S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Suède : bientôt un vote sur la surveillance des communications

L'herbe est rarement plus verte chez le voisin

suede parlementLa Suède est à nouveau sous le coup d’une polémique qui a tendance à être de plus en plus fréquente dans bien des pays : la surveillance des communications des particuliers. En 2005, un projet de loi avait été rejeté, dans l’indignation de bien des figures politiques du pays, ainsi que de la population. Le but était clair : autoriser le gouvernement à surveiller les échanges de courriers électroniques et de coups de téléphone entre les habitants.

Lorsque le projet de loi avait été rejeté en 2005, de nombreuses critiques s’étaient élevées. Le Conseil de la recherche suédoise avait indiqué qu’une telle loi empoisonnerait la vie privée des particuliers sans pour autant permettre une meilleure interception des criminels. Pourquoi ? Parce que, selon le même Conseil, lesdits criminels sont experts dans l’art de ne pas laisser de traces, et la loi n’allait paradoxalement pas assez loin pour détecter leur passage.

Mais le ministère de la Défense de la Suède a changé, et le projet de loi a refait surface en 2007, avec un vote totalement différent du premier. Une année complète a été donnée pour que le texte soit mieux réfléchi et élaboré avant sa mise en application, et la question du vote se pose à nouveau. Mais la Suède a son parti Pirate, présidé par Rick Falkvinge, qui accuse le gouvernement actuel de vouloir simplement légaliser une infrastructure d’espionnage qui existe déjà de manière officieuse.

Le chef du parti Pirate ne se fait toutefois pas d’illusions, car il estime que le vote de confirmation donnera le même résultat que celui de l’année dernière.

Source : Ars Technica
Publiée le 06/06/2008 à 17:23

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;