S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

Gestion des DRM sous Linux : la seule alternative ?

Linux, le seul, l'Unix

Linux et les DRM, deux sujets qui sont rarement brassés, le premier véhiculant une philosophie clairement opposée aux seconds. Et pourtant, lors du LinuxWorld, un vice-Président de RealNetworks a plus ou moins prédit la déchéance du système d’exploitation sur les machines de bureau sans l’adaptation des technologies de gestion des droits numériques demandées par les utilisateurs.

Demandées par les utilisateurs ?

On se demande si les utilisateurs réclament réellement que des DRM soient installés partout où se posent leurs yeux. Jeff Ayars, le vice-Président en question, avait néanmoins quelques sociétés pour le suivre dans son exposé, puisque Novell, Red Hat et Linspire notamment sont en grands pourparlers avec les sociétés concernées pour l’implémentation éventuelle de fonctions adéquates.


Aucune précision sur les fameux formats qui pourraient être supportés par le PlayForSure de Microsoft et FairPlay d’Apple, dans la ligne de mire, bien que le support des DRM de la pomme soit totalement incertain. Pour autant, l’ensemble des participants du LinuxWorld n’exprimait le même avis sur ce sujet assez sensible. Georg Greve, de la Free Software Foundation (FSF), a fait part d’un avis assez différent :

« Le cas du rootkit de Sony a montré à quel point les DRM n’étaient pas acceptés du public […]. iTunes d’Apple permet aux gens de graver leurs pistes sur des CD traditionnels qui peuvent à leur tour être réencodées et partagées facilement sur les réseaux P2P, les DRM pourraient donc être mieux décrits par « gestion des inconvénients numériques » […]. Il revient au consommateur de décider ce que veut le marché. Et la réponse est claire : il ne veut pas de DRM. Le plus tôt nous enterrerons cette notion stupide de tout vouloir placer sous le contrôle des majors, le plus tôt nous pourrons nous tourner vers des alternatives réelles. »

Cette possibilité de graver un CD classique à partir de fichiers protégés venus d’iTunes peut expliquer en grande partie le succès de la plateforme d’Apple, bien que le procédé puisse se montrer rédhibitoire sur un grand nombre de morceaux de musique. Les DRM sont un sujet qui mélange technologies et politique et l’on retrouve cet affrontement jusque dans les débats qui nourrissent la naissance de la troisième version de la GPL.

Que se passerait-il si, du jour au lendemain, toutes les plateformes de téléchargement jetaient les DRM à la poubelle ? Il est évident que le piratage en serait plus que facilité, mais aujourd’hui, à force de palier la responsabilité individuelle par des technologies de verrouillage, chaque personne capable de manipuler du numérique devient un pirate en puissance dont il faut couper toute « pulsion » anticapitaliste.

A dire vrai, ni la technologie ni la politique ne vont vraiment dans le sens de Georg Greve actuellement…
Source : Ars Technica
Publiée le 11/04/2006 à 15:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;