S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Les termes podcasting, podcaster et podcast n'existent plus

Et podconfiture ?

Notre inébranlable Commission Générale de Terminologie et de Néologie (CGTN) a encore frappé pour bouter hors de nos frontières ces mots un peu trop parfumés à l’american dream. Après la demande d’abandon du terme DRM (acronyme de Digital Right Management), la CGTN s’attaque au podcasting et à la recherche ardue de ses équivalents français.

langue

« À partir d’un nom de marque (iPod) créé pour désigner un nouveau type de baladeur, s’est développée une série lexicale (to podcast, podcasting...) dont l’utilisation en français est source de confusion ». Ce qui déprécie d’autant plus l’usage de ce barbarisme.

« Quelles qu’en soient la marque ou les fonctions cet appareil est aisément et clairement désigné par le terme baladeur numérique. Rendant compte des possibilités d’utilisation de plus en plus étendues qu’offrent les baladeurs numériques, le néologisme anglo-américain podcast désigne non seulement des émissions et des programmes audio, mais aussi des fichiers et des produits informatiques incluant images et films, susceptibles d’être diffusés (to podcast) au moyen de cette technologie multimédia (podcasting), qui permet une écoute en différé ».

Le pire étant que la langue française par ses côtés trop sauvages s’est laissée berner et use du verbe podcaster à toutes les sauces. L’expression « s’est répandue dans l’usage, employé abusivement, notamment par les chaînes de radio, avec le sens de télécharger. Cette dérive crée un amalgame entre deux notions pourtant bien distinctes, la diffusion et le téléchargement. »

La Commission générale, qui ne supporte pas la solitude administrative et l’ignorance cruelle de son action, « rappelle qu’elle a recommandé comme équivalent français à podcasting le terme diffusion pour baladeur, le mot employé au Québec étant baladodiffusion (Journal officiel du 25 mars 2006) ». Une manière aussi de reconnaître que pour faire évoluer la langue, publier, proposer, décréter ne suffit jamais. Mais qu’importe.

La CGTN implore l’abandon de podcast et ses dérivés, au profit des seules notions de diffuser, diffusion, etc. Lorsqu’il s’agira de l’opération de transfert de fichier ou de programme sur un support numérique (download ou upload, en anglais), « en particulier un baladeur, la Commission générale recommande de s’en tenir aux termes en usage : télécharger, téléchargement, téléchargeable... seuls corrects et suffisamment explicites ».

On downloadera le PDF sur le web 1.0 du JO du 15 décembre avec son browser.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 19/12/2006 à 17:09

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;