S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

IBM licencie 180 employés dans son usine d'Essex Junction

IBM lit sans scie ?

Si certaines entreprises recrutent à tour de bras, comme Google et Facebook, d'autres doivent malheureusement se séparer d'une partie de leurs employés. Ainsi, à l'instar de Dell et d'AMD, ou, en France, de Packard Bell et probablement Alice et Neuf Cegetel (ces trois entreprises subissant leur rachat respectif par Acer, Iliad et SFR), Big Blue supprimera 180 emplois, a annoncé le porte-parole de la firme.

IBMIBM, dont les finances sont pourtant excellentes, va donc se séparer de 180 employés dans son usine d'Essex Junction, une petite ville du Vermont, au nord-est des États-Unis. Ces 180 suppressions d'emplois sont pourtant une bonne nouvelle, au regard des dernières rumeurs faisant état de 500 à 1000 personnes licenciées.

Reste que l'usine d'Essex Junction voit ses effectifs réduire comme peau de chagrin, tant les licenciements par IBM ont été nombreux ces dernières années. Ainsi, en 2000, l'usine comptait 8500 employés environ. Sept ans plus tard, en 2007, on comptabilisait 5700 personnes dans l'usine de Big Blue. Début 2008, ils n'étaient plus que 5600. Malgré cette perte de quasi 3000 employés en huit ans, IBM reste pourtant l'employeur le plus important de la région.

Jeff Couture, le porte-parole d'IBM, a tenté d'expliquer de façon très économique les causes de ces renvois : « Nous répondons aux besoins du marché : rééquilibrer les compétences que nous avons et réduire les coûts, améliorer l'efficacité et répondre à l'évolution des conditions du marché ».

Selon Burlington Free Press, les personnes licenciées auront pour indemnité un mois de salaire minimum, plus une semaine de salaire pour toute personne ayant travaillé six mois (deux semaines pour un an, trois semaines pour un an et demi, etc.), sachant qu'un minimum de deux semaines et un maximum de vingt-six semaines sont imposés.

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 25/06/2008 à 12:41

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;