, pour les ayants droit, une bonne partie des 189 millions d'euros récoltés à partir des supports vierges (*).

(*) CD, téléphone, DVD, disques durs externes, box, enregistreurs de salon, autoradio à disque dur, clé USB ou encore carte mémoire.

Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 27/10/2011 à 09:23

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 67 commentaires

Avatar de John Shaft INpactien
John Shaft Le jeudi 27 octobre 2011 à 09:29:56
Inscrit le vendredi 14 janvier 11 - 10371 commentaires
La réforme des retraites : « Je ne suis au courant de rien. Nous allons revoir ça. Ça s'est fait dans mon dos, sans concertation »

Trop fort ce Nico

Edité par tot0che le vendredi 18 janvier 2013 à 19:33
Avatar de ndjpoye INpactien
ndjpoye Le jeudi 27 octobre 2011 à 09:30:53
Inscrit le mardi 31 janvier 06 - 24068 commentaires
l'industrie cinématographique française serait relativement épargnée par les rigueurs budgétaires des temps


Nouveau jeux: deviner quel sera le prochain réalisateur qui va devoir faire tourner Mme Sarkozi




Non mais sérieux, sous quel prétexte sérieux ils devraient être épargné ? S'est un secteur vital ? Porteur d'avenir ? etc.... ?

Edité par ndjpoye le jeudi 27 octobre 2011 à 09:32
Avatar de scharnhorst INpactien
scharnhorst Le jeudi 27 octobre 2011 à 09:32:34
Inscrit le lundi 20 juillet 09 - 217 commentaires
Toujours aussi pathétique...
Avatar de lava INpactien
lava Le jeudi 27 octobre 2011 à 09:33:19
Inscrit le jeudi 11 juin 09 - 598 commentaires
"Tout le monde doit faire des économies!!!"

Enfin presque voyons...
C'est une manie un peu désagréable qu'il a de revenir sur des choses dites/faites...

« Le 26 septembre, lors d'un déjeuner à l'Élysée avec les sommités du cinéma, Nicolas Sarkozy avait réaffirmé que l'industrie cinématographique française serait relativement épargnée par les rigueurs budgétaires des temps » ajoute encore Le Point.


on ne dit pas pourtant que les promesses n'engagent que ceux qui y croient?

Edité par lava le jeudi 27 octobre 2011 à 09:33
Avatar de Commentaire_supprime INpactien
Commentaire_supprime Le jeudi 27 octobre 2011 à 09:34:23
Inscrit le vendredi 31 octobre 08 - 27132 commentaires
cet amendement va remettre complètement en cause le soutien mutualiste au cinéma français qui a permis de maintenir à la fois une industrie cinématographique forte et une création dynamique et diversifiée, alors que vous pouviez construire un budget cohérent en supprimant des niches inefficaces


Oxymore, fail !

Quelqu'un pourrait-il nous donner le montant net du retour sur investissement (en termes de rentrées de recettes, de droits de diffusion encaissés hors chaînes françaises tenues de mettre à l'antenne la production nationale par voie réglementaire coercitive, de produits dérivés...) des fonds alloués au CNC ? Ou, à défaut, de nous donner des exemples d'oeuvres, même confidentielles, à forte valeur culturelle qu'il n'aurait pas été possible de financer sans les fonds du CNC ?

Je n'ai pas d'idées préconçues en posant cette question et je suppose que ce fonds sert à autre chose qu'à financer des carrières professionnelles d'artistes officiels quasi-fonctionnaires copains du pouvoir en place.

Il y a 67 commentaires

;