S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Steve Jobs : les hommages se multiplient

De Tim Cook au grand public, en passant par Nicolas Sarkozy

L’annonce du décès de Steve Jobs provoque bien sûr de nombreuses réactions. Difficile de nier que l’homme a joué un rôle prépondérant dans plusieurs secteurs, notamment ceux de l’informatique, de la musique dématérialisée et de la téléphonie mobile. Ce qui lui vaut d’ailleurs un nombre croissant de témoignages, parmi lesquels des personnalités importantes.

Alors que Twitter vit actuellement sa réaction en ligne la plus grande avec 10 000 tweets par seconde au sujet de la mort de Steve Jobs, Barack Obama en personne s’est fendu d’un hommage personnel à l’ancien PDG d’Apple : « Michelle et moi sommes tristes d’apprendre le décès de Steve Jobs. Steve faisait parti des plus grands innovateurs américains : assez courageux pour penser différemment, assez culotté pour croire qu’il pouvait changer le monde et assez talentueux pour y arriver ».

Vient ensuite toute une liste d’autres personnalités du monde de la high tech et d’ailleurs.

Tim Cook, nouveau PDG d’Apple

« À toute l’équipe,

J’ai quelques très tristes nouvelles à partager avec vous. Steve est mort plus tôt dans la journée.

Apple a perdu un génie visionnaire et créatif, et le monde a perdu un extraordinaire être humain. Ceux d’entre nous qui ont été assez chanceux pour le connaître et travailler avec lui ont perdu un ami cher et un mentor inspirant. Steve laisse derrière lui une société que lui seul pouvait construire et son esprit sera à jamais la fondation d’Apple.

Aucun mot ne peut exprimer de manière adéquate notre tristesse devant la mort de Steve ou notre gratitude pour l’opportunité d’avoir pu travailler avec lui. Nous honorerons sa mémoire en continuant le travail qu’il aimait tant. »

Bill Gates

« Je suis réellement triste d’apprendre la mort de Steve Jobs. Melinda et moi présentons nos sincères condoléances à sa famille et ses amis, ainsi que tous ceux que Steve a touchés par son travail. Steve et moi nous sommes rencontrés pour la première fois il y a 30 ans et sommes devenus collègues, compétiteurs et amis à travers plus de la moitié de notre vie.

Le monde voit rarement une personne ayant eu un impact aussi profond telle que Steve Jobs, avec des effets que l’on sentira pour bien des générations à venir. Pour ceux qui ont été assez chanceux pour travailler avec lui, ce fut un immense honneur. Steve va terriblement me manquer. »

Michael Dell

« Aujourd’hui le monde perd un leader visionnaire, l’industrie technologie perd une légendaire icône et je perds un ami et collègue fondateur. Les générations à venir se souviendront de l'héritage de Steve Jobs. Mes pensées et mes prières vont à sa famille et à l’équipe d’Apple. »

Rupert Murdoch

« Aujourd’hui, nous perdons l’un des penseurs, créateurs et entrepreneurs les plus influents de tous les temps. Steve Jobs était tout simplement le plus grand PDG de sa génération. Bien que je sois attristé de son décès, je me remémore l’incroyable impact qu’il a eu sur la manière de révolutionner la consommation des médias et des loisirs par les gens. Mon coeur va à sa famille et à tous ceux qui ont eu l’opportunité de travailler pour lui dans la réalisation de ses multiples visions. »

Arnold Schwarzenegger

« Steve a vécu le rêve californien chaque jour de sa vie, il a changé le monde et nous a tous inspiré. »

Howard Stringer (PDG de Sony)

« L’ère numérique a perdu sa plus grande lumière, mais l'innovation et la créativité de Steve inspireront les rêveurs et penseurs pour des générations. »

Brian Lam, ancien rédacteur en chef de Gizmodo

Exprimant l’ensemble de ses regrets pour l’épisode de l'iPhone 4 perdu et la manière dont les choses se sont déroulées à cette époque. En voici un extrait : « J’ai repensé à ce dilemme chaque jour pendant un an et demi. Il m’a causé beaucoup de chagrin et j’ai pratiquement arrêté d’écrire depuis. Il y a trois semaines, je pensais en avoir eu assez. J’ai écrit ma lettre d’excuses à Steve. »

Randall Stephenson (PDG d’AT&T)

« Nous sommes attristés par le décès de Steve Jobs. Steve était un inventeur, visionnaire et entrepreneur iconique, et nous avons eu le privilège de le connaître en tant que partenaire et ami. Nous tous chez AT&T adressons nos pensées et prières à la femme de Steve, sa famille et à sa famille d’Apple. »

Larry Page 

« Je suis très, très triste d’entendre les nouvelles au sujet de Steve. C’était un grand homme aux incroyables réalisations et au génie extraordinaire. »

G.S. Choi (responsable chez Samsung)

« Steve Jobs a introduit de nombreux changements révolutionnaires dans l’industrie des technologies de l’information et a été un entrepreneur extraordinaire. Le monde entier se souviendra de son esprit d’innovation et de ses réalisations remarquables. »

Steve Ballmer 

« Je veux exprimer mes plus profondes condoléances face au décès de Steve Jobs, l’un des fondateurs de notre industrie et un vrai visionnaire. Mon coeur va à sa famille, chaque employé d’Apple et à tous ceux qui ont été touchés par son travail. »

Nicolas Sarkozy

« Je veux rendre hommage à Steve Jobs, qui fut un très grand entrepreneur, un grand innovateur et un acteur majeur de la révolution numérique que nous vivons.

Sa capacité à révolutionner des secteurs économiques entiers par le pouvoir de l’imagination et de la technologie, est une source d’inspiration pour les millions d’ingénieurs et d’entrepreneurs à travers le monde. Ses efforts pour rendre les nouvelles technologies plus attractives et simples d’utilisation ont fait le succès d’entreprises qui ont changé le monde de la micro-informatique, de la distribution de contenus culturels, des télécommunications ou encore du cinéma d’animation.

Aussi inspiré qu’inspirant, Steve Jobs restera comme l’une des grandes figures de notre temps, dont le courage dans la vie personnelle et professionnelle aura égalé l’imagination et la force de travail, et dont l’incroyable popularité aura témoigné de la nécessité de reconnaître les grands inventeurs de l’économie de la connaissance. »

Si le génie de Steve Jobs semble unaninement félicité et regretté, l'homme avait laissé en 2005 une marque autant qu'un indice sur son fonctionnement : « Se souvenir que je serai mort bientôt est l'outil le plus important que je connaisse pour m'aider à prendre de grandes décisions dans la vie. Parce que presque tout - toutes les attentes, toute la fierté, toute les craintes d'échec - toutes ces choses disparaissent face à la mort, vous laissant seul face aux choses vraiment importantes. Se souvenir que vous serez bientôt mort est le meilleur moyen d'éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes déjà nu. Il n'y a aucune raison de ne pas suivre votre cœur. »

Au-delà de ces réactions de personnalités, le grand public lui-même se manifeste à travers des témoignages qui ne sont pas sans rappeler la mort de la princesse Lady Di, en particulier aux États-unis. C’est ainsi que l’on voit devant les Apple Stores des dépôts de gerbes de fleurs, des post-its de condoléances, de petits objets de la firme.
 
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 06/10/2011 à 12:15

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 406 commentaires

Avatar de ndjpoye INpactien
ndjpoye Le jeudi 6 octobre 2011 à 12:58:01
Inscrit le mardi 31 janvier 06 - 24068 commentaires
petit dessin pour l'occasion (j'ai pas pu résister)

Tu sors



Non je déconne, l'aime bien celui là
Avatar de misterB INpactien
misterB Le jeudi 6 octobre 2011 à 12:58:35
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145758 commentaires
Il évoque le déclin de la société américaine, et le fait que le décès du plus emblématique PDG américain en est une métaphore.

Pour mieux saisir le personnage (auteur d'American Psycho ) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bret_Easton_Ellis

ça plus le nom aussi, la mort de l'emplois


perso c'est The Rules of Attraction que j'ai le plus aimé
Avatar de taralafifi INpactien
taralafifi Le jeudi 6 octobre 2011 à 12:59:24
Inscrit le samedi 22 juillet 06 - 4653 commentaires
Ca me tue quand même tout ce ramdam, c'est pas comme si il avait sauvé le monde en créant un vaccin ou un médicament révolutionnaire...

Je parie que l'inventeur de l'immodium vous a été bien plus utile...

A t'écouter, la vie ne se résume qu'à la survie en fait.
Il faut être en bonne santé, être nourri à notre faim et avoir un toit. Et c'est tout ?
Elle doit-être bien triste ta vie.


Heureusement qu'il y a quelques extras comme l'iPod, l'iPhone et l'iPad pour nous divertir.
Avatar de nouknouk INpactien
nouknouk Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:00:11
Inscrit le mardi 1 novembre 05 - 5045 commentaires

C'est sur que quand on ne connais pas l'histoire de l'informatique on ne peux pas prendre conscience de l'iNpact qu'à eut cette homme sur l'informatique telle qu'on la connais aujourd'hui ...

C'est pas faux, mais pas totalement vrai non plus.
Avatar de Zed-K INpactien
Zed-K Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:00:18
Inscrit le vendredi 20 avril 07 - 7689 commentaires
ça plus le nom aussi, la mort de l'emplois

perso c'est The Rules of Attraction que j'ai le plus aimé

Ah oui exact, je n'avais pas relevé le jeu de mot, bien vu
Excellent tweet en effet.

Sinon en lisant la page Wikipédia j'ai découvert qu'on lui devait également Rules of Attractions (pas lu le bouquin mais j'avais adoré le film).
Faut vraiment que je me penche sur le reste de son oeuvre
Avatar de belgeek INpactien
belgeek Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:09:33
Inscrit le samedi 29 novembre 08 - 550 commentaires
A t'écouter, la vie ne se résume qu'à la survie en fait.
Il faut être en bonne santé, être nourri à notre faim et avoir un toit. Et c'est tout ?
Elle doit-être bien triste ta vie.


Heureusement qu'il y a quelques extras comme l'iPod, l'iPhone et l'iPad pour nous divertir.


C'est bien, t'as tout compris.
Avatar de sum0 INpactien
sum0 Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:10:11
Inscrit le vendredi 12 février 10 - 1121 commentaires

ils brulent leurs iphones dans la douleur ?


Ben oui il faut tout racheter, ceci est une révolution
Avatar de letter INpactien
letter Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:11:15
Inscrit le mardi 3 janvier 06 - 266 commentaires

Pour le coup sa citation était interessante et justifie à elle seule sa présence

Mais pour le coup ça m'a fait rire de voir que "bien sur " c'était celle qui prenait le plus de place

Car elle est citée sans avoir besoin d'être traduite.
Celle d'Obama n'est pas plus courte...
Avatar de sanjis INpactien
sanjis Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:11:36
Inscrit le jeudi 2 avril 09 - 35 commentaires
Steve Jobs est mort. Si nous devons à ce génie de l'informatique les gestes les plus quotidiens, l'effervescence médiatique qui accompagne sa disparition ne doit pas faire oublier ce qu'il fut aussi : un patron qui aura fait le bonheur de ses actionnaires en premier lieu.

Ce matin, impossible d’échapper à la mort de Steve Jobs, le créateur d’Apple. L’événement, le décès d’un homme de 56 ans (le bel âge…) par la faute d’un cancer du pancréas (c’est drôle, personne ne dénonce l’assassin !), est pourtant d’une grande banalité, puisque cette maladie figure parmi les premières causes de mortalité dans les pays développés.

Aucun journal radio ou télévisé, aucun blog spécialisé, aucun site de journal n’échappe donc à l’article « réglementaire » sur la vie, l’œuvre, le génie, la prescience, etc. de Steve Jobs ? Il faut le dire, depuis le temps qu’il avait avoué sa maladie devant ses troupes et ses actionnaires, les journalistes avaient eu le temps de remplir le « frigo », sauf Marianne, évidemment !
Nous ne présenterons donc pas un « portrait de Steve Jobs, l’homme qui a révolutionné l’informatique ». Cela n’empêche pas de se demander : « pourquoi ce type est-il important ? »

Il y a une première réponse : nous vivons avec Steve Jobs, ou plutôt Apple. On ouvre son ordinateur, que ce soit un vulgaire PC où un superbe Mac couleur granit, le menu déroulant qui s’affiche, c’est Apple qui l’a mis en premier sur ses produits. Idem sur la souris qui permet de cliquer rapidement. Jobs, c’est ça : nous lui devons nos gestes les plus quotidiens.

Les plus anciens, ceux qui ont l’âge auquel Steve Jobs est décédé, par exemple, se souviennent de ce qu’a été l’apprentissage de l’informatique sur des PC, de marque IBM, la multinationale mondiale, équipés d’un moteur appelé MS-Dos, créé par une firme quasi inconnue nommée Microsoft. Non seulement son ergonomie était épouvantable et a dégoûté des bataillons de quadragénarires de l’informatique, mais le MS-Dos, imposé comme norme mondiale par le couple infernal et surdominant de l’époque IBM-Microsoft, était réputé chez les spécialistes pour être truffé d’erreurs et de bugs. En face, le petit McIntosh nous faisait rêver. C’était solide, facile d’utilisation, disons-le presque marrant, et un Mac, disait-on, « ça ne plante pas » !

Jobs n'est pas Einstein

Le Figaro s'écrase-t-il devant Air France ? Les médias face à la crise : informer plutôt qu'alerter ! Un journaliste du Nouvel Obs tacle les « bobos » C’est la deuxième réponse : Steve Jobs a réussi à imposer une marque de qualité, Apple, alors qu’il était le challenger, face à un mastodonte tendant au monopole. Apple est maintenant lui-même un mastodonte, et en passe d'occuper la même position dominante que Microsoft grâce à des systèmes fermés, ce que les militants d'une informatique libre lui reprochent à raison. Dans les années 80 beaucoup d’analystes prévoyaient la disparition de la marque à la pomme, très minoritaire sur le marché américain, le seul qui comptait à leurs yeux. Le Mac semblait n’avoir plus qu’un seul marché significatif, la France. Apple était une sorte d’exception française, à comme le succès des films de Woody Allen ! Peut-être faut-il chercher l’explication de cette popularité dans le fait que le Mac avait été adopté par les medias, et d’abord les journaux pour lequel les logiciels de publication assistée avaient été développés.
Cela fait-il de lui l’équivalent d’Einstein, comme on l’a entendu ce matin sur une radio dont on taira le nom par compassion ? Non. Einstein a mis en équation la relation entre la masse et la vitesse, sur un bout de papier. Et il a expliqué comment notre monde fonctionne. Jobs n’est pas non plus un inventeur de génie. La souris n’est pas son invention, mais celle de deux chercheurs, américain et suisse.

Avatar de sanjis INpactien
sanjis Le jeudi 6 octobre 2011 à 13:11:58
Inscrit le jeudi 2 avril 09 - 35 commentaires
suite....

S’il faut chercher une analogie, qui sont toujours hasardeuses, le plus proche serait l’américain Thomas Edison, qui n’a pas beaucoup inventé lui-même (une forme améliorée du télégraphe). On lui attribue l’ampoule électrique, en fait il a amélioré un brevet existant. Mais Edison, avec ses produits, a fondé une grande firme, General Electric, qui est encore une de plus grandes entreprises mondiales, notée triple AAA, comme l’Allemagne, par les agences de notations.

Parti de presque rien (sauf quand même l’excellent bagage universitaire des universités de la côte ouest), Steve Jobs, comme Edison au XIXè siècle, est devenu un grand capitaine d’industrie, une catégorie d’homme à laquelle l’Amérique adore s’identifier. Jobs, c’est le rêve américain, génération des sixties.




Les travailleurs de Foxconn le saluent
Mais ce succès, Jobs l’a bâti à l’heure du triomphe de la mondialisation des années 80. La machine à succès profite à une poignée d’Américains concepteurs, designers, publicitaires, ingénieurs, etc., extrêmement bien rémunérés, qui conçoivent, dessinent, vendent, vantent, calculent les petites merveilles Iphone, Ipad, Ibook... Le reste, tout le reste, est produit hors du territoire, en exploitant au maximum la concurrence entre les salariés, entre les modèles sociaux et économiques nationaux.

Apple, c’est la firme exemplaire du livre à succès de l’économiste Suzanne Berger, « How We Compete : What Companies Around the World Are Doing to Make It in the Global Economy. » New York : Doubleday, 2005. Publié en France sous le titre : Made in Monde (Paris, Seuil, 2006) ». A tel point que, d’après les travaux de chercheurs américains, seuls 6% de la valeur ajoutée des produits Apple est produite aux USA. Pire, le commerce des produits Apple, comme l’Iphone, Apple dégraderait le solde commercial des Etats-Unis de 1,9 milliard de dollars (chiffre 2009). Edison a symbolisé l'expansion américaine car General Electric fabriquait aux Etats unis mais exportait dans le monde entier; Tandis qu'Apple pourrait symboliser la chute de l'empire en creusant méthodiquement le déficit commercial de son pays.

Cela ne profiterait pas non plus à la Chine, qui ne perçoit que 3,6% de la Valeur ajoutée d’un Iphone. Le contraire aurait étonné les travailleurs de Foxconn qui s’échinent jours et nuits à monter les téléphones portables à la petite pomme. En fait, Jobs a fait le bonheur de ses actionnaires en premier lieu, ce qui est logique dans un régime libéral. Comme il était le premier d’entre eux, il en a beaucoup profité lui-même, puisque Forbes le classait régulièrement parmi les Américains les plus riches. Et à la différence de Bill Gates, son rival de Microsoft, on ne lui connaît pas d’implication caritative. Tous les héros ont, au moins, un défaut !



;