S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

La vérification de l'âge trop légère pour des achats dangereux

Protéger les mineurs, malgré eux.

commerce internet L'authentification lors d'un achat en ligne, ou pour s'assurer qu'un mineur ne tente pas de consulter un site pornographique... toutes ces questions de sécurité interrogent sur le net, mais en Angleterre plusieurs organismes de soutien à l'enfance et sa protection s'en soucient plus particulièrement.

Ainsi, un projet de loi est actuellement en cours d'examen à la Chambre des Lords demandant que les détaillants ne puissent pas permettre l'achat par un mineur d'un jeu vidéo ou d'une oeuvre qui seraient interdits eu égard à son âge, ou plus encore qu'il ne puisse pas se procurer d'alcool ou d'armes.

Une évidence ? Sauf que pour 12 sites testés, les contrôles les plus élémentaires ne semblent pas effectués. Ainsi, avec la carte de crédit d'un adolescent de 16 ans, les agents du Greenwich Council sont parvenus à effectuer des transactions qui n'auraient pas dû avoir lieu.

La loi, Online Purchasing of Goods and Services (Age Verification) Bill, réclame dès lors des outils solides et fiables pour empêcher et interdire des achats contrevenants à la législation, aujourd'hui réalisables par des enfants. Et pas simplement une case à cocher pour assurer que l'on a pris connaissance des conditions d'utilisation ou que l'on a bien l'âge requis pour effectuer l'achat.

En effet, pour les sites qui proposent à la vente alcool, tabac, armes blanches, jeux vidéo, DVD, solvants et bombes de peinture, des mesures devront alors être prises. Des solutions que les détaillants se disent prêts à mettre en place, pourvu que l'on ne menace par leur activité de vente. Ainsi, le site Debenhams assure que de son côté, les couteaux ne peuvent pas être achetés par un mineur.

Autant de sollicitations et donc de danger, estime-t-on, auxquels les jeunes peuvent être soumis puis exposés dès lors qu'il leur devient possible de se procurer des éléments qui ne leur seraient pas vendus en boutique. La coalition à l'origine de cette loi compte notamment le National Children's Bureau and Action for Children, qui ajoute qu'un effort avait déjà été réalisé pour la vente de jeux vidéo.

Source : BBC
Publiée le 11/05/2009 à 12:32

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;