S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Spotify signe un accord avec Universal et se rapproche des USA

Histoire de croquer un bout de pomme

Spotify fondateursLe Suédois Spotify se rapproche un peu plus chaque jour d’un lancement américain. En négociation avec la plus grande major au monde depuis quelques mois, Universal Music, le service de streaming audio aurait enfin conclu un accord de licence en mai dernier croit savoir l’agence de presse anglaise Reuters.

Si cette information se vérifie, cela signifie donc que Spotify a d’ores et déjà signé des accords avec Universal Music, EMI et Sony Music. Seule la major Warner Music manquerait donc à son catalogue américain. Or selon des données récentes, voici les parts de marché outre-Atlantique des différentes maisons de disques :
  • Universal Music : 30,84 %
  • Sony Music : 27,95 %
  • Warner Music : 20,01 %
  • EMI : 10,18 %
  • Indépendants : 11,02 %
Avec Universal, Sony et EMI, Spotify cumulerait donc près de 70 % du marché, et un catalogue particulièrement conséquent. De quoi pouvoir se lancer aux États-Unis dès cet été ? Tout dépend les choix stratégiques de Spotify, et notamment d'attendre ou non de se lier avec Warner.

Fort de 10 millions d’utilisateurs et de plus d’un million d’abonnés Premium et Unlimited, Spotify domine l’Europe, même si le Français Deezer, grâce à son partenariat avec Orange, est un sérieux concurrent. Ce à quoi a répliqué récemment Spotify en s’alliant avec SFR.

Certains noteront avec malice que SFR est une filiale de Vivendi. Tout comme Universal Music d’ailleurs. Or ce dernier est en conflit direct avec Deezer a-t-on appris la semaine passée. Faut-il y voir un lien de cause à effet ?

Spotify

Valorisée à hauteur d’1 milliard de dollars, la société Spotify se veut « indépendante » et n’est officiellement pas à vendre. Son arrivée future aux États-Unis ne fera qu’accroître sa valeur, à moins d’un bide retentissant.

Reste à savoir quels services seront proposés outre-Atlantique (quid des limitations pour les membres gratuits ?), et quelles seront les réactions d’Apple, Amazon et Google.
Source : Reuters
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 13/06/2011 à 15:28

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 5 commentaires

Avatar de Quiproquo INpactien
Quiproquo Le lundi 13 juin 2011 à 16:42:11
Inscrit le samedi 21 novembre 09 - 1050 commentaires
Faut-il y voir un lien de cause à effet ?


Allons, cher Nil, pas de mauvais esprit !


En tout cas, tout ça nous éloigne de plus en plus d'un système de licence globale.
Avatar de Jarodd INpactien
Jarodd Le lundi 13 juin 2011 à 22:01:41
Inscrit le mardi 26 octobre 04 - 19522 commentaires
Ca reste une licence globale indirecte, puisque là c'est le client qui la choisit ou pas. C'est déjà mieux que greffée à un abonnement !

Edité par Jarodd le lundi 13 juin 2011 à 22:02
Avatar de Chamalow INpactien
Chamalow Le mardi 14 juin 2011 à 08:03:23
Inscrit le mardi 7 décembre 04 - 176 commentaires
C'est ce qui ressemble le plus à une licence globale : tu payes une somme forfaitaire, tu as droit à un catalogue quasi exhaustif sans limite d'écoute ni de téléchargement.

Le vrai problème, et ça n'est pas exclusif à Spotify mais à la musique en général quel que soit son support, c'est que tu as des limitations d'utilisation LEGALE qui rendent très rapidement ses utilisateurs hors la loi alors que la licence est payée.

Pas de droit d'utiliser Spotify dans un lieu public par exemple. Les bars et magasin qui pourraient vouloir échapper à la merde des radios (pub/tube à la con/pub/animateur à la con/pub/etc.) peuvent techniquement le faire mais pas légalement.

Tu fais une "grosse" soirée avec des potes ? Genre une 50aine de personne dans un salon... là encore la licence n'est pas prévue pour ce cas de figure.

Etc.etc. Je paye pour ce service, je le trouve très "élégant" dans son fonctionnement et sa souplesse, mais je trahis sa licence très régulièrement...
Avatar de IAmNotANumber INpactien
IAmNotANumber Le mardi 14 juin 2011 à 08:57:32
Inscrit le vendredi 22 octobre 10 - 2036 commentaires
C'est ce qui ressemble le plus à une licence globale : tu payes une somme forfaitaire, tu as droit à un catalogue quasi exhaustif sans limite d'écoute ni de téléchargement.

Le vrai problème, et ça n'est pas exclusif à Spotify mais à la musique en général quel que soit son support, c'est que tu as des limitations d'utilisation LEGALE qui rendent très rapidement ses utilisateurs hors la loi alors que la licence est payée.

Pas de droit d'utiliser Spotify dans un lieu public par exemple. Les bars et magasin qui pourraient vouloir échapper à la merde des radios (pub/tube à la con/pub/animateur à la con/pub/etc.) peuvent techniquement le faire mais pas légalement.

Tu fais une "grosse" soirée avec des potes ? Genre une 50aine de personne dans un salon... là encore la licence n'est pas prévue pour ce cas de figure.

Etc.etc. Je paye pour ce service, je le trouve très "élégant" dans son fonctionnement et sa souplesse, mais je trahis sa licence très régulièrement...


Cela ressemble à une licence légale, cela a la couleur d'une licence légale, cela a l'odeur d'une licence légale, mais ce n'est pas une licence légale.

Si l'on en vient à ne pas respecter les conditions d'utilisation c'est donc qu'elles sont trop restrictives et que le service n'est dès lors au final pas satisfaisant pour l'utilisateur. D'où ta situation, paradoxale (j'ai failli utiliser un autre mot...) : tu payes pour le service mais tu est dans l'illégalité !

la société Spotify se veut « indépendante »


Là, je pouffe. Pour pouvoir se développer au USA (ce qui est synonyme de condition de survie), elle doit signer des accords avec la plus grosse et la plus rapace des majors. Le cas Deezer ayant montré que si cet accord tombe à l'eau, le site coule (humour), et que le partenaire contractuel peut en fait imposer les verrous qu'il veut... où est l'indépendance, je vous le demande ?

Brayf, vous l'avez compris, mon niveau de confiance quant à la pérennité de ces offres légales est en l'état proche du zéro intégral.
Avatar de the_Grim_Reaper INpactien
the_Grim_Reaper Le samedi 18 juin 2011 à 13:26:27
Inscrit le mardi 6 novembre 07 - 2883 commentaires
Donc en gros... sur 10€ payé...
Universal Music : 30,84 %
Sony Music : 27,95 %
Warner Music : 20,01 %
EMI : 10,18 %
Spotify : 11,02 %

NAn, finalement.. je crois que je vais attendre avant de prendre un abo chez les Spotify, Deezer and co.

Il y a 5 commentaires

;