S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flash Info : Fêtons la TVA à 2,1 % : abonnez-vous dès 17 € par an !

MSN revient sur les problèmes de censure des blogs

Le sous-titre même de cette actu a été censuré par son auteur...

Microsoft est revenue hier, mardi 31 janvier, sur certains principes qui régissent la gestion des blogs MSN. La firme n’a pas décidé par hasard de se relancer sur le sujet : après les secousses engendrées par le séisme de Google en Chine et de la censure qui l’accompagne, Microsoft profite de la mise à jour récente de ses MSN Spaces pour redéfinir ses propres règles.

Brad Smith, vice président de Microsoft, a ainsi expliqué que la politique globale concernant les gouvernements des autres pays pouvait se décomposer en trois grandes parties :
  • Des standards de protection de l’accès au contenu
  • Un maintien de l’accès global
  • Des avertissements à l’utilisateur
Brad Smith a expliqué qu’il existait une différence fondamentale avec Google. En effet, concernant MSN, le gouvernement doit utiliser la voie légale pour signifier qu’une ou plusieurs lois ont été enfreintes.

Microsoft a également changé sa manière de bloquer le contenu. Si un utilisateur crée par exemple en Chine un blog jugé illégal par les instances officielles, les visites de ce site ne seront bloquées qu’en Chine. Par corollaire, le site sera visible depuis les autres pays. Ce changement est actuellement en pleine implémentation dans les structures des MSN Spaces.

Microsoft juge également important de signaler qu’en cas de censure d’un contenu selon les lois d’un pays, l’utilisateur recevra un message lui expliquant exactement les raisons de ce blocage. A propos de blocage, le vice-président de Microsoft invite d’ailleurs l’ensemble de l’industrie à réfléchir très sérieusement à la question et à s’accorder sur la manière dont les sociétés doivent traiter avec les gouvernements sur ce point.

Globalement cependant, Brad Smith estime que Google a « bien réagi » face à la pression chinoise. Il vaut mieux en effet, selon lui, offrir des services à un marché soumis à des règles strictes que ne rien proposer et rater du même coup un certain nombre (pour ne pas dire un nombre certain) d’opportunités.
Source : BetaNews
Publiée le 01/02/2006 à 11:05

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;