S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Faille dans le cryptage des transactions : la puce à l'oreille ?

Dans un trou de puce

cadenasQui n'a jamais effectué un achat sur le net, sur un site marchand? À chaque fois, on vous a mis en confiance en disant "l'achat est sécurisé par un cryptage XXX bits" etc. Il se pourrait qu'à l'avenir, ledit paiement ne soit pas si sécurisé que ça. En effet, un cryptologue allemand, Jean Pierre Seifert, a mis au point une technique permettant d'obtenir une clé de cryptage presque dans son intégralité en quelques millisecondes, alors que plusieurs semaines sont parfois nécessaires. Comme le souligne Le Monde, "la plus grande clé publique cassée à ce jour faisait 640 bits, et sa décomposition, annoncée en novembre 2005, avait mobilisé, pendant trois mois, 80 microprocesseurs cadencés à 2,2 GHz”.

La technique de l'intéressé se base sur une faille des microprocesseurs, capable de prédire le résultat d'un calcul, autant dire quasiment la totalité de ces petites bestioles. Pour l'instant, la technique n'est pas dévoilée, mais JJ Seifert la présentera lors du salon de la RSA, dédié à la sécurité informatique qui aura lieu à San Fransisco début février 2007. On supposera que des représentants des gros fondeurs seront présents et écouteront avec attention l'exploitation de cette technique.

Il est évident que la mise en place de cette technique est loin d'être aisée puisqu'il exige un accès à la machine avec des droits suffisants...  Beaucoup de bruit pour rien ? Une solution pour éviter ce problème serait de désactiver la fonction de prédiction des microprocesseurs, cependant cela ralentirait par 4 environ le processeur et pourrait perturber des fonctions essentielles des OS actuels. Dans les normes de sécurité de l'armée US, il y a de nombreuses mises en garde contre les attaques basées sur l'analyse des temps de calcul.

Cette découverte jette un pavé dans la mare de la sécurité informatique selon certains, même s'il faut relativiser la dangerosité de cette attaque, très  difficilement exploitable pour le moment. Comparés aux temps astronomiques qu'il fallait pour casser des clés de plusieurs centaines de bits, on arrive a des temps à taille humaine".  Il y a fort à parier que cette équipe de chercheurs refera parler d'elle. Jean-Pierre Seifert essaye pour le moment de trouver une parade à cette faille.

Sources:
The Inquirer: lien
Le Monde: lien
Cryptology Eprint Archive:lien
Publiée le 23/11/2006 à 16:20

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;