S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Longhorn Server Core : des éléments à connaître

Un retour aux sources

La sortie très proche de Vista éclipse en grande partie le développement de la version serveur qui, elle, continue activement son développement. Si l’on peut dire dans les grandes lignes que les versions destinées au grand public sont un peu plus diversifiées que pour Windows XP, la situation est identique du côté des serveurs avec l’arrivée de Server Core.

Nous en avons déjà parlé, la plus grande différence de cette édition est probablement qu’elle n’a pas d’interface graphique, quoi que ce ne soit pas tout à fait exact. En fait, l’administrateur ne se retrouvera pas devant un écran noir à écrire des lignes de commandes, mais la différence n’est pas non plus énorme : il s’agit d’un écran du type de celui qu’un utilisateur aurait s’il tuait le processus Explorer et gardait une fenêtre de terminal ouverte.

Cette absence d’interface graphique constitue la principale différence de cette édition particulière et donne également le ton : moins de fonctions, moins de surface d’attaque. Server Core se destine en effet à des rôles bien particuliers et basiques où l’absence d’interface aura un effet bénéfique. Server Core doit principalement servir à quatre fonctions possibles :
  1. Serveur de fichiers
  2. Contrôleur de domaine
  3. Serveur DHCP
  4. Serveur DNS
Bien entendu, l’ensemble de ces quatre rôles est prévu pour être entièrement pilotable depuis la ligne de commande, mais on s’étonnera tout de même du tournant pris par Microsoft. L’absence d’interface au sens « fenêtres » est une première pour un Windows, mais elle se fond dans l’objectif plus global de cette édition qui est de retirer systématiquement tous les éléments qui n’ont pas un rapport direct avec les rôles basiques pour lesquels Server Core est conçu.

windows server core Un serveur équipé de ce Windows un peu particulier pourra tout de même participer à une grappe de serveurs ou un groupe dédié à l’équilibrage de charge dans un réseau, exécuter le sous-système Unix récemment mis en place par Microsoft, être géré via SNMP ou encore réaliser des sauvegardes. Toutefois, son code ramené au minimum constitue également sa faiblesse car il ne sera pas possible de le faire évoluer.

Ainsi, contrairement à Vista et toute la branche Server 2008 (nom présumé de Longhorn Server), Server Core ne pourra en aucun cas exécuter du code managé. Concrètement, toute application ou composant qui repose sur le Framework .Net ne pourra pas fonctionner. Bien que l’on puisse présumer que cet élément particulier puisse changer dans le futur, ce ne sera pas le cas de Server Core à sa sortie. De fait, certaines applications très pratiques ne pourront donc pas être installées, et parmi elles PowerShell (ex-Monad).

Autre problème, dû lui aussi à la base de code réduite et à l’absence d’interface : la quasi-totalité des applications prévues pour un serveur ne pourront pas fonctionner. Il faudra par exemple un antivirus conçu pour être entièrement pilotable depuis la ligne de commande, et ce constat s’applique à toutes les applications susceptibles de tourner sur ce type de serveur. De même, si l’absence d’interface graphique ne perturbera aucune action au niveau du réseau lui-même, elle rendra moins évidente certaines tâches comme l’installation d’un pilote. Toutefois, la grande majorité des fonctions de Server Core peuvent être pilotées depuis Vista via un l’outil Windows Remote Shell.
Source : Computer World
Publiée le 25/01/2007 à 10:39

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;