S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Cydia : bientôt un véritable AppStore illégal sur iPhone (Màj)

Faut bien gagner son pain

Màj : Cydia Store est officiellement ouvert. On n'y trouve pour le moment qu'une seule application, développée par Jay Freeman lui-même : Cyntact, qui permet pour 1 dollar d'afficher les photos dans la liste générale des contacts.

cydia cydia cydia cydia



Ceux qui possèdent un iPhone connaissent sans doute déjà Cydia. Il s’agit d’un installeur parallèle à l’AppStore qui permet d’ajouter différentes sources pour installer des applications. On y trouve de tout, en particulier des applications qu’Apple refuserait sur son AppStore. Cydia existe d’ailleurs pour dépasser les limites imposées, et son créateur s’apprête à lui dégager de nouveaux horizons avec la possibilité d’y vendre des logiciels.

Le DMCA (Digital Millennium Copyright Act) rend illégales les modifications effectuées sur l’iPhone, en particulier pour une application comme Cydia qui ouvre la porte à des changements profonds sur l’appareil. On y trouve facilement des clients de VoIP ou encore des logiciels permettant de réaliser des vidéos depuis la caméra, deux types de produits strictement interdits par Apple. On peut en outre changer tous les éléments de l’interface du téléphone :

iphone cydia iphone cydia 

Jay Freeman, créateur de Cydia, indique maintenant que la possibilité de définir un prix pour une application aidera les développeurs. Certains ont en effet créé des produits assez impressionnants, mais puisque l’on touche ici à un domaine très spécial, l’idée du créateur ne sera pas sans poser diverses questions, et plus particulièrement deux :
  1. L’idée est-elle viable commercialement ?
  2. Faut-il payer pour du contenu pirate ?
La viabilité dépendra de l’envie des utilisateurs qui considèrent justement que l’un des attraits principaux de ce type de plateforme parallèle est justement la gratuité. Voudront-ils payer pour des applications, même très intéressantes ? Surtout que l’on tombe ensuite dans la seconde question : on ne peut jamais être certain de ce que va faire Apple pour contrer les modifications de type « JailBreak », alors faut-il investir dans un produit à l’avenir incertain ?

Freeman, selon le Wall Street Journal, pense demander aux développeurs une contribution à hauteur de 30 % des revenus générés par les ventes. Il s’agit ni plus ni moins que de la proportion demandée par Apple. Certains trouveront que la demande est exagérée, tandis que d’autres répliqueront qu’il n’existe de toute manière pas vraiment d’alternative sur l’AppStore officiel pour les développeurs. 
Publiée le 09/03/2009 à 11:05

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;