S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Interview d'Eric Walter (UMP) sur les NTIC

Marc Rees le 04 mai 2007
Dans la tribune au Journal du Net, Nicolas Sarkozy souhaite faire doubler le nombre de télétravailleurs. Pourquoi ce « focus » sur ce mode de travail ? Que compte faire le candidat contre la fuite des cerveaux dans le domaine des nouvelles technologies ?

La France souffre d’un retard ancien en matière de télétravail, alors qu’il s’agit d’un mode de travail particulièrement intéressant à la fois en termes de qualité de vie et de vie des zones rurales. C’est extrêmement dommage. Nous serions à 7% de télétravailleurs contre une moyenne européenne de l’ordre de 13% allant jusqu’à 20% dans certains pays du nord de l’Europe. Nicolas Sarkozy a souhaité afficher sa volonté politique sur ce sujet à l’heure où tous les rapports indiquent que c’est le principal manque pour aller plus avant.

bureau

La question de la fuite des cerveaux est très vaste. Une grande partie des réformes proposées par Nicolas Sarkozy vise à y remédier, en particulier en valorisant les travaux des chercheurs. Réhabiliter le travail signifie aussi pour un chercheur être mieux rémunéré pour ses travaux, pouvoir évoluer dans un écosystème y étant favorable, pouvoir développer son invention.

A titre d’exemples, la création d’un statut d’autonomie pour les universités volontaires permettra de diversifier leurs ressources ainsi que, en particulier, de passer des contrats de partenariat avec d’autres établissements ou avec des acteurs de la vie économique locale. La création d’incubateurs d’entreprises dans les universités sera favorisée, et les universités seront alors considérées comme des zones franches.

Il faut également renforcer la création d’activité économique autour des établissements. C’est le principe des pôles de compétitivité, rassemblant autour de l’université, sur un même territoire, des établissements de formation, des laboratoires publics de recherche et des entreprises qui développent entre eux de fortes synergies. Ils sont une avancée majeure pour notre pays qui doit se poursuivre et se développer, en tirant parti des premières expériences pour améliorer le dispositif et en l’ouvrant davantage aux PME.

google blogger Sur la stratégie de communication, estimez-vous que l’explosion du web, des blogs, etc. a modifié profondément ce grand rendez-vous électoral ?


Profondément non. En revanche, il est clair qu’une nouvelle forme de débat politique est apparue et correspond à une attente. Il y a eu du bon et du moins bon, des excès et de très belles contributions, certaines anonymes, d’autres non. Internet, pour la première fois, a joué un rôle dans une campagne électorale française. Cela restera dans les annales politiques. Pour tous ceux qui, comme moi, ont la conviction qu’avec internet c’est une mutation sans précédent qui se dessine sous nos yeux, il y a, finalement, de quoi en être heureux. L’heure du bilan n’est pas encore venue.

Merci Eric Walter pour cette interview