S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Hadopi : Mitterrand veut développer rapidement l'offre légale

Oh, une bonne idée...

Alors que la Hadopi devrait se mettre en place d'ici peu, Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture, a tenté hier d'adopter une vision plus "utile" que "répressive". Le remplaçant de la formidable Christine Albanel a ainsi confié une mission à Patrick Zelnik (patron de Naïve) : améliorer l'offre légale de musiques et de films sur Internet, et accroître la rémunération des auteurs et des créateurs. Vaste programme. 

christine albanel riposte graduée hadopiPatrick Zelnik sera accompagné de Guillaume Cerutti – PDG de la maison de ventes aux enchères Sotheby's France, et ancien directeur général du Centre Georges Pompidou – mais aussi de Jacques Toubon (ancien ministre de la Culture dans les années 90), qui s'est notamment illustré récemment pour avoir lutté vaillamment contre le fameux amendement Bono.

Le ministre souhaite obtenir des propositions d'ici deux mois – début novembre – des propositions « brèves destinées à être traduites très rapidement en mesures concrètes ». On parle de mise en application avant la fin de l'année.

S'il s'agit d'une mission fort louable et très attendue, on peut néanmoins se demander pourquoi de telles propositions n'ont pas été réalisées et mises en place durant Hadopi, et même bien avant. Cela aurait tout simplement permis à l'industrie du disque de contenter la demande au bon moment, au lieu de réagir bien plus tard... ou trop tard.

« Ce sont des mesures d'accompagnement pour faire comprendre que l'objectif du gouvernement est à la fois de servir les internautes, de protéger les droits d'auteur et d'apporter une régulation dans un marché actuellement totalement anarchique » a résumé Frédéric Mitterrand.

Si nous en saurons plus en novembre prochain, Patrick Zelnik a déjà laissé filtrer certaines de ses idées. « Il y aura aussi des mesures réglementaires, il y aura aussi probablement des lois et il y aura des solutions qui seront apportées à chaque type de consommation et de diffusion. Ce sera assez sophistiqué et en même temps ces mesures pourront tenir sur deux pages. »

Ces mesures et ces lois forceront-elles les plateformes et/ou les maisons de disques à adopter un comportement différent ? Une qualité minimum, une tarification maximum, un partage des revenus, etc. ? Nous n'en savons rien. Il faudra donc s'armer de patience.

Zelnik a néanmoins précisé que la Commission européenne aura un rôle important afin d'aider à créer un environnement favorable aux PME culturelles.

Plus intéressant encore, le ministre de la Culture souhaite que la rémunération de la création soit améliorée. Il a ainsi parlé d'un « partage équitable de la valeur ». Au vu des différents contrats réalisés entre les auteurs et les maisons de disques, un partage équitable semble utopique.

« L'utopie n'est pas une alternative à l'Hadopi » a-t-il pourtant affirmé, certainement pour calmer certaines ardeurs. « La lutte contre le piratage des œuvres organisée par ces textes constitue une condition nécessaire, mais non suffisante, pour faire d'Internet un vecteur privilégié de la diffusion de contenus culturels » a-t-il insisté, afin de faire comprendre que le développement de l'offre légale est indispensable.

Pour Yves Riesel, le directeur de Qobuz, qui devrait devancer cette mission cet automne en lançant diverses offres, « la tâche est absolument gigantesque si l'on considère ce que nous vendons à nos clients en termes d'accompagnement et ce qu'ils recevaient lorsqu'ils achetaient encore il n'y a pas si longtemps un disque compact ». Il est vrai qu'entre un CD et un album sous forme de MP3, l'intérêt pour ce dernier est mince. Cela devrait néanmoins changer d'ici peu ont maintes fois promis les maisons de disques.

« Les responsabilités et les devoirs de cette situation sont partagés, et le pillage des œuvres n'a certes pas pu donner aux plateformes les moyens d'investir plus qu'elles ne l'ont fait. Pour augmenter de manière radicale l'attractivité de l'offre en ligne, il faudra faire des efforts et bousculer les routines » a ainsi déclaré le président de Qobuz dans une tribune sur son site. 
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 04/09/2009 à 10:40

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 273 commentaires

Avatar de Poroot INpactien
Poroot Le vendredi 4 septembre 2009 à 10:44:11
Inscrit le samedi 7 avril 07 - 1040 commentaires
l'objectif du gouvernement est à la fois de servir les internautes


t'es gentil Fredo mais on préfère se servir seuls comme des grands...
Avatar de renoo INpactien
renoo Le vendredi 4 septembre 2009 à 10:46:03
Inscrit le jeudi 20 octobre 05 - 781 commentaires
la gouverne-ment ... son objectif est le contrôle de nos vies.
Avatar de yeti62 INpactien
yeti62 Le vendredi 4 septembre 2009 à 10:47:19
Inscrit le mercredi 15 juillet 09 - 7438 commentaires
Euh...

ça aurait pas été plus logique de développer l'offre légale AVANT de chercher à taper sur ceux qui n'utilisaient pas cette offre inexistante et/ou irraisonnable?

Ou comment faire n'importe quoi alors qu'on est censé représenter le peuple...
Avatar de benco INpactien
benco Le vendredi 4 septembre 2009 à 10:47:19
Inscrit le lundi 18 août 03 - 3455 commentaires
Y a plus qu'a nationaliser la culture.

Le grand retour de la culture d'état.

Sérieusement, tout est question de marché d'offre et demande.
Force est de constater que quand la musique est vendu 1 euro à 1,5 euro le titre c'est de l'arnaque.

Concrètement il serait simple de vendre en volume à des grossistes ou des magasins en ligne un stock de titre qu'ils pourraient revendre... cela pourrait faire baisser les prix.

Il faut aussi arrêter avec les droits en pourcentage. Actuellement un auteur touche des droits longtemps trop longtemps.

Il faut par exemple garantir les droits d'un auteur sur 10 ans avec un pourcentage fort ensuite on coupe ou le droit devient un pourcentage minime...

Business is business... les titres musicaux ou certains films devraient pouvoir s'acheter moins de 5 centimes sur le Net...
Avatar de ®om INpactien
®om Le vendredi 4 septembre 2009 à 10:47:25
Inscrit le mercredi 19 février 03 - 2418 commentaires
Comme pour Hadopi, imaginé par Denis Olivennes, alors patron de la FNAC, ce programme sera dirigé par le monde des producteurs... et on connait déjà la fin : une taxation des FAI sans contre-partie pour les internautes.

Comme le dit numerama, c'est « comme si l'on avait demandé à Jérôme Kerviel de présider une commission sur le plafonnement des bonus pour les traders, ou à Michel Edouard-Leclerc de chapoter une mission sur la pression des centrales d'achat des grandes surfaces sur les marges des agriculteurs ».

Edité par ®om le vendredi 4 septembre 2009 à 10:49

Il y a 273 commentaires

;