S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Les jeux vidéo pourraient être bons pour la santé

Les jeux vidéo ont été accusés de tous les maux. On les soupçonne par exemple de provoquer des crises d'épilepsie photosensible chez certains sujets prédisposés. Des associations de défense telle Famille de France estiment que la violence qui se dégage de certains titres provoquerait des effets cataclysmiques dans la boite crânienne du joueur : au point de forcer celui-ci à manger son voisin (addiction pac man), découper son facteur (addiction half life), jouer au carte avec son plombier (addiction Freecell), etc. Et évoquons à peine le Hot Coffee Mod GTA : San Andreas.

D'un autre côté, les jeux pourraient avoir des vertus à ne pas négliger. Un temps, nous vous indiquions que la revue Nature notait les bons résultats des gamers à certains tests visuels et dans la gestion de l'espace (reconnaissance et mémoire de formes). Plus récemment, une société d'Assurance américaine a pris l'initiative (très intéressée) de recruter des enfants souffrant d'obésité, pour une étude visant à réduire les coûts que causent ces problèmes. Elle vise en particulier l'utilisation du jeu de Konami Dance Dance Revolution, pour encourager les pertes de poids dès le plus jeune âge.

Aujourd'hui, de nouvelles recherches apportent un peu plus de crédit au monde des gamers. C'est une étude anglaise très sérieuse qui le dit : jouer aux jeux vidéo peut être tout simplement bon pour la santé. Le jeu pourrait distraire, augmenter la dextérité et surtout soulager la douleur des patients. Ces effets bénéfiques ont été constatés chez des patients traités par chimiothérapie, un traitement lourd pour lutter contre le cancer. Cela fait baisser les cas de nausée, si souvent ressentie dans ces périodes très pénibles, et ces personnes réclament moins d'analgésiques. C'est le docteur Mark Griffiths de l'université de Nottingham, qui l'affirme. "le degré d'attention requis pour jouer peut faire oublier au joueur la sensation de douleur" estime-t-il.

Des bienfaits également constatés pour les patients victimes de brûlures, ou d'atrophies musculaires de blessures aux bras. Quant aux effets négatifs, soulevés par le Dr Griffiths, ils se concentrent sur des douleurs aux poignets, et des troubles de la perception. Mais il note qu'ils sont surtout temporaires et peuvent être liés à d'autres causes. On consultera l'étude de ce docteur sur cette page du British Medical Journal.

Source : Reuters
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 18/07/2005 à 10:50

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;