S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Google distingué aux Big Brother Awards France 2007

Google se prend une BBA-F

Google a été récompensé au titre des Big Brother Awards France 2007 (BBA-F) pour « l’ensemble de son œuvre ». Remis vendredi dernier, les BBA sont des anti-prix qui distinguent « toute personne, entreprise ou institution ayant porté atteinte à la vie privée, négligé de la protéger ou fait la promotion de la surveillance individuelle ou collective ». Ils sont décernés chaque année par l’organisation Privacy International dans une quinzaine de pays.

big brother awards france 2007 prix Google

C’est la collecte des données personnelles par le moteur de recherche qui est pointé du doigt orwelien, une collecte qui avait déjà été dénoncée en juin 2007 par Privacy International et qui avait provoqué quelques grincements avec la législation européenne. BBA met également en avant le filtrage des résultats en Chine (mais aussi en France et en Allemagne) et dénonce des cas de filtrage sélectif des google bombing et de « censure politique ». « Dernière "innovation" de Google : la collecte de l’ADN des internautes. Google a investi près de 4 millions de $ en mai 2007 dans la société de l’épouse d’un de ses deux fondateurs, 23andme. Les Français peuvent désormais, moyennant 999$ (plus 45$ de frais de port) envoyer leur ADN et obtenir les informations diverses qui y résideraient telles que les risques de maladie »

Le ministère de la Culture dans son ensemble a raté de peu ce prix. En cause, une ribambelle de textes qui ont grappillé les droits et libertés de chacun au profit des intérêts privés. Dadvsi, loi Fourtou, jusqu’à l’avant-projet de loi Olivennes qui étend les mesures temporaires d’exception prévues pour la lutte contre le terrorisme à la lutte contre le téléchargement illicite. Surveillance administrative, intervention judiciaire raréfiée, droits de la défense en retrait, filtrage, etc.

« Certes, les ministres qui se succèdent sont responsables et coupables, tout comme les élus qui votent les lois. Mais ils sont aussi et surtout manipulés par une poignée de hauts fonctionnaires souvent incrustés pendant des années. (…) Cette énarchie profite (…) de la complaisance et de l’incompétence du politique pour satisfaire les exigences les plus extrémistes de lobbyistes des industries culturelles, dans son propre intérêt », décrivent avec une certaine délicatesse les BBA. Après avoir été recalée aux municipales, la ministre de la Culture cumule ainsi un deuxième échec en quelques jours.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 25/03/2008 à 15:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;