S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Edito : commentons les commentaires, nouveauté du PIF, etc.

Et bonnes fêtes !

(Marc Rees)

Laissez tomber (Hadopi)

« Laissez tomber, vous voulez bien ? » nous avait ordonné Frédéric Mitterrand, quand nous voulions l’interroger sur Hadopi. Ben non.

L’interview
de Francis Ford Coppola par une journaliste du monde résume en quelques mots simples cette évidence qu’aura zappé le bulldozer législatif d’hadopi 1 et 2 : « On ne peut pas combattre le piratage. Les majors s’engouffrent dans la 3D, mais c’est illusoire. Pirater c’est mal, bien sûr. Mais condamner des gamins parce qu’ils s’échangent des fichiers de films est une aberration. Ce n’est pas du piratage! Vous n’allez pas les forcer à payer 20 dollars un DVD ! C’est complètement idiot… »

frederic mitterrand hadopi

On ne cesse de le répéter : la menace contre les (futurs) consommateurs est une hérésie sauf à vouloir générer une guerre des blocs entre des mondes autrefois réunis. Nous l’avions dit lors de la présentation du livre La Bataille Hadopi : « Il est complètement idiot » de penser que des hordes de consommateurs vont, après les menaces d’Hadopi, se ruer sur la VoD payante, le téléchargement payant, les rayons de la FNAC du coin (profitez, il reste encore des CD-Audio). Quand on menace, seul le pion est heureux d’obéir. Un VRP qui viendrait vous forcer la main pour acheter un aspirateur, la seule réaction légitime est de lui mettre un vent.

Connectez vous sur TheInternets

Un nouveau site est arrivé voilà quelques jours dans le PIF (paysage internet français). C’est TheInternets.fr. Une référence au Bushishme absolue (I hear there's rumors on the, uh, Internets) mais qui veut aussi, par la marque du pluriel, appréhender le web dans toute sa diversité (droit, cultures, humour, etc.). Les fidèles d’Hadopi, ceux qui ont suivi l’ACTA ou la LOPPSI apprendront que derrière ce site, blogue Astrid Girardeau. L’intéressée, journaliste à Libération et à Ecrans.fr, fait partie de ceux qui exècrent le copier-coller, la news bâclée, le tout-à-l’égo. Je vous invite donc hautement à suivre ce site, à qui je souhaite un camion de bonnes choses (le site est en pause quelques jours, fin d’année oblige).

theinternets


La LOPPSI, le blocage débloque

Ces prochaines semaines les débats sur la LOPPSI 2 vont être lancés à l’Assemblée nationale et au Sénat. Un agenda qui a un retard long comme le bras alors que la lutte contre la pédophilie – un des objectifs de ce texte – est une cause un peu plus prioritaire sur l’échelle des valeurs sociales que la lutter contre le MP3 frelaté. Passons.

En pratique, le texte va se heurter à des difficultés quelque peu sévères en initiant une nouvelle fois le blocage des sites. Or, cette question pose des problèmes d’équilibre entre les droits et libertés fondamentaux. Cela tient aux risques de surblocage que génère toute entrave aux réseaux. Dignité de la personne humaine vs liberté d’information et de communication de sites innocents (comme Youtube.com, c’est arrivé), comment arbitrer ? Blocage ne signifie nullement disparition et il est fort à parier, à l’instar du site révisionniste AAArgh, qu’un site bloqué se démultipliera à la moindre entrave. Pas question évidemment de baisser les bras. Les intermédiaires techniques estiment qu’il est nettement plus efficace de s’attaquer à la racine en contactant directement l’hébergeur plutôt qu’en jouant avec les leviers du blocage, maigre pitance aux effets digestifs inconnus. Dans tous les cas, l’encadrement de ces procédures se posera encore et toujours (qui pourra ordonner le blocage ? quelle garantie pour si site bloqué à tort, ect. ?). La réponse dans quelques semaines.

Puisqu'on parle d'encadrement, laissons la parole à Vincent...



(Vincent Hermann)

« Vincent, Vincent ! Comment ça fonctionne les commentaires sur PC INpact ? »

Pour nous avoir suivis depuis des années, beaucoup d’entre vous savent que la modération des commentaires est un sujet piquant, mais intéressant. Mais piquant.

PC INpact est un lieu d’échanges. Les commentaires sont nombreux, les débats souvent intenses, les avis sont légion et les prises de bec tout autant. Il existe une infinité de manières (ou presque) de mal écrire un commentaire, alors faisons un petit tour d’horizon.

LIDD

Que peut-on dire dans un commentaire sur PC INpact ? Beaucoup de choses, en fait à peu près tout et n’importe quoi. Écrire un commentaire n’est pas une course d’obstacles dans laquelle les éléments à éviter sont si nombreux que l’activité en devient épuisante. Il y a quand même une série de petites choses qu’il vaut mieux éviter, dont trois plus que toutes les autres.

La première est la plus évidente : l’agression d’une autre personne. Si vous commencez à rabaisser une autre personne, à vous montrer hautain ou encore condescendant, gros yeux assurés ! Si l’insulte franchit la pulpe de vos doigts, un nom d’oiseau, une vulgarité quelconque ou n’importe quoi que l’on trouverait déplacé, le premier « admin » qui va passer par là devrait remettre les choses à leur place.

Pour ce genre de cas, c’est la suppression du commentaire qui intervient le plus souvent, avec un message de rappel à l’ordre, écrit dans la police rouge-gras-qui-fait-peur. En fonction du degré de stupidité de votre harangue, vous serez peut-être bloqué sur la news, voire sur toutes les news pendant plusieurs heures/jours/semaines/mois/années. Oui, années. Ceux qui ont pris un malin plaisir à essayer de nous faire perdre notre temps ont leurs comptes bloqués ad vitam aeternam. Les comptes ne sont pas supprimés. Vous pensez bien, ce serait un rien trop simple de réutiliser toujours le même pseudo et la même adresse…

ciseaux

Le hors-sujet est une autre bonne raison de se faire sucrer un commentaire. Une news est bâtie autour d’un sujet précis. Si elle traite de Windows 9 et que vous racontez l’extraordinaire aventure du changement du flexible de votre gazinière, votre commentaire va probablement appeler dans une zone que nous appelons le Triangle des Bermudes : le commentaire va certainement disparaître, et vous ne le reverrez jamais. Petit détail amusant : le commentaire ne disparaît qu’à vos yeux. Mais toutes les jolies créations qui ont disparu depuis toutes ces années, nous y avons toujours accès.

Reste le troll. Qu’est-ce qu’un troll ? Facile : prenez une news Hadopi/Microsoft/Mac ou que sais-je encore, laisser mijoter cinq minutes, allez lire les réactions. Le troll, c’est ma grande passion. C’est comme un sport, avec des séances d’entraînement régulières auxquelles on n’a parfois pas envie d’aller. Vous trouverez souvent des descriptions différentes de ce que sont les trolls, mais dans ma tête c’est : un avis très tranché, servi chaud, et sans aucun argumentaire. « Windaube c’est pourri » -> troll.

Peu importe que vous ayez l’impression d’énoncer une vérité logique et universelle au point qu’elle semble lapalissade. Si vous critiquez un produit, il faut argumenter et expliquer pourquoi. Plus l’avis est négatif/violent/agressif, plus l’argumentaire doit être solide. Bien que ce soit également le cas pour une critique positive, la face obscure demande de fournir plus d’explications. Pourquoi ? Parce que les gens qui se rendent sur une news apprécient le plus souvent ce sujet. Dans le cas d’un logiciel, il peut venir voir les commentaires d’un produit qu’il affectionne. Il peut y trouver des informations intéressantes, tout comme sur un bonhomme s’ennuyant profondément dans la vie et venant prendre son pied à prendre tout le monde à rebrousse-poil. Ils ne sont pas rares, et ont ceci de commun qu’ils sont affreusement prévisibles.

Insultes, hors sujet, trolls : ce sont les trois raisons qui amènent une modération plus ou moins sèche. Mais on en trouve d’autres : des liens vers des sites sans rapport avec l’actu, tous ces chemins qui mènent au point Godwin, le flood (l’art de poster un max de commentaires en peu de temps), la publicité pour son propre site, etc.

Mais il y a le facteur humain, c’est-à-dire nous. Oui, nous, l’équipe de PC INpact. Nous ne sommes pas toujours en mode Bisounours, pas forcément en forme, nous n’avons pas toujours le temps de faire dans la dentelle. Non, pardon, en fait nous ne l’avons jamais. Le temps que l’on passe à lire et modérer les commentaires, c’est du temps qui n’est pas consacré aux actualités. C’est une question de respect pour notre travail : plus vous trollez ou racontez n’importe quoi, plus vous nous faites perdre notre temps. Et moins on a le temps pour des news, et plus la modération des commentaires devient expéditive.

On m’a fait la remarque récemment : « Pourquoi tu supprimes mon commentaire, ce n’était pas un troll ! C’était de l’humour ».

J’entends souvent cette réponse, parfois réellement de bonne foi (c’était le cas d’ailleurs du lecteur de jeudi matin qui se reconnaîtra). Mais ça ne change rien : un troll, quel que soit la motivation qui a poussé à le créer, est condamné. Un trait d’humour ? Ah mais je m’en fous, même chose : ils ont tous le même pouvoir de faire dériver complètement les commentaires du sujet. Avec un seul troll, on peut en arriver à supprimer des dizaines de commentaires. Mon record ? Environ 300, sur une même actualité, parce qu’un troll avait pourri le sujet dès la base. S’en était suivie une longue suite de réactions drôles… mais complètement hors-sujet.

Dans ce traitement de masse, on passe très logiquement à un point important : dans ce genre de cas, nous faisons facilement des erreurs. Il nous arrive de supprimer involontairement des commentaires qui auraient pu rester vivants. Nous nous excusons donc pour les dommages collatéraux. La modération est une activité ingrate : pas assez pour les uns, trop pour les autres. Dans la même journée, je peux me faire traiter de dictateur comme de laxiste.

PC INpact est un lieu d’échanges, où chacun est libre de donner son opinion, avec des arguments. En dehors de rares cas (peu rencontrés heureusement), c’est toujours la forme qui est modérée, pas le fond. Mais dans l’idéal, il faudrait considérer l’espace des commentaires comme une pièce où tout un tas de personnes est présent. 99 % de ce que certains osent dire ne leur viendrait même pas à l’esprit si l’interlocuteur était face à face. La présence d’un écran et l’impression de sécurité qui va avec provoquent régulièrement de grands élans de lâcheté. Le chemin de moindre résistance n’est pas souvent le bon.

En définitive, les règles qui s’appliquent chez nous sont les mêmes que l’on retrouve dans bien des lieux, virtuels ou non. Le civisme, le respect et la politesse sont de mise, et pas des options. Respectez les autres, respectez-nous, et respectez-vous : vous ne serez jamais modéré.
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 26/12/2009 à 12:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 445 commentaires

Avatar de astiritsa INpactien
astiritsa Le samedi 26 décembre 2009 à 12:09:34
Inscrit le mardi 19 août 08 - 254 commentaires
Avatar de Tyranai INpactien
Tyranai Le samedi 26 décembre 2009 à 12:10:02
Inscrit le samedi 17 mai 08 - 898 commentaires
Avatar de lekillerderpg INpactien
lekillerderpg Le samedi 26 décembre 2009 à 12:11:03
Inscrit le jeudi 28 avril 05 - 944 commentaires
Windaube c’est pourri





je ne fais que citer un passage de la news
Avatar de abitbool INpactien
abitbool Le samedi 26 décembre 2009 à 12:12:37
Inscrit le vendredi 17 juillet 09 - 1607 commentaires
Il avait été question de peut-être nommer des modos de news avant non ?
Avatar de DarKCallistO INpactien
DarKCallistO Le samedi 26 décembre 2009 à 12:13:49
Inscrit le mardi 11 décembre 07 - 14206 commentaires
Et moins on a le temps pour des news, et plus la modération des commentaires devient expéditive.


Viteuuuuh,déballe ton cadeau,c'est exactement fait pour ça.

Il y a 445 commentaires

;