S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Ageia répond à la gestion de la Physique d'ATI

Maiiiis euuuuuh !

Alors que l'on pensait qu'Ageia était perdu dans les couloirs du Computex, ils viennent de répondre officiellement au lancement par ATI de sa technologie de gestion de la physique par les Radeon X1k. La série d'arguments ne varie que très peu du discours habituel de la marque qui campe sur ses avantages théoriques. Ils affirment ainsi que :
  • Ils sont heureux qu'ATI affirme que la physique soit la prochaine réelle avancée dans le monde du jeu.
  • Le gain de performance qu'ATI met en avant (Ndlr : Une X1600XT deux fois plus performante qu'un PhysX) ne se base que sur les Gigaflops, qui ne reflètent pas la réalité de la performance du calcul physique. C'est comme affirmer que plus vous avez de roues sur une voiture, plus elle ira vite, ironise le fabricant pour qui la Physique est plus qu'une affaire de Gigaflops.
  • Les GPU sont pensés pour gérer la 3D. La physique est un univers totalement différent. Il se demandent pourquoi sacrifier des FPS pour de la physique (sic !) qui n'est pas complète (Ndlr : Ageia fait référence au fait que les GPU ne peuvent gérer les interactions qu'entre objets uniquement, contrairement à son PPU). Ils trouveront difficilement des développeurs de jeux qui ne veulent pas tirer partie de toute la puissance graphique qu'il peuvent utiliser.
  • Le "Boundless gaming" est permis par le "Gaming Power Triangle" d'Ageia (Ndlr : Pour le fabricant, le PPU est le troisième point clef pour les jeux avec le GPU et le CPU). Ceci permet au PhysX d'ajouter de vrais effets physiques plutôt que de les laisser traiter par un GPU dont ce n'est pas le but originel.
  • Au final, qu'importe qui développe la partie logicielle d'un produit. Il y a des jeux exploitant le PhysX dès maintenant et plus d'une vingtaine annoncée pour 2006. De plus, 65 développeurs et plus de 100 jeux sont d'ores et déjà bien avancés dans leur développement et exploiteront le PhysX. Aucun jeu n'a encore été annoncé comme développé de manière à tirer profit de la technologie ATI.
  • Le PhysX est d'ores et déjà disponible.
Ageia tente donc ici de sauver son marché en affirmant qu'il gère la physique mieux que personne et que seul son produit en est réellement capable. Il est d'ailleurs vrai que sur le papier, le PPU a de multiples avantages, ce que personne n'a contesté jusqu'à lors. Pour autant, les titres compatibles avec le PPU qui sont d'ores et déjà disponibles ne sont franchement pas convaincants.

Et ce n'est certainement pas Loki ou un éventuel ajout de fumée dans Rise of Nations : Rise of the Legends qui va changer la donne. Seul des titres comme UT 2007 pourraient permettre à Ageia de tirer son épingle du jeu et justifier les 250 € que coûte son produit. Malheureusement, Tim Sweeney, responsable du développement du titre ne semble pas vouloir utiliser les capacités de la bête et développer un gameplay différent pour ceux qui possèdent la carte.


De plus, les GPU qui géreront la physique se basent principalement sur le Moteur Havok FX déjà utilisé dans une flopée de jeu et en partie dans le moteur d'Half Life 2 et ATI comme NVIDIA ne s'imposent pas de limites aux partenariats à établir sur ce terrain avec des développeurs qui voudraient mettre en place leurs propres solutions.

Ainsi, même si les choses ne changeront pas en profondeur au niveau du gameplay avec les GPU, ils ne nécessiteront pas forcément de gros changements au sein des machines. Au pire, il faudra sacrifier des FPS pour avoir des effets en plus, mais c'est là le cas de tous les effets comme le HDR, l'AA, l'AF...

La solution d'Ageia, elle, se propose de s'occuper de ces effets de manière complète, mais, il résulte tout de même, au final, d'une perte de FPS, sans que le résultat soit graphiquement bluffant.

 physx

Reste à voir ce que tout cela donnera dans les faits une fois les hostilités réellement lancées, avec des titres comme UT 2007. Il sera alors temps de compter les points et constater qui tire le mieux son épingle du jeu en termes de performances, d'apport graphique, mais aussi de coût. Et c'est bien ce troisième point qui risque de porter le plus atteinte au PPU puisqu'un GPU qui ne fait pas de physique peut faire de la 3D, alors qu'un PPU qui ne gère pas de physique ne sert qu'à décorer une tour, ce qui en fait un investissement que certains jugeront comme peu rentable...
Source : Firing Squad
Publiée le 07/06/2006 à 17:27

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;