S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Propos sur Facebook, Salariés virés : Alten rectifie les faits (màj)

Opération de comm' interne

Mise à jour 11 janvier 2010 : renseignement pris, la direction de d'Alten nous indique que la partie adverse a fait appel sur ce dossier.

Première diffusion 10 janvier 2010
Un employé d’Alten nous a transmis le document, en fait un communiqué distribué en interne par la direction de cette entreprise suite au licenciement de salariés pour des propos tenus sur Facebook. « Je n'entends pas nécessairement prendre parti, de quelque cote que ce soit, mais juste apporter le point de vue que la direction semble avoir sur cette affaire. Bien évidemment, je n'assure pas qu'il s'agit là de la vérité, mais bien d'un son de cloche qui a peu retenti dans la grande majorité des médias. »
  alten dossier facebook licenciement

Dans ce document qui nous a été envoyé ce matin, Alten veut ainsi bien souligner avoir pris la décision de licencier ces personnes non pas « à cause de Facebook » mais « pour des faits fautifs graves qui ont d’ailleurs été reconnus comme tels par le Conseil de Prud’hommes de Boulogne ». Une nuance que les médias et le lectorat n'auraient pas bien assimilée.

Cette lettre adressée aux collaborateurs de la société cite les faits (et une partie des propos de ses ex-salariés), avant de « rappeler également que la médiatisation autour de cette affaire, suscitée exclusivement par l’utilisation du support Facebook et non par les motifs du licenciement, a généré de nombreuses réactions de soutien de critiques, mais également de menaces par courriers anonymes, à l’intention de la société Alten ».

Du coup la société « compte sur l’ensemble des salariés (…) pour communiquer dans leur entourage, afin de dépassionner le débat lié à Facebook, d’éviter toute extrapolation ou manipulation et de défendre l’image de votre société qui a agi pour le respect d’une salariée et dans un souci d’éthique permanent ». Et la direction de donner le cap de cette communication « corprorate » dans l’entourage des salariés (dont Facebook) : « il convient, définitivement de contrer l’idée que c’est l’usage de Facebook qui est à l’origine de notre décision alors qu’il s’agissait exclusivement de sanctionner le comportement inacceptable de salariés vis-à-vis de leur hiérarchie. »
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 11/01/2011 à 08:17

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 108 commentaires

Avatar de Locks INpactien
Locks Le lundi 10 janvier 2011 à 16:48:17
Inscrit le lundi 29 octobre 07 - 2912 commentaires
Ah ben voilà la vrai lumière sur cette affaire qui, je m'en souviens encore, a effectivement passionné les débats à l'époque.

(Après c'est peut-être pas forcément toute la vérité mais au moins on a les deux sons de cloche maintenant )

Edité par Locks le lundi 10 janvier 2011 à 16:48
Avatar de Mudman INpactien
Mudman Le lundi 10 janvier 2011 à 16:49:28
Inscrit le mardi 13 avril 04 - 3171 commentaires
D'après la description de la lettre, leur comportement semble même relever du harcèlement moral.
Ce qui les expose a des sanctions encore plus lourdes au civil et au pénal.
Avatar de Krogoth INpactien
Krogoth Le lundi 10 janvier 2011 à 16:50:04
Inscrit le mardi 10 mai 05 - 2587 commentaires
C'est sur que présenté comme ca on ne peut que soutenir la société.
(Cette vérité me semble quand meme plus crédible que celle qu'on pouvait entendre ou lire.)
Avatar de Tim-timmy INpactien
Tim-timmy Le lundi 10 janvier 2011 à 16:51:28
Inscrit le mardi 26 avril 05 - 4649 commentaires
il serait possible de réduire un peu la taille de l'image ? ^^ elle n'est pas recadrée automatiquement là, et ça fait un peu mal quand on clique dessus :p
Avatar de yeahbaby INpactien
yeahbaby Le lundi 10 janvier 2011 à 16:52:00
Inscrit le lundi 11 mai 09 - 197 commentaires
Si cela n'avait été qu'une simple dénigration sur Facebook, les prud'hommes n'auraient vraisemblablement confirmé ces licenciements pour faute grave.

Les voilà donc les dessous de l'histoire.

Il y a 108 commentaires

;