S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : L'abonnement à Next INpact dès 17 € par an : il vous reste moins de 24h

Les cadeaux de Noël revendus pour doper le pouvoir d'achat

eBay pour les autres

père noel Revendre ses cadeaux n'est même plus choquant et l'on se demande comment on faisait avant qu'eBay n'existe... Peut-être savait-on en ce temps apprécier plus l'intention que l'objet offert ? Ah, triste monde mercantile... Toujours est-il que TNS Sofres a mené, pour la quatrième année consécutive, une étude portant sur les comportements des internautes, concernant les cadeaux qu'ils recevront le 25 au matin et sûrement pas le 24 au soir, bande de païens !

Si leurs intentions n'ont pas changé - ils vendront bien ce dont ils ne veulent pas - deux points font la différence sur les années passées : d'abord, la situation économique incite « à revendre les cadeaux inutiles », mais d'autre part, les bénéfices de ces ventes serviront à « financer prioritairement leurs dépenses courantes ». Plus question donc de s'offrir des babioles, la crise est là : on va dépenser en bonne intelligence !

Plus de tabous, donc, puisque 71 % des sondés n'ont aucun scrupule à revendre les présents indésirables, alors qu'ils n'étaient que 66 % d'impudents l'an passé. Mieux, c'est sans pudeur qu'un tiers des internautes passeront à l'acte et bien sûr, eBay reste leur outil préféré pour ce faire. Et comme la corruption de la société gangrène toutes ses couches, les séniors représentent 22 % des intentionnistes, les femmes 46 % et les PCS 38 %...

Pouvoir d'achat en eBayrne (ation ?)

Mais signe des temps oblige, 46 % des internautes se serviront donc des recettes réalisées pour subvenir à leurs besoins. En effet, 16 % des sondés estiment que la crise les pousse à ne pas profiter de leurs gains pour des batifolages ou des cadeaux, mais étant donné le contexte économique, à payer ce que leur pouvoir d'achat ne peut pas prendre en charge.

Et qui pis est, 21 % d'entre eux compenseront même les dépenses de Noël par les sommes acquises grâce à ces enchères. Cette année, on n'investira donc pas pour se faire plaisir, mais bien pour compenser la crise. D'ailleurs, l'étude précise qu'avant ou après Noël, les cadeaux, objets inutiles ou qui ne plaisent pas filent sur des sites de vente pour doper le pouvoir d'achat...

Une vocation humanitaire ?

Selon une autre étude, menée cette fois pour le compte de Price Minister, le cadeau parfait n'existe que pour 37 % des cas et ainsi, 99 % de ceux qui ont revendu une fois leurs cadeaux indésirables n'hésiteront pas à le refaire. Cela dit, les clients de ce site semblent plus portés vers l'humanitaire puisque pour 76 %, l'idée de revendre leurs cadeaux de Noël au profit d'une ONG serait intéressante. Et pour aller plus loin, si 68 % des sondés sont choqués par l'idée de revendre les présents, ils seraient prêts à revoir leur avis si justement cela part pour une organisation humanitaire.


Publiée le 24/12/2008 à 10:43

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;