S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

L'IPv6 Jump Day a été un succès malgré quelques petits soucis

Et après ?

La fibre optiqueLa semaine dernière, le 8 juin, le monde a connu pour la première fois un test à large échelle du protocole IP en version 6, c’est-à-dire le fameux IPv6. On prédit depuis longtemps la disparition du stock d’adresses en version 4, et maintenant que cette réserve est quasiment épuisée, un test global était nécessaire. Dans l’ensemble, on peut dire que cette IPv6 Jump Day a été un succès.

De l'intérêt de l'IPv6

Le protocole IPv6 peut être considéré comme le sauveur dans un monde interconnecté où les appareils reliés à Internet croissent de manière quasi-exponentielle. Si une migration vers IPv6 n’est pas une option, sa mise en place est un casse-tête. Les équipements et les logiciels doivent être adaptés, même si dans le cas des logiciels, côté client, tout est déjà en place depuis longtemps. Ce n’est pas forcément le cas en revanche des firmwares des routeurs par exemple, et ce seul constat induit de gros travaux. Il faut compter également sur des frais humains, car tout le monde n’est pas forcément familiarisé avec ce protocole du côté des techniciens par exemple.

Mais pourquoi cet attrait et ce « buzz » autour d’IPv6 ? Parce que ce protocole va nous sortir d’une situation bloquée. Pour accéder à Internet, tout équipement a besoin d’une adresse. En version 4, ces adresses sont limitées et la réserve ne répond plus à la croissance de la demande. Il existe de nombreuses méthodes capables d’atténuer les effets et les IP sont en grande majorité dynamiques : elles changent constamment de « propriétaires », ce qui fera sourire ceux qui cherchent à faire comprendre que l’adresse IP n’a rien d’une carte d’identité d’un ordinateur.

Globalement une réussite, malgré quelques soucis

Cela rendait donc vital l’IPv6 Jump Day. Durant toute la durée du test, les sites participant à l’opération ont émis leurs données en IPv6 de bout en bout, soit du serveur initial jusqu’à l’utilisateur final. Une phase cruciale, car cela permet de contrôler la conformité au protocole sur toute la chaine et donc de soulever les problèmes au passage. Globalement, ce fut un succès, même si quelques soucis ont été repérés.

Google, Facebook, Yahoo!, Akamai, Limelight Networks, Bing ou encore Orange faisaient partie des testeurs. Durant 24 heures, la totalité des sites ou des infrastructures a été passée en IPv6 pour mesurer le comportement. Dans le cas de Facebook, il y a eu quelques problèmes : les adresses IPv6 ont été activées quelques minutes avant minuit, occasionnant une disparition du site. Un peu plus tard, le réseau social disparaissait à nouveau des DNS pendant une heure, avant de revenir pour ne plus avoir de problèmes. Selon Facebook, un million d’utilisateurs ont accédé au service via l’IPv6.

Du côté de Google, le test s’est mieux passé. La firme a indiqué en effet que le trafic IPv6 enregistré avait été de 65 % supérieur à ce qu’il est habituellement. D’autre part, aucun problème particulier n’a été relevé. Google serait donc prête à basculer vers le nouveau protocole, mais ce n’est bien entendu pas le seul critère à prendre en compte.

Car si IPv6 est le sauveur et que le test s’est bien passé, il reste encore nombre de barrières. On trouve dans l’ensemble trois groupes à contrôler :
  • Les sociétés elles-mêmes et la manière dont elles émettent leurs données
  • Les infrastructures intermédiaires, notamment les fournisseurs d’accès
  • Les utilisateurs finaux
Rien que pour ces derniers, il faudra aménager le parc entier. En effet, si l’on se concentre sur les seules machines sous Windows, il faut posséder au minimum Windows XP Service Pack 1 pour profiter de l’IPv6 sans configurer quoi que ce soit. Sans le premier Service Pack, la chose reste possible, mais il faut configurer le système via une ligne de commande. Il existe donc une bonne partie du parc équipée d’un vieux système qui, en l’état, ne pourrait pas se connecter. Or, le grand défi sera de migrer de manière à ne laisser personne sur le carreau.
 
Source : Ars Technica
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 13/06/2011 à 10:51

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 86 commentaires

Avatar de Yoha INpactien
Yoha Le lundi 13 juin 2011 à 11:53:05
Inscrit le mardi 22 septembre 09 - 22 commentaires
vu la marge...on pourrait filer 1 milliard d'IP a chaque gus dans le monde et on en aurait encore


/64 ça veut dire que chaque abonné a 2^(128-64) = 2^64 adresses, soit environ mille milliard de millard…

Edité par Yoha le lundi 13 juin 2011 à 11:53
Avatar de typhoon006 INpactien
typhoon006 Le lundi 13 juin 2011 à 11:55:06
Inscrit le jeudi 12 mai 05 - 24143 commentaires

/64 ça veut dire que chaque abonné a 2^(128-64) = 2^64 adresses, soit environ mille milliard de millard…

s'pas faux
Avatar de Albirew INpactien
Albirew Le lundi 13 juin 2011 à 11:55:33
Inscrit le jeudi 18 décembre 08 - 252 commentaires
Euh, pourquoi ne pas faire simplement un pont / NAT sur les box ?

LAN en IPv4 et WAN en IPv6 avec l'IP de la box, la box servirai de pseudo-proxy pour les PCs en IPv4 only et tout le monde serai content...
Avatar de Bashy INpactien
Bashy Le lundi 13 juin 2011 à 11:56:59
Inscrit le dimanche 11 décembre 05 - 71 commentaires
@typoon006 Quand on te donne un /64, le routeur (passerelle par défaut) considère que derrière se trouve un seul lien (réseau physique OSI2), quand ce routeur (freebox ) est une boîte noire, et que tu ne peux changer sa route par défaut, en gros tu ne peux pas segmenter ton réseau car il considère que toutes les IP dans le /64 sont sur le lien.
Alors qu'un /48 ou /56 te permet - je pense - de mettre ton propre routeur en amont.
Dites moi si je me trompe, j'aimerais savoir comment ça fonctionne chez nérim ou FDN

PS: Pour ceux qui ont déjà quelques connaissances de base en réseau, mais où ça reste flou avec IPv6, voici ma FAQ
Avatar de kopchai deu INpactien
kopchai deu Le lundi 13 juin 2011 à 11:58:47
Inscrit le mercredi 27 décembre 06 - 161 commentaires

Ouais enfin bon, y'a des limites, aussi. Ça fait 10 ans que IPv6 existe.

Le problème ce n'est pas "il y a encore des gens qu'il faut aider à migrer", mais plutôt "Ceux qui ne migreront pas avaient largement le temps de s'y mettre, on va pas freiner le développement de tout Internet pour trois pouilleux et demi."


Il n'y a pas que la france il y a aussi un bon nombre de pays en voie de developpement qui n'ont pas les moyens financiers ou humains pour basculer de ipv4 à ipv6.
Avatar de Yoha INpactien
Yoha Le lundi 13 juin 2011 à 11:58:48
Inscrit le mardi 22 septembre 09 - 22 commentaires
Donc oui, il y a de la marge.

Au passage: 2^48 fait environ trois cent mille milliards, ce qui laisse aussi du temps avant que les FAI aient à se poser des questions de conscience.

Edité par Yoha le lundi 13 juin 2011 à 11:59
Avatar de Yoha INpactien
Yoha Le lundi 13 juin 2011 à 12:00:58
Inscrit le mardi 22 septembre 09 - 22 commentaires
Euh, pourquoi ne pas faire simplement un pont / NAT sur les box ?

LAN en IPv4 et WAN en IPv6 avec l'IP de la box, la box servirai de pseudo-proxy pour les PCs en IPv4 only et tout le monde serai content...


Parce que le NAT, avouons-le, c'est quand même super énervant… En plus, il est déjà en place chez à peu près tous les FAI et ça ne suffit plus à combler la pénurie (plusieurs abonnements, de plus en plus de matériel sur le réseau).
Avatar de Bashy INpactien
Bashy Le lundi 13 juin 2011 à 12:01:27
Inscrit le dimanche 11 décembre 05 - 71 commentaires
Euh, pourquoi ne pas faire simplement un pont / NAT sur les box ?

LAN en IPv4 et WAN en IPv6 avec l'IP de la box, la box servirai de pseudo-proxy pour les PCs en IPv4 only et tout le monde serai content...

Il faut arrêter de croire en NAT46... cette solution n'est pas pérenne, comment tu veux mettre une information de 128 bits (adresse IPv6) dans une information de 32 bits (adresse IPv4)...



D'ailleurs le NAT46 (c'est à dire IPv4 en LAN et IPv6 en WAN) n'existe et n'existera pas, en revanche NAT64 existe, mais là, c'est pour permettre à un réseau IPv6 SEULEMENT en LAN de communiquer avec des IPv4 à l'extérieur.

Edité par Bashy le lundi 13 juin 2011 à 12:06
Avatar de TaigaIV INpactien
TaigaIV Le lundi 13 juin 2011 à 12:03:59
Inscrit le mercredi 1 octobre 08 - 10470 commentaires
Je voulais participer mais mon modem routeur netopia 3347 ne supporte pas l'IPV6 et j'ai pas super envie de le passer en bridge. Merci de m'avoir jouer sans moi.

Pour les serveurs que j'administre il faut que j'arrive à convaincre qu'il est important que je passe du temps à faire les modifs sur les serveurs.
Avatar de Sebuzz INpactien
Sebuzz Le lundi 13 juin 2011 à 12:04:51
Inscrit le mardi 22 novembre 05 - 3537 commentaires

/64 ça veut dire que chaque abonné a 2^(128-64) = 2^64 adresses, soit environ mille milliard de millard…


Ah c'est ça que cela veut dire !! /x -> 2^(128-x) adresses.
Je croyais que c'était l'inverse (x correspondant aux x derniers bits), donc plus c grand, plus y a d'adresses dispo. Et je comprenais donc pas les commentaires précédents !


Edité par Sebuzz le lundi 13 juin 2011 à 12:05
;