S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

iTunes arrangerait-il indirectement les indépendants ?

iTunes, le nouvel air des indépendants ?

Le service d'Apple iTunes, qui occupe selon les dernières études entre 60 et 75% du marché selon les pays, ferait indirectement le bonheur des indépendants. Ces derniers sont pourtant connus pour leur virulence envers le magasin de musique en ligne, notamment les indépendants européens, qui n'avaient pas apprécié le comportement d'Apple à leur égard. Mais le site internet eMusic tend à prouver que l'hégémonie du créateur de l'iPod peut être utilisée à son avantage, notamment par rapport au fameux problème d'interopérabilité qui est sur toutes les lèvres ces derniers temps, DADVSI en pôle.

En effet, eMusic, dont l'histoire est assez complexe (voir ci-dessous), est tout simplement le deuxième vendeur de musique aux États-Unis avec entre 11 et 12 % du marché étatsunien, derrière l'ogre iTunes et ses 67 % de parts. Mais pourquoi eMusic réussit-il le tour de force de damer le pion à Yahoo, Rhapsody et Napster ? C'est extrêmement simple : eMusic est l'antithèse si l'on peut dire d'iTunes, de Yahoo et de tous les autres concurrents.


La domination d'iTunes sert eMusic selon son PDG.


En ne proposant pas de DRM, en tablant principalement sur des labels indépendants comme il le fait depuis ses débuts, et en proposant des prix avantageux via divers abonnements, le succès n'était-il pas prévisible ? Les consommateurs, las des DRM mais aussi du contenu proposé par les Majors, se sont donc tournés vers eMusic, seule véritable alternative pour eux. Il faut dire que selon les dernières statistiques, la musique indépendante représente 28% des ventes de CD aux États-Unis.

David Pakman, le président de eMusic, société qui compte 75 salariés, espère enfin dégager des bénéfices l'année prochaine. D'après ses dires, tirés d'un article de USA Today, si eMusic en est là, c'est aussi en partie grâce à Apple : « Il n'y a pas de doute sur le fait que le succès de l'iPod a joué en notre faveur. La confusion du consommateur sur les formats interopérables nous a donné un énorme avantage. »

eMusic iPod
eMusic n'hésite pas à utiliser l'iPod à son avantage.


Le service eMusic aurait plus d'un million de morceaux dans son catalogue, un chiffre bien moindre qu'iTunes et d'autres concurrents, mais malgré tout suffisant pour dépasser les 200 000 abonnés et les 5 millions de morceaux vendus mensuellement. Il faut dire que indépendant ne rime pas avec musique de garage, puisqu'aux côtés des artistes inconnus, on retrouve tout de même des personnes telles que Ray Charles, Miles Davis, Moby, the White Stripes, ou encore Johnny Cash.

En vendant ses morceaux (non DRM) au format MP3, eMusic accepte tous les baladeurs sur le marché, et il est bien entendu possible de graver ou d'utiliser comme bon vous semble vos morceaux achetés. En proposant ses morceaux entre 22 et 25 cents (de $) grand maximum, difficile de crier aux prix abusifs de la part d'eMusic.

* L'histoire d'eMusic a été marquée par le rachat d'Universal Music en 2001. Créé en 1998, eMusic était l'un des pionniers de la vente de fichiers audio numérique avec MP3.com. Tablant rapidement sur les indépendants, eMusic, qui proposait déjà un système par abonnement, comptait lors de son rachat (de 25 millions de $) 700 labels à son actif et 165 000 morceaux dans son catalogue. Racheté à Universal Music par Dimensional Associates en 2003, eMusic, qui cumulait à cette époque 70 000 abonnés et 250 000 morceaux, est alors revenu à ses premières amours (les indépendants), loin de la politique de la major Universal.

Source : Ratiatum
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 02/08/2006 à 10:18

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;