S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

NeoOffice 1.2 Alpha et GTK+ sous MacOS X

Suis le lapin blanc

Lorsqu’on parle d’OpenOffice, on retrouve toujours un souci lié à l’installation sur MacOS X, et qui peut rendre pénible, en tout cas moins évidente, l’utilisation de la suite. La suite bureautique utilise en effet le serveur graphique X, qui n’est pas un composant exploitant les capacités graphiques du système d’Apple, mais hérité du monde Unix.

L’équipe de développement d’OpenOffice.org avait annoncé qu’aucun portage vers Quartz, le moteur de rendu graphique de MacOS X, ne serait effectué, faute de temps. Du coup, la suite affichait un décalage avec l’interface Aqua en général. A l’époque, l’équipe d’OpenOffice avait justifié son choix par plusieurs arguments :

  • X11 sera toujours plus rapide pour le marché : il s'agit de permettre la disponibilité simultanée des versions pour toutes les plates-formes. Un portage vers une interface spécifique fait perdre du temps.
  • X11 sera toujours plus stable : il ne s'agit pas de dire que les ressources Mac sont instables mais que l'équipe d'OpenOffice n'a pas les moyens d'entretenir une équipe focalisée sur le portage vers Aqua. Quand bien même ce serait le cas, l'équipe disposerait de moins de ressources pour tester et valider ce portage.
  • X11 ressemblera toujours aux autres plates-formes : un paramètre important à prendre en compte pour ceux qui déploient OpenOffice en entreprise. Une interface unique pour toutes les plates-formes diminue le besoin de formation.
  • X11 est l'ultime outil de test : un langage unique pour l'interface signifie que les tests peuvent être effectués indépendamment de cette interface. Ainsi, l'équipe chargée de la version Mac peut tester la suite sans avoir la version Windows à côté pour comparer les réactions, et si un bug apparaît, il est facilement isolable de l'interface.

Cependant, une autre équipe travaillait déjà sur un projet nommé NeoOffice, qui nous arrive aujourd’hui dans sa version 1.2 Alpha. Focalisée sur l’intégration avec MacOS X, cette version remaniée (profondément) d’OpenOffice.org est en fait basée désormais sur la version 1.1.5 de cette dernière, et utilise les API Cocoa et Java 1.4 (en remplacement de la version moins stable 1.3).

Parmi les nouvelles fonctionnalités de cette version, on notera :

  • L’import des documents au format OpenDocument. NeoOffice ne peut pour l’instant lire que de tels documents, mais le reste est à venir.
  • Les API Java 1 .3 et Carbon qui servaient de fondations à la version précédente sont remplacées par les plus récentes et plus stables Java 1.4 et Cocoa. La nouvelle version est en conséquence plus performante.
  • Possibilité d’imprimer les images au format EPS (Encapsulated PostScript)

Si l’on fait le compte des différences avec OpenOffice.org, on trouvera certains apports qui ne peuvent être obtenus que lors d’un développement focalisé sur MacOS X, comme par exemple l’intégration avec le Finder et Mail, l’utilisation des polices du système ou encore le support du glisser/déposer depuis d’autres applications MacOS X.

NeoOffice 1.2 nécessite la version 10.3 de MacOS X (Panther), et les développeurs recommandent 256Mo de mémoire vive et environ 400Mo sur le disque dur. Pour télécharger cette suite bureautique, il vous faudra vous rendre sur cette page.

Dans un autre chapitre, mais pas si éloigné, voici une nouvelle qui risque de ravir les adeptes du logiciel libre qui aiment aussi l’univers Apple. La société Imendio AB a en effet annoncé le portage complet de l’environnement GTK+ vers MacOS X. Le résultat le plus direct est que toutes les applications conçues pour utiliser cet environnement, et dont la plus célèbre est The Gimp, n’auront plus besoin de l’installation du serveur X pour fonctionner.

Avec ce port natif de GTK+ vers la plate-forme Mac, on devrait voir un nombre beaucoup plus important de logiciels libre débarquer sous MacOS X. Ce portage facilitera également « l’empaquetage » des logiciels, à savoir la manière dont ils se présenteront à l’installation. Celle-ci sera plus propre, et le comportement global de l’application sera grandement amélioré.

Source : Mac Generation
Publiée le 25/11/2005 à 09:04

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;