S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

YouTube, Universal, CBS et Sony s'allient, au prix du filtrage

S'allier c'est sale ?

La guerre est finie : Youtube et Universal viennent de signer en début d'après-midi un accord pour éteindre le feu qui menaçait le site d’hébergement vidéo. Alimenté par du contenu généré ou repiqué ici et là par des millions d’internautes, Youtube est dans la ligne de mire de plusieurs majors : chansons, clips, interview, extraits, etc. sont considérés par les uns comme autant de traces de reconnaissances et de partage d’une passion, mais par les majors, comme d’autant de contrefaçons.

Au terme de l’accord, les usagers de Youtube pourront librement accéder à des titres issus du catalogue d’Universal Music Group et ce contenu pourra être intégré gratuitement dans les vidéos générées par les usagers. Des compensations internes entre UMG et les artistes seront organisées. Mais comment contrôler les millions de vidéo disponibles ? L’accord trouve ici sa contrepartie : YouTube devra intégrer des technologies pour filtrer le contenu non autorisé par les ayants droit. Les détails sont laconiques sur ce point, alors qu’il s’agit sans doute de l’élément crucial de l’accord : l’alliance stratégique transformera ainsi la jungle de YouTube en un média un peu plus traditionnel de diffusion des données, un peu plus sous l’emprise des majors

Mais ce n'est pas tout puisque des accords similaires ont été trouvés avec CBS et Sony, vient-on d'apprendre. Dans l’annonce de Sony, on apprend ainsi que YouTube a modifié voilà peu son architecture d’identification afin de permettre aux détenteurs de droits d’identifier leur contenu repiqué sans autorisation sur le site. « Cette architecture offrira à SONY BMG l’opportunité d’autoriser et de faire fructifier l’usage de ses œuvres » explique Sony sans plus de détails. Côté CBS, des clips, des téléfilms y seront diffusés, en échange d’un partage de publicité, mais l’on fait également allusion à cette nouvelle architecture de filtrage.


youtube kyo  

Signalons que plus tôt, le site de téléchargement et d’échange de vidéos GUBA.com signait avec la MPAA un accord similaire, concrétisé par l’utilisation d’une technologie propriétaire de filtrages, nommée « Johnny » : celle-ci analyse les vidéos numérisées et génère une empreinte pour chacune d’elle. Ceci fait, toute donnée considérée comme interdite voit sa distribution ou son échange sur Guba impossible. « Johnny peut identifier une vidéo, même si elle a été modifiée, recadrée, reformatée, réencodée ou repostée » expliquait alors Thomas McInerney, CEO de Guba. Cet accord entre Youtube et Universal suit celui conclu avec Warner Music Group voilà quelques semaines
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 09/10/2006 à 16:55

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;