S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

France Télécom réplique aux médisances de Free et SFR

Bon, ça suffit les enfants maintenant...

Vivement attaquée, voire agressée à son goût, par SFR et Free, France Télécom (Orange) a tenu hier à répondre à ses concurrents. Manque d'innovation, abus de position dominante, etc. les arguments de Free et SFR n'ont pas manqué ces derniers mois.

orange« Je suis fier d'être dans une entreprise où les gens ont un vrai cerveau » a ainsi affirmé Louis-Pierre Wenes, directeur général adjoint de France Télécom, répondant ici à Maxime Lombardini d'Iliad (Free), qui avait il y a plus d'une semaine tenu des propos particulièrement durs envers France Télécom :

« Parler d'innovation quand on a copié le « triple play » et la Freebox avec deux ans de retard et en allant jusqu'à imiter son nom, c'est un comble ! (...) Ce sont les cerveaux qui produisent l'innovation, pas le carnet de chèques. France Télécom a une apparence, celle d'un opérateur innovant, et une réalité, celle d'un acteur dominant. (...) La réalité, c'est que France Télécom n'investit pas dans les contenus pour battre Canal+ dans la télévision payante. Il utilise la distribution des contenus à ses seuls abonnés pour éliminer ses concurrents dans les télécoms. »

Frank Esser, patron de SFR, n'avait d'ailleurs pas été plus aimable sur le sujet : « L'iPhone, c'est une innovation, mais elle ne provient pas de France Télécom mais d'Apple. Et avoir une exclusivité sur cinq ans d'un produit qui marche bien, c'est exclure les concurrents et les clients. Quant aux contenus, il me semble qu'acheter les droits du foot et du cinéma, c'est une innovation à l'origine du modèle Canal+. »

Fier de compter 3000 à 4000 chercheurs dans son entreprise, pour 500 brevets déposés chaque année et 900 millions d'euros d'investissement par an en Recherche & Développement, France Télécom a d'ailleurs souhaité répondre à Frank Esser, qui avait affirmé qu'il y avait un énorme problème de concurrence, Orange utilisant les deux milliards d'euros de marges réglementaires qu'il a retirés de la location de son réseau de cuivre (en 2007) pour investir dans la fibre optique.

FAI PDM 2008 Orange Free SFR Selon Orange, Frank Esser est dans l'erreur, puisqu'il a investi 3,2 milliards d'euros l'année dernière, dont 2 milliards en entretien du réseau, ainsi que seulement 121 millions dans son réseau en fibre optique (soit 20 000 clients raccordés), alors qu'initialement, Orange souhaitait investir 270 millions d'euros dans ce secteur.

« C'est une mascarade totale, qui dénote le peu de sérieux de cette personne », a ainsi déclaré France Télécom, visant donc ici Frank Esser. Globalement, pour l'opérateur historique, « les dirigeants [d'Iliad et SFR, NDLR] n'hésitent pas à travestir la réalité ».

Enfin, France Télécom n'a pas hésité à tacler ses concurrents au niveau du genou : Free « a besoin de quantité d'argent pour financer ses investissements (dans la téléphonie mobile et la fibre optique, NDLR). S'il n'augmente pas ses marges, il va avoir du mal à y faire face ». Et SFR « n'a plus la même rentabilité après ce rachat (de Neuf Cegetel, NDLR) ».

France Télécom a confirmé vouloir attaquer en diffamation les propos de Maxime Lombardini et Xavier Niel (qui avait traité Orange de « délinquant multirécidiviste » et affirmé que « la dernière grande innovation de France Télécom, c'est le Minitel »).
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 25/03/2009 à 09:48

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;