S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Fibre : France Télécom confirme son retard et en appelle à l'État

Et cherche la providence...

La fibre optique et ses difficultés provoquent bien des débats en France. Entre le retard d'un an d'Orange, à nouveau confirmé ce matin par le PDG de France Télécom, le déploiement rapide de la fibre (FTTLA) de Numéricable, le récent partenariat entre Darty et Numericable, l'autre récent partenariat entre Orange et SFR, le retard de la fibre française imputé à Free selon Vivendi... c'est un véritable feuilleton que nous vivons ces derniers mois.

Un "maquis réglementaire"

Selon Didier Lombard, le PDG de France Télécom, interrogé par La Tribune, ce retard aurait pour principale cause le « flou réglementaire » entourant le déploiement de la fibre optique en France, empêchant tout investissement massif. Pour rappel, Orange comptait raccorder un million de foyers d'ici la fin de l'année, sachant que raccorder et abonner sont bien deux termes différents, le premier n'étant qu'un potentiel d'abonnés.

« Nous attendons [de l'État] qu'il clarifie le cadre réglementaire. (...) Nous en avons besoin pour pouvoir engager des sommes importantes dans ce déploiement. (...) Il y a un tel maquis réglementaire du fait de toutes les autorités qui interviennent, qu'il ne faut pas avoir froid aux yeux pour déployer de la fibre optique aujourd'hui dans les immeubles », a ainsi tenté de résumer Didier Lombard à nos confrères de La Tribune.

4 millions d'abonnés à la fibre en 2012 : faisable, mais...

L'État, et notamment Éric Besson, devra donc taper du poing sur la table rapidement afin de débloquer une situation de stagnation qui n'a que trop duré. Alors qu'une réunion a eu lieu le mois dernier entre tous les grands FAI, laissant entendre qu'un plan autour de la fibre serait finalisé début novembre (« La réunion a été productive. L'accord est en bonne voie » confiait Éric Besson à l'époque), les FAI français devront passer la vitesse supérieure dès l'année prochaine s'ils veulent permettre à la France de rattraper ses voisins européens et surtout asiatiques, très en avance sur ce point.

« L'objectif de quatre millions (d'ici 2012) paraît faisable » a tenté de rassurer Didier Lombard, précisant que tout ceci serait possible si et seulement « si Orange, Vivendi, la maison mère de SFR, ou d'autres se mettent à investir. [NDRL : 10 milliards d'euros] Mais des complexités ont été introduites et je ne sais pas où nous allons. » Voilà des propos bien moins rassurants...
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 03/11/2008 à 11:29

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;