S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Fibre optique : Free entre en conflit avec France Telecom

Fibre et laisser mourir

fibre optiqueLa fibre optique est un nouveau sujet de conflit entre France Telecom et Free. Depuis mars dernier, l’opérateur historique propose en location ses fibres optiques. Une manière d’ouvrir ce marché émergent à la concurrence, alors que FT possède un grand nombre d'infrastructures en ce secteur. Seul hic, à ce jour, aucune location n’a été effective. Free contre-attaque aujourd’hui dans les colonnes des Echos : « Cette offre est quasi virtuelle, France Télécom aurait renoué avec ses anciens travers. Ses équipes font preuve d'une efficacité redoutable pour empêcher que cette offre soit exploitée dans de bonnes conditions. Et, plus grave encore, l'Arcep fait preuve d'une passivité complice » estime Michaël Boukobza, directeur général de Free.

C’est que France Telecom aurait posé une condition à cette location, condition liée à la disponibilité des fibres. Or, dans la majorité des cas, FT décline les demandes de location pour indisponibilité. Selon Free, cela touche 8 cas sur 10. L'Arcep va être saisie afin de vérifier ce système et surtout la réalité de cette pénurie. Contactée par les Echos, France Telecom répond en substance que la disponibilité est bien plus importante que le chiffre avancé par Free et surtout que « nous n'avons pris aucun engagement sur un taux de disponibilité. Nos réponses sont donc conformes à nos engagements. Néanmoins, nous étudions des solutions permettant d'améliorer la disponibilité ». Rappelons sur ce thème que l'opérateur historique s'oppose à toute régulation en ce secteur.

Selon les interprétations en vigueur, si FT a décidé d’ouvrir cette location, du moins sur le papier, l’initiative aura eu surtout pour effet de contrecarrer les plans d’investissements des acteurs en matière de fibre optique. Des projets qui entrent nécessairement en concurrence avec ses propres initiatives. En tête de liste, les collectivités locales qui du coup, se retrouvent contraintes d’abandonner leurs travaux et laisser l’opérateur en position forte sur ce marché. En somme, une sacrée partie d’échec... au sens propre comme au sens figuré.
Source : Les Echos
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 24/08/2006 à 14:59

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;