S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Internet Explorer 8 : les développeurs parlent des performances

Toujours difficile de reconquérir les déçus

ie8Les développeurs d’Internet Explorer ont posté un nouveau billet sur leur blog. Cette fois consacré au délicat chapitre des performances, ils se sont fendus de nombreuses explications sur le sujet, car il y a selon eux plusieurs angles pour étudier la question.

Temps de calcul ou temps d'utilisation ?

Il y a principalement deux grandes considérations des performances, et de ce que l’on appelle les performances. S’agit-il uniquement de la capacité à effectuer rapidement un calcul précis pour accélérer l’affichage d’une page web ou la réalisation d’une opération particulière, ou s’agit-il du temps total passé par un utilisateur dans une liste d’actions choisies ? En fait, les développeurs expliquent qu’ils ont étudié les deux terrains.

Le deuxième point abordé est débattu et réglé à travers les diverses fonctionnalités qui vont être intégrées, et dont nous avons déjà parlé pour certaines d’entre elles. Par contre, sur ce que l’on pourrait appeler le terrain des performances pures, les développeurs se sont demandé comment ils allaient progresser.

Quels mécanismes en priorité ?

Ils pouvaient par exemple prendre tous les mécanismes et les améliorer de manière générale, ou bien définir un ordre de priorité. Le fait est qu’une amélioration générale répartie sur l’ensemble des mécanismes ne tient pas forcément compte de l’utilisation réelle. Ils ont donc collecté des données sur l’utilisation de certains sites recourant massivement aux technologies dites « Web 2.0 » ainsi que sur le Top 100 des sites les plus visités.

Les résultats obtenus avec la bêta 1 d’Internet Explorer 8 ont réservé quelques surprises dans la répartition de la charge du processeur. Ainsi, si le processus entier représente 100 %, on obtient :
  • Mise en page : 43,16 %
  • Rendu : 27,25 %
  • Parsing du HTML : 2,81 %
  • Tri : 7,34 %
  • Formatage CSS : 8,66 %
  • DOM : 5,05 %
  • JavaScript : 3,23 %
  • Autres : 2,49 %
Du coup, l’addition du JavaScript et du DOM, qui représentent une part importante des calculs des sites Web 2.0 et des tests du type SunSpider, ne compte que moins de 10 % de la navigation traditionnelle. Mais il fallait également obtenir des chiffres pour une utilisation plus poussée des sites web 2.0, du type Gmail, Facebook ou encore Netvibes :
  • Mise en page : 8,87 %
  • Rendu : 8,68 %
  • Parsing du HTML : 1,48 %
  • Tri : 7,40 %
  • Formatage CSS : 36,72 %
  • DOM : 11,72 %
  • JavaScript : 13,59 %
  • Autres : 11,54 %
Même si le JavaScript et le DOM comptent bien plus sur ce genre de site, les développeurs ont décidé que tout leur travail ne devait pas être dirigé par les seules performances du JavaScript et du DOM. Pourtant, les développeurs indiquent qu’ils sont conscients que les performances du JavaScript justement et plus généralement des scripts affichaient parfois de sérieux problèmes. Ils citent les exemples des opérations réalisées sur les chaines et les tables notamment, SunSpider affichant selon eux (à vérifier) un gain de 400 % pour certains calculs par rapport à Internet Explorer 7. Microsoft indique en outre que l’amélioration des performances leur a permis de recevoir des retours positifs de Google en particulier.

La consommation des ressources

Un autre domaine actuellement travaillé (car, après tout, rien n’est terminé : la bêta 2 n’est même pas encore là) est la consommation de la mémoire et plus globalement des ressources. Selon l’éditeur, ce sont pratiquement 400 fuites de mémoire qui ont été corrigées, une annonce qui n’est pas sans rappeler celles de Mozilla durant le développement de Firefox 3.0. On nous promet donc :
  • Moins de mémoire vive consommée
  • Un temps de démarrage plus court
  • Une navigation plus rapide entre les pages
  • Une stabilité améliorée
Le terrain des performances passe également par une modification de certains paramètres relatifs au réseau et à la gestion de l’exécution des scripts sur les pages. Par exemple, si plusieurs scripts sont rencontrés lors du chargement d’une page, ils seront lancés dans des processus à part pendant que le reste de la page continuera de se charger. Les scripts seront exécutés en parallèle et non plus en série comme cela était le cas avant. Dans le même temps, le nombre de connexions simultanées à un serveur est passé de deux à six.

Le rendu des pages et la compatibilité

Enfin, le rendu et la mise en page sont deux des principaux domaines que Microsoft devait améliorer. C’est dans cette section que l’on retrouve le plus souvent le support des standards et des propositions du W3C. Il est bien confirmé que le nouveau moteur d’Internet Explorer 8 sera utilisé par défaut, et qu’il sera complètement compatible avec les CSS jusqu’à la version 2.1 incluse. Cependant, la bêta 1, équipée de ce nouveau moteur, était plus lente qu’Internet Explorer 7. Les choses ont changé, et la bêta 2 devrait au minimum être aussi rapide, les développeurs précisant que le travail continuera jusqu’à la version finale.

En définitive, un exposé qui fait plaisir et qui « rassure », mais il est évident que Microsoft est clairement attendu au tournant sur le terrain des navigateurs. L’éditeur n’a pas du tout le vent en poupe, il lui faudra de solides arguments pour revenir prétendre grignoter des parts de marché.
Source : Microsoft
Publiée le 27/08/2008 à 10:56

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;