S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Edito : bilan du Premium, la racaille anti-Hadopiste et 2012

On va tous mouriiiiiir !

Quel est donc le premier bilan de l'offre Premium après une semaine pleine ? Plutôt bon, il faut bien l'avouer. Vous avez été plus de 850 à vous abonner, et l'arrivée de Paypal la semaine prochaine (dès lundi soir si tout va bien) devrait permettre de dépasser les 1000 abonnés. Les temps ne sont pas faciles pour tout le monde, et nous avons vu dans les commentaires que certains n'avaient d'autres choix que de reporter leur abonnement de quelques semaines ou mois. Dans tous les cas de figure, nous vous remercions pour votre sincère fidélité.

Pourquoi l'abonnement Premium par Teuf

L'abonnement Premium de PC INpact suscite beaucoup de questions sur le Web. Non, nous ne demandons pas l'aumône. Pour ceux qui n'ont pas la chance (et le courage) de suivre toutes les actualités et tous les commentaires, une explication est nécessaire.

La version Premium de PC INpact a été réclamée depuis des années par des lecteurs dans les commentaires, dans le forum et lors des rencontres INpactiennes ; ils souhaitent compenser financièrement l'utilisation d'un bloqueur de publicités. Des lecteurs fidèles à la communauté, mais totalement allergiques à la publicité. 

Réfractaire depuis toujours à une version payante de PCi, j'ai réussi finalement à m'en convaincre : ce sont les lecteurs qui le demandent, et nous conserverons une version gratuite sans restriction de contenu. Prévue initialement lors du lancement de la nouvelle version de  PC INpact (en 2012, 2011 voire 2010), nous avons décidé de nous lancer sur ce terrain inconnu avant l'heure. En effet, nous avons vécu une nouvelle fois une période très difficile.

Les abonnements aideront donc PC INpact à éponger ses dettes. Notez que la restructuration de l'équipe nous permet d'être à l'équilibre financièrement sans qu'il y ait une version payante. Notez encore que les entreprises de presse peuvent depuis peu recevoir des dons, mais en aucun cas nous ne voulions d'un versement sans contrepartie.

Dans les mois à venir, les INpactiens Premium disposeront de plus en plus d'options. D'ailleurs, une réunion d'équipe aura lieu le 12 décembre sur le nouveau PC INpact dans laquelle nous aborderons notamment ce sujet : Que donner en retour à ces nombreux soutiens.

T-Shirt PC INpact ancienne collection : y'en aura pas pour tout le monde

PC INpact PremiumJe ne peux encore donner tous les détails sur les différents abonnements et les sommes cumulées, mais sachez que pour quelques jours à peine, c'est encourageant, tout du moins si cela continue. Sachez juste que notre "meilleur" donateur, via l'abonnement de soutien, qui permet de payer n'importe quelle somme pour deux ans, est monté à 300 euros. Bravo à lui, ainsi qu'à ceux qui ont donné 100, 150 et même jusqu'à 200 euros pour certains !

Du côté des t-shirts, il n'en reste quasiment plus concernant l'ancienne collection de PCI. Hier, subsistait encore une dizaine de tee-shirts PC INpact Noir de taille M, ainsi que quelques gris. Du côté des tshirts INpact-Virtuel, le stock est un peu plus important. Une centaine environ. En somme, d'ici quelques jours, peut-être même avant demain, il ne restera plus aucun t-shirts PC INpact ancienne version. Il faudra donc attendre la nouvelle collection, qui devrait arriver dans nos locaux début décembre au plus tôt. Sachant qu'il faudra les vérifier, les plier, et les mettre sous enveloppe, cela prendra du temps. Il ne faudra donc pas vous attendre à les recevoir avant fin décembre, voire début janvier, La Poste étant au surplus surchargée à cette époque de l'année, ne l'oublions pas.

Quoi qu'il en soit, les premiers abonnés seront ravis de savoir que notre Titia nationale a plié et mis sous enveloppe 116 t-shirts jeudi dernier. Avec de la chance, certains d'entre vous ont même déjà reçu leur sésame... Vous pouvez en tout cas la remercier pour cet énorme travail, d'autant que plus de 200 d'entre vous ont opté pour la nouvelle collection. Vous imaginez la masse de travail qui l'attend le mois prochain.

Enfin, toute l'équipe de PC INpact tient à remercier 01 Net, Univers Freebox, Freenews, Info Mods, Clubic et tous ceux qui ont parlé du lancement de notre offre Premium.

Qu'ils crèvent ces charognards de journalistes

Passons au coup de gueule de la semaine (oui vous l'attendiez hein ?), qui, comme par hasard, a un lien avec le paragraphe ci-dessus. En effet, parmi les commentaires, l'un d'entre eux a particulièrement retenu mon attention. Publié sur 01 Net, ce commentaire vaut son pesant d'or :

La racaille anti-hadopiste, et prosélyte du tout gratuit, va devoir passer à la caisse pour continuer à se faire caresser dans le sens du poil. On vit dans un monde formidable ! Comme le disent si souvent les commentaires de ce site : "qu'ils crèvent ces charognards de journalistes qui ne veulent pas s'adapter aux nouvelles formes de partage gratuit."
 
Remercions "Single Version", auteur de ce magnifique commentaire. Marc y a déjà répondu et je ne vais d'ailleurs pas revenir ici sur ce commentaire particulier, il n'a d'intérêt que pour son contenu général, qui est malheureusement loin d'être unique. J'ai ainsi reçu il y a quelques mois, en plein cœur des débats Hadopi, un courriel d'insultes d'une dame (d'une maison de disque ?) qui, comme Single Version, faisait l'immense erreur de croire qu'être contre Hadopi, c'est être automatiquement pour le téléchargement illégal et gratuit.

Si certains anti-Hadopistes sont dans cette mouvance, ce n'est pas le cas de tout le monde. Il est tout à fait possible d'être contre Hadopi, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la musique et le téléchargement d'ailleurs, mais plutôt de droit et de technique. Et si l'on est quasiment tous d'accord pour dire que l'ancien système est désuet, et qu'un nouveau système doit voir le jour (la licence globale/contribution créative ? le mécénat global ? autre chose ?), peu d'Internautes veulent la mort des artistes...

Ce qu'implique ce débat est de savoir si les maisons d'édition sont encore indispensables. Si elles disparaissaient, les artistes disparaitront-ils automatiquement ? La culture (ou tout du moins sa diffusion) s'effondrerait-elle d'un seul coup ? Comment révéler de nouveaux artistes et produire/éditer (plus ou moins chèrement) un livre, un album ou un film, sans maison d'édition ? Si l'on pouvait répondre à ces questions d'une manière simple et manichéenne (oui ou non), il faudrait alors aviser. Peu importe les réponses d'ailleurs... 

Bref, et j'en parlerai dans un prochain édito, vous avez remarqué que les représentants des majors parlent toujours du nombre de ventes et du chiffre d'affaires, mais rarement des bénéfices ? Il s'agit pourtant d'un point important. Non ?

La question philosophique du jour : vous dites Windows Seven ou Windows Sept ? Sur PCI, c'est la guerre entre Vincent (Sept) et moi (Seven)... On s'amuse comme on peut hein...

La statistique de la semaine : les utilisateurs d'Internet Explorer sur PC INpact sont vraiment minoritaires. IE 8 pointe ainsi à 11,7 % des visiteurs, contre 6 % pour IE 7 et 4,6 % pour IE 6, soit un total de 22,3 % pour IE. Bien loin des 61 % d'utilisateurs de Firefox (dont 48,8 % sous Fx 3.5 et 10,2 % pour Fx 3.0). Firefox 2.0 appartiendra quant à lui bientôt au passé (1,9 % des visiteurs).

La critique de 2012 par Vincent 

Que trouve-ton souvent dans une vidéothèque de geek ? Des Star Wars, le Seigneur des Anneaux, Blade Runner, les Harry Potter (note de Nil : il est malade ce Vince) (note de Marc : je parie qu'il dit Harry "Potté" et non "Potteur"), Ghost in the Shell, Evangelion et éventuellement quelques films de Roland Emmerich. On ne regarde pas ces derniers pour la profondeur de l’histoire, mais pour tester les capacités de son installation Home Cinema. Avant-hier soir, pris d’une soudaine envie de voir l’humanité périr dans d’atroces souffrances sans éprouver le moindre regret, je suis donc allé voir 2012.

2012 Emmerich

Ah 2012 et ses bandes annonces montrant des gratte-ciel s’écrouler, la terre s’ouvrir, les eaux tout recouvrir et des volcans farceurs montrant le bout de leur nez un peu partout. L’avantage d’un Roland Emmerich, c’est qu’on peut y aller avec la pire des migraines parce que l’on n’est pas obligé de réfléchir. Alors, visuellement, est-ce que ça veut le coup ? Mais bien sûr !

Après Independance Day et le Jour d’Après, Emmerich est passé maître dans l’art subtil de détruire la planète. C’est quoi cette fois ? Alors on commence avec une idée déjà exploitée dans Prédictions avec l’extraordinairement expressif Nicolas Cage : des éruptions solaires beaucoup plus fortes que d’habitude. Sauf qu’ici, au lieu de vaporiser la couche d’ozone et de provoquer l’apparition dans les grandes surfaces de crèmes solaires d’indice 9,5 x 10^45, ce sont les neutrinos qui vont tout bouleverser.

Leçon incroyable de science apocalyptique, mais pas franchement crédible pour un sou, voilà que nos petites bêtes (les neutrinos, suivez bon sang, c’est vraiment complexe) vont bombarder la Terre et provoquer la fonte de tout ce qui se trouve sous la croûte terrestre. Et en parlant de croute, notre héros John Cusack (si si, c’est un héros) va donc se balader sur des plaques tectoniques prises d’une crise de bougeotte. Bon ok, la théorie existe, mais Emmerich accélère les choses, comme dans le Jour d’Après, histoire que l’un des protagonistes puisse placer la terrible sentence : « Mon Dieu, mais ça va beaucoup plus vite que prévu ». Stress, angoisse et prières.

Emmerich oblige, de la prière, vous allez en manger. Et quand ce n’est pas un petit message adressé à son Dieu (le père Roland met un point d’honneur à brasser les religions histoire de parvenir à ce sentiment d’universalité nécessaire… ou pas), ce sont des laïus destinés à nous faire comprendre la dimension spirituelle de l’aventure alors que dans le fond… on s’en fout. Mais on est là pour voir crever l’humanité nous !

Bon, pour une fois, ce n’est pas de sa faute. Pas de fable écolo, juste la terrible impression de fatalité. Mais on sait bien que certains vont survivre. Comment ? Oh et bien les gouvernements (Ciel ! Un noir dirige les États-Unis, et il est plein de bonté !) se sont mis d’accord pour construire des arches de Noé, littéralement. Puisque l’eau doit recouvrir à peu près tout, il faut de gros bateaux histoire de sauver quelques centaines de milliers d’humains triés sur le volet ou ayant acheté leur place. Un milliard d’euros la place, sic.

Les images sont-elles belles ? Oh oui ! C’est aussi beau à regarder que c’est stupide à écouter. Seulement voilà, on peut y voir San Francisco glisser dans la mer, des failles gigantesques s’ouvrir sur tout le globe, des raz-de-marée et des volcans s’occuper de ce qui reste. Mention spéciale au parc du Yellowstone qui réalise ici sa pire prédiction en réveillant le monstrueux super-volcan qui dort sous sa surface et qui va provoquer un joli hiver nucléaire.

Mais bon sang Roland, pourquoi es-tu donc aussi prévisible. Il est possible, au bout de dix minutes, de savoir qui va mourir et qui va survivre. On se retrouve encore avec les mêmes clichés absolus de familles américaines dissolues qui vont recoller les morceaux au travers d’une aventure mortelle qui ne fait bizarrement pas paniquer grand-monde et en expédiant au passage dans des rouages monstrueux un beau-père présenté facilement comme le vilain-parasite-qui-a-pris-la-place-du-héros.

Finalement, on perd moins de temps que d’habitude avec une psychologie douteuse des personnages, mais il reste encore un peu trop de blabla inutile. Mais quelle est la plus grande force de 2012 ? Contrairement à beaucoup de films catastrophes, les séquences d’effets spéciaux ne sont pas précédées d’un message subliminal type « attention, on va vous montrer quelque-chose ». Ils sont omniprésents, très nombreux et les scènes de destruction sont très très chouettes. Si si, sérieusement.

On regrettera simplement que la mécanique du film soit si bien huilée qu’elle en est prévisible à l’extrême dans tout ce qui ne touche pas à ces effets spéciaux. Il y a belle lurette que Roland Emmerich a perdu tout complexe et cette naïveté dans sa peinture de l’humanité (les survivants sont des héros qui le méritent, propulsés par un karma quasi-vertueux puisqu’ils se repentent) est finalement sa marque de fabrique.

Quelques questions demeurent cependant : pourquoi aller se poser sur Hawaï alors qu’il est évident qu’ils ne trouveront qu’un amas de volcans en mode 14 juillet ? Pourquoi construire des arches en plein Himalaya pour se rendre compte ensuite qu’on risque de percuter les montagnes ? Pourquoi le grand rift africain ne bouge-t-il pas ?

Allez on s’en fout, c’est grandiose et ça ne nécessite pas de cerveau (Nil : fais pas comme si t'en avais un !).
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 14/11/2009 à 12:01

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 567 commentaires

Avatar de geekounet85 INpactien
geekounet85 Le samedi 14 novembre 2009 à 12:06:45
Inscrit le mercredi 9 juin 04 - 8092 commentaires
[quote:François Perusse IN pub Oasis]On va tous mûriiiir![/quote]maitrecapello.gif

Edité par geek85 le samedi 14 novembre 2009 à 12:08
Avatar de -Vlad- INpactien
-Vlad- Le samedi 14 novembre 2009 à 12:10:42
Inscrit le lundi 22 juin 09 - 2624 commentaires
Merci pour l'édito
Avatar de mathieuI INpactien
mathieuI Le samedi 14 novembre 2009 à 12:12:32
Inscrit le lundi 9 mars 09 - 845 commentaires
Merci pour l'édito

+1
Avatar de lol.2.dol INpactien
lol.2.dol Le samedi 14 novembre 2009 à 12:12:47
Inscrit le mercredi 27 décembre 06 - 2958 commentaires
La question philosophique du jour : vous dites Windows Seven ou Windows Sept ? Sur PCI, c'est la guerre entre Vincent (Sept) et moi (Seven)... On s'amuse comme on peut hein...

Ça mérite un sondage! Mais perso, je dis Seven!
Avatar de Tangeee INpactien
Tangeee Le samedi 14 novembre 2009 à 12:13:27
Inscrit le mercredi 29 octobre 08 - 224 commentaires

La question philosophique du jour : vous dites Windows Seven ou Windows Sept ? Sur PCI, c'est la guerre entre Vincent (Sept) et moi (Seven)... On s'amuse comme on peut hein...


Windows "sept", c'est un numéro de version, enfin je ne dit pas non plus Internet Explorer "eight", Firefox "tree.five" ou autres abérations du même genre

Sinon, bon edito !

Il y a 567 commentaires

;