S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

ATI Vidéo Converter : Solution software ou non ?

Enquête dans les tréfonds d'un dopeur de caribou

Il y a quelques jours, nous avions publié nos premiers tests de l'AVIVO Video Converter d'ATI. Ce dernier permet de réencoder vos vidéos dans différents formats, du SVCD au DivX, et ce, en un temps record. Mais une question demeure : Est-ce que cette accélération est due à une aide du VPU ou à une optimisation des algorithmes d'encodage ? Lorsque l'on demande son avis à ATI, on nous affirme que la puce graphique est bien utilisée, mais qu'elle n'est là qu'en renfort pour le CPU. Chose que nous avons voulu vérifier.


Ainsi, nous avons pris notre Radeon X1300 Pro fanless de Gigabyte que nous avons installée avec les Catalyst 6.3 sur notre habituelle machine de test de carte graphique à base de 3800+ @ 2.4 GHz. Nous avons tout d'abord effectué un simple encodage de notre trailer WMV HD des lois de l'attraction en MPEG-4 (Compatible DivX) et en qualité maximale.

La fréquence VPU : une incidence nulle ?

Comme dans notre précédent essai, on arrivait dans les 150 secondes. Ensuite, nous avons voulu diminuer de moitié la fréquence du VPU. Si celui-ci est utilisé, une telle baisse aura logiquement une incidence négative sur les performances. Pour ce faire, nous avons tenté d'accéder à l'overdrive... qui n'était pas disponible. Nous nous sommes donc déportés sur ce bon vieil ATI Tool 0.25 en bêta 14 pour passer le GPU de 600 MHz @ 300 MHz.

Le réencodage de notre vidéo a pris exactement le même temps à une ou deux secondes près dans les deux cas. Nous avons bien vérifié que notre fréquence de 300 MHz était bien appliquée en lançant un 3DMark 2005. Le score obtenu était de 1939 au lieu des 2900 points que l'on peut atteindre par défaut.

Afin d'être réellement sûrs de nos résultats, nous avons effectué un troisième test, mais avec un coefficient CPU qui n'était plus de 12... mais de 6, ainsi notre Athlon 64 était cadencé @ 1.2 GHz. Si le VPU est utilisé, on devrait constater un impact limité sur les performances. Lors de cet essai, il nous a fallu dans les 240 secondes pour le réencodage, soit une augmentation de près de 60 %. Nous avons obtenu le même temps à quelques secondes près en baissant les fréquences du VPU ou en utilisant une X1800XL...

Afin de vérifier si cette augmentation était "normale" ou non, nous avons effectué une conversion de cette même vidéo via Windows Media Encoder 9 @ 2.4 GHz et 1.2 GHz. La différence était alors de 84 %.

AVCE : Des résultats fortement liés au CPU

Au final, on voit donc bien que les performances de l'AVCE sont franchement dépendantes du CPU et que la fréquence du VPU n'a que peu (voire pas) d'impact avec les processeurs actuels. Ainsi, même si l'on ne peut affirmer avec certitude que le processeur graphique n'est pas du tout utilisé, on peut trouver sa participation à la tâche franchement douteuse. ATI, avec cet utilitaire aimerait bien faire penser à l'utilisateur que ses X1k permettent des fonctions d'encodage extraordinaires et pour cela, le Canadien va même jusqu'à exclure les possesseurs de cartes d'anciennes générations telles que les X8xx de l'utilisation de l'AVCE. Les concernés apprécieront.


En fait, on voit bien qu'il est plus ici question d'algorithmes qu'autre chose. ATI a d'ailleurs fait un très bon travail de ce côté même si les réglages possibles sont quasiment inexistants. On aurait donc apprécié que le Canadien fasse ce qui aurait été réellement utile pour l'utilisateur : créer une API permettant d'utiliser le GPU pour l'encodage et laisser ainsi le libre champ aux développeurs de solutions logicielles (libres ou non), dont c'est la fonction, de les utiliser dans leurs différentes offres. Ainsi, peut-être, l'utilisateur final aurait pu tirer un quelconque bénéfice réel des capacités de traitement de ses X1k.

La réelle solution des fonctions vidéo : l'API ?

Mais en s'enfermant dans une solution logicielle propriétaire limitée à Windows, ATI s'embarque dans un cercle qui ne va pas dans le sens de l'efficacité ni de l'utilisateur. On a déjà vu par le passé que les fabricants de GPU n'étaient pas franchement les plus à même de créer du logiciel sur le long terme ; on aurait aimé que ce bon vieux caribou le comprenne... Dommage.

Reste que l'AVCE, comme on l'avait précédemment précisé, peut avoir son utilité pour les possesseurs d'appareils mobiles tels que les iPod et autres PSP, mais pour les autres, il n'en aura que peu.
Publiée le 13/03/2006 à 15:06

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;