S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Microsoft : « ODF a clairement gagné »

Était-ce vraiment la bataille principale ?

afnor OOXML ODFLe combat entre les formats de fichiers serait-il terminé ? Il semblerait en tout cas que Microsoft commence à abandonner l’idée même de la victoire. Si la situation devait en effet se résumer à une phrase exprimant la pensée du géant du logiciel, alors Stuart McKee, directeur technologie aux États-Unis, l’a exprimée récemment : « ODF a clairement gagné ».

L’ODF, pour Open Document Format, a été le déclencheur d’une longue guerre qui avait pour source la remise en cause du dogme de Microsoft dans le monde de la bureautique. En mai 2005, celui qui n’était à l’origine qu’un format de document créé par les développeurs d’OpenOffice.org (et donc largement soutenu par Sun), est normalisé par l’OASIS (consortium mondial qui travaille pour la normalisation et la standardisation de formats de fichiers ouverts). Un an plus tard, l’ODF est normalisé par l’ISO, et les feux des projecteurs se braquent sur lui.

Une place à prendre, deux formats concurrents

Première norme à part entière dans le secteur de la bureautique pour le stockage général des informations, elle attaque de plein fouet Microsoft et son monopole. La firme de Redmond réplique avec l’Office Open XML, standardisé une première fois par un autre consortium, l’ECMA International, avant d’être transféré en procédure rapide à l’ISO. Ce dernier, au terme d’une procédure semée d’embuches et entachée de zones d’ombre, décide de faire du nouvel Open XML (OXML) une deuxième norme dans le secteur de la bureautique.

En peu de temps, le monde dispose de deux normes pour les documents bureautiques, l’une émise par le monde du libre, l’autre par Microsoft. Le débat se politise, les enjeux deviennent majeurs et plusieurs pays protestent contre la standardisation d’Open XML par l’ISO. Pour ajouter au climat de doute et de suspicion, la Commission européenne annonce qu’une enquête est ouverte pour découvrir les rouages de la validation de l’Open XML par l’ISO, finissant de discréditer l’image du format.

Un âpre combat pour Microsoft

afnor iso ooxmlAu sein de l’ISO, le débat fut essentiellement technique, l’AFNOR ayant d’ailleurs un rôle prépondérant sur les travaux apportés au format, avec notamment la séparation des spécifications en deux groupes : l’un pour la création des nouveaux documents, beaucoup plus court et simple à implémenter, l’autre pour la gestion des anciens formats binaires des suites Office de Microsoft. Autour de l’ISO, par contre, le débat est politique et idéologique, et beaucoup doutent de l’impartialité de l’ISO et des organismes associés.

La situation semblait en rester là et promettait encore de longues batailles entre l’ODF et l’OXML, mais une annonce récente de Microsoft a quelque peu changé la donne. Depuis plusieurs mois, la société enchainait en effet les mesures visant à promouvoir l’interopérabilité. Récentes, et nécessitant pour beaucoup l’attente de preuves effectives, elles tendaient cependant à démontrer une certaine prise de conscience chez le géant du logiciel.

Toujours dans un climat de méfiance, Microsoft a continué sur sa lancée, jusqu’à annoncer un changement de taille : le Service Pack 2 d’Office 2007, attendu pour le premier semestre 2009, intégrera le support de l’ODF en lecture et en écriture. Mieux que ça : il sera possible de le déclarer en tant que format par défaut pour la création de documents, offrant ainsi à tous les utilisateurs de se passer définitivement de tous les formats classiques de Microsoft.

Quand bien même cette décision a provoqué la surprise chez bon nombre d’observateurs, elle a bien évidemment été accueillie avec plaisir. Microsoft, pour sa part, a simplement indiqué que ce choix était logique. Les mesures d’interopérabilité annoncées précédemment parlaient déjà de changements profonds dans la suite Office, dont la possibilité d’ajouter des formats et de les sélectionner par défaut. L’ajout du support de l’ODF était l’étape suivante, aux côtés de la possibilité d’enregistrer les documents au format PDF.

Vers l'avènement de l'empereur ODF ?

Pour Stuart McKee de Microsoft, la firme est tout simplement arrivée trop tard dans les débats, car les discussions constructives avaient déjà eu lieu, et elles étaient centrées sur l’ODF. Il explique cependant que l’arrivée de l’ODF était problématique : « L’implémentation d’ODF au milieu de notre cycle commercial n’était tout simplement pas possible. »

office 2007 ultimateAujourd’hui, le bilan n’est pas brillant pour Microsoft. Certes la firme s’est battue pour imposer son Office Open XML, mais la norme, telle que validée par l’ISO, échappe désormais à ses décisions unilatérales. Après tout, Microsoft n’est plus que l’une des sociétés à pouvoir influer sur le format. Mais maintenant que l’éditeur a décidé de laisser la porte ouverte à ODF, que va t-il vraiment se passer ? Microsoft ne semble pas avoir d’espoir, mais peut-on considérer que la société a perdu ?

Tout dépend de la zone où l’on situe la bataille. Si l’on parle des documents, alors il est clair que l’Open XML n’est pas bien parti. Mais tout le monde n’est pas de l’avis que les formats des documents eux-mêmes représentent le principal champ de bataille. Douglas Johnson, investi dans le travail des standards chez Sun, pense pour sa part que Microsoft est en train de changer d’orientation et de stratégie.

« Je suis un grand fan de Microsoft pour son habileté à créer ces immenses marchés, mais ils ont un vrai problème : faire grandir le marché lorsque l’on est l’acteur dominant. Ils sont en train de se diriger vers un business model qui ne s’appuie pas sur le besoin de maintenir leurs formats de documents en tant que vecteurs fermés » indique Johnson.

Si l’ODF devient enfin ce que ses créateurs ont toujours souhaité qu’il soit, un format libre d’échange plus ou moins universel, Microsoft devra s’adapter, et le fait sans doute déjà. Quand les formats ne s’affrontent plus, la seule manière de se démarquer est de proposer des applications qui font la différence. On ne sait pour le moment pas grand-chose d’Office 14, mais si Microsoft considère que l’ODF a effectivement gagné, il faudra compenser en termes de fonctionnalités.

Dans l’absolu, il reste bien sûr la possibilité que l’ODF et l’OXML finissent par se rapprocher, et certains y travaillent. Mais beaucoup se réjouiront déjà de la victoire progressive d’un format unique qui devrait avec le temps relier les administrations, les entreprises et les particuliers.

Source : InfoWorld
Publiée le 23/06/2008 à 10:51

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;