S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

États-Unis : la justice surveillera Microsoft jusqu'en mai 2011

Nouvelle stratégie ?

justiceRécemment, une étape importante a été franchie par Microsoft vis-à-vis de la justice américaine. La firme était opposée au DOJ (Department of Justice) américain depuis des années. Ce qui avait débuté sous l’administration Clinton prend fin en ce moment, l’administration Obama jugeant que la fameuse publication des protocoles qui avait été demandée est maintenant terminée. Mais est-ce que tout est réellement terminé ?

Plier, mais ne pas casser

Microsoft change, c’est maintenant un fait. Peu importe (ou presque) la qualité de ses produits ou sa stratégie technique, la direction de la firme s’est adaptée à un nouveau contexte, ou est en train de s’y pencher sérieusement. Dans un remake moderne du chêne et du roseau, la société préfère désormais plier pour ne pas rompre.

Pour preuve, les concessions consenties sans trop de difficultés au cours des dernières années. En 2007, le procès antitrust était toujours actif aux États-Unis et un juge, en novembre de cette fameuse année, a ordonné qu’une surveillance resserrée de deux ans soit imposée. Windows en particulier était observé et un jury devait examiner le processus de création pour vérifier que la firme n’utilisait pas son système pour imposer d’autres produits. Il y a environ un mois, Microsoft et les états impliqués dans la surveillance se sont mis d’accord pour étendre encore la période d’observation de 18 mois, portant la fin de celle-ci à mai 2011. Pourquoi ?

Google, nouvelle cible ?

Peut-être bien parce que le paysage autour de la firme est en train de changer profondément. Non seulement l’administration Obama possède désormais sa propre liste de procès antitrust potentiels et de firmes à surveiller, mais un autre acteur draine actuellement les attentions : Google. Le tentaculaire Google qui investit dans bien des branches, grandit et s’insère si profondément dans les habitudes qu’il devient ainsi aux moteurs de recherche ce que Frigo et Kleenex sont devenus aux réfrigérateurs et aux mouchoirs en papier : une marque désignant à elle seule toute une catégorie de produits.

Google sait s’entourer d’éléments de protection : des interfaces simples, voire simplistes, des technologies souvent basées sur l’open source, la réactivité, les performances, l’ambiance de travail dans ses bureaux, son image jeune, ses Summers of Code, et une extraordinaire prolifération de services qui se concentrent petit à petit. On obtient un véritable maillage de possibilités, l’éditeur testant de nouvelles possibilités et laissant les utilisateurs s’occuper du bêta test. Le temps fait décanter l’ensemble, et il ne reste plus qu’à supprimer l’inutile et à améliorer ce qui provoque l’enthousiasme.

Mais rien de tout cela ne peut empêcher Google de laisser entrevoir sa fortune et son économie aussi florissante qu’insolente. Sa capitalisation boursière, sixième après Exxon, Microsoft, Wal-Mart, Apple et JP Morgan, est aujourd’hui d’environ 188 milliards de dollars, soit environ 590 dollars par action. Deux domaines sont bien sûr devenus ses terrains de prédilection : la recherche sur Internet et la publicité en ligne.

Une meilleure coordination entre l'Europe et les États-Unis

Au mois de mai, la nouvelle directrice du DOJ, Christine Varney, avait fait un discours fort. Elle avait en effet rappelé que la promesse d’un marché qui se régulerait de lui-même n’avait jamais été tenue et que plusieurs marchés étaient maintenant distordus. La réponse du gouvernement devait donc s’adapter aux nouvelles conditions du marché, et la mise en application des lois antitrust se devait d’être « vigoureuse ».

Tout ceci fait partie des évènements qui modifient le paysage et l’administration Obama se demande peut-être depuis un certain temps comment attaquer Google. Certains pensent que le DOJ ne pourrait pas réussir, et c’est le cas de Doug Hanchard de chez ZDnet. D’autres, comme Joe Wilcoxw de Betanews, estiment qu’une attitude agressive du DOJ pourrait fonctionner, notamment sur l’aspect part de marché. De la même manière que Microsoft a été attaqué pour avoir intégré Internet Explorer à Windows, Google pourrait être dérangé sur l’ensemble des produits qui installent un composant de la maison, comme sa barre de recherche, Google Earth, ou même l’utilisation par défaut du moteur de recherche.

Enfin, n’oublions pas que la justice américaine a affirmé que des efforts seraient faits pour une meilleure synchronisation entre les États-Unis et l’Europe sur les questions de monopoles. Un sujet sur lequel Microsoft courbe l’échine, mais où Google n’a jamais encore été attaqué.
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 14/12/2009 à 17:36

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 9 commentaires

Avatar de Psycho10 INpactien
Psycho10 Le lundi 14 décembre 2009 à 18:52:45
Inscrit le mercredi 19 juillet 06 - 8283 commentaires
Arreter de surveiller un monopole, pour surveiller un autre monopole

Good Job
Avatar de seblutfr INpactien
seblutfr Le lundi 14 décembre 2009 à 19:11:01
Inscrit le lundi 3 octobre 05 - 3719 commentaires
OK, en fait le sujet, c'est non seulement le prolongement de la surveillance de MS, mais aussi et surtout Google qui commence à inquiéter.
Avatar de Amethyste INpactien
Amethyste Le lundi 14 décembre 2009 à 19:11:54
Inscrit le mardi 20 novembre 07 - 4191 commentaires
La surveillance, c'est comme l'expert pour iphone... ca sert à rien
Avatar de Ehtnirybal INpactien
Ehtnirybal Le lundi 14 décembre 2009 à 19:20:27
Inscrit le jeudi 9 octobre 08 - 3898 commentaires
États-Unis : la justice surveillera Microsoft jusqu'en mai 2011


Mais qui surveillera la Justice ?
Avatar de Tux88 INpactien
Tux88 Le lundi 14 décembre 2009 à 20:04:15
Inscrit le vendredi 10 octobre 08 - 175 commentaires
Les consommateurs....

Il y a 9 commentaires

;