S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

OiNK : La justice anglaise abandonne les charges

3 ans après, ils se rendent compte qu'ils manquent de preuves...

oink logo Vous vous en rappelez peut-être, en 2007 Interpol avait permis la fermeture du site de pre-releases musicales OiNK.cd par une opération conjointe des polices anglaises et néerlandaises. Le site était anglais, mais hébergé à Amsterdam.

La police anglaise avait à cette occasion arrêté deux personnes : Alan Ellis, l'administrateur du site de 24 ans, et Matthew Wyatt, jeune uploader de 17 ans. Le procès d'Ellis a eu lieu en janvier, et s'est terminé par l'acquittement du jeune homme. Puisque les preuves liées aux deux procès étaient pratiquement les mêmes, le procureur de la couronne vient d'annoncer l'abandon des charges contre Wyatt.

OiNK arrestation police
Alan Ellis lors de son arrestation. Image BBC.

Le procureur voulait en faire un bouc émissaire

David Cook, l'avocat de Wyatt, explique que le principal défaut du procès était d'être tenu dans une cour criminelle, au lieu de civile. Pour lui le but du procès était de faire de son client un bouc émissaire, puisque « la jurisprudence indique clairement que les infractions au droit d'auteur concernant le BitTorrent relèvent d'un juge civil. Tout indique que ce cas est civil, pas criminel. En cour criminelle, mon client risquait 10 ans de prison. Je pense que ce revirement de dernière minute montre que c'est probablement vrai ». Il ajoute que c'était la première fois en Angleterre qu'un procureur défendait à son compte un intérêt privé.

De plus, il affirme que le procureur n'a jamais apporté aucune preuve que les chansons diffusées étaient protégées par copyright : « le propriétaire des droits n'a jamais identifié formellement ces chansons comme lui appartenant ». C'est ce genre de manques dans les preuves qui a permis à Alan Ellis d'être acquitté.

Enfin, il semble que la source des chansons diffusées avant leur sortie sur OiNK était un membre du groupe concerné. Ce qui expliquerait que les majors n'aient poursuivi que les opérateurs du site OiNK, et pas les sources des fuites.

Un porte-parole de la BPI (British Phonographic Industry, les représentants de l'industrie du disque anglaise) a dit être déçu par la décision du procureur, mais qu'elle ne « diminue en rien les arguments forts pour réduire les dommages importants causés par le piratage des disques avant leur sortie en rayons ».
Publiée le 31/03/2010 à 15:47

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 49 commentaires

Avatar de tof67000 INpactien
tof67000 Le mercredi 31 mars 2010 à 17:52:45
Inscrit le vendredi 25 juillet 08 - 2275 commentaires

Si ça ne marche pas, je vais juste me mettre en boule dans un coin, et jouer à la gameboy en ignorant tout le monde.


la gameboy?

monochrome hein

(rapport au noir sur gris toussa )
Avatar de Jarodd INpactien
Jarodd Le mercredi 31 mars 2010 à 20:28:14
Inscrit le mardi 26 octobre 04 - 19526 commentaires
Enfin une différence entre le civil (délit) et le pénal (crime) !
Avatar de Mihashi INpactien
Mihashi Le mercredi 31 mars 2010 à 21:07:33
Inscrit le mardi 29 janvier 08 - 3007 commentaires
Et ils risquent de se faire poursuivre au civil maintenant ou c'est un gros raté pour le procureur ?
Avatar de huskie INpactien
huskie Le mercredi 31 mars 2010 à 22:18:10
Inscrit le mercredi 20 avril 05 - 29925 commentaires
OiNK : La justice anglaise abandonne les charges

Z'ont pas voulu achever le cochon????

GROiNK !!!! GROiNK !!!!
Avatar de RisingForce INpactien
RisingForce Le mercredi 31 mars 2010 à 22:35:57
Inscrit le jeudi 19 avril 07 - 2628 commentaires
Tout indique que ce cas est civil, pas criminel.

Ah bon, quand j'entendais parler de "terroristes ou pédophiles tipiakeurs", je croyais que se faire usurper son IP était passible de la pendaison...

Faudrait pas trop que les gouvernements modèrent trop leurs élans, avec leurs lois liberticides et leurs condamnations abusives et arbitraires, sinon ces lois seront appliquées de façon "light", sans provoquer un soulèvement des masses.

Je archi contre tout ça, mais ça me ferait bien plaisir que l'UMP fonce bien vite dans le mur, en ralentissant trop, ils ne se feraient que des égratignures...

Ouep, San-Antonio, ça prend un trait d'union.

J'aime beaucoup, il ne m'en manque qu'un à la collection (+quelques hors-série)
Avatar de clownie INpactien
clownie Le jeudi 1 avril 2010 à 03:52:27
Inscrit le dimanche 15 février 09 - 335 commentaires
"Un porte-parole de la BPI (British Phonographic Industry, les représentants de l'industrie du disque anglaise) a dit être déçu par la décision du procureur"

C'est clair, il devrait prendre 10 ans (au moins!)
Avatar de omgggG INpactien
omgggG Le vendredi 2 avril 2010 à 18:25:05
Inscrit le jeudi 23 juillet 09 - 177 commentaires
whatcd le successeur
Avatar de troy1 INpactien
troy1 Le vendredi 2 avril 2010 à 19:41:37
Inscrit le samedi 8 juillet 06 - 5848 commentaires

Un proc. défendant un intérêt privé ne trahit-il pas sa mission ?... L'avocat ne devrait-il pas réclamer sa révocation ?... ( Dès lors, ce ne serait plus la "déception" qui règnerait dans le camp du major !!!...)



Avatar de troy1 INpactien
troy1 Le vendredi 2 avril 2010 à 19:43:14
Inscrit le samedi 8 juillet 06 - 5848 commentaires


( ajouter :) ... mais la trouille !...



;